HISTOIRE DES GOBELINOÏDES

WFB4 p6-15

L'histoire des orques et des gobelins connue des hommes, des nains et des elfes, n'est que le récit de l'avènement et de la chute des immenses tribus qu'ils ont combattues. Seules les tribus les plus vastes et les plus puissantes sont citées dans les annales humaines. C'est une histoire fragmentée et particulièrement sanglante, ponctuée d'invasions qui firent vaciller le Vieux Monde sur ses fondations. 

Vous avez ici (LA O&G de WFB7) les parcours de quelques Waaagh (cliquez pour agrandir) - Gorbad, Grom, Grimgor

LES GUERRES GOBELINES

Vous trouverez d'autres détails sur les Guerres Gobelines en consultant l'histoire naine (ce sont les premiers concernés).

Date C.I.

Evénements

-1500 (~)

Les elfes quittent le Vieux Monde et l'Empire déclinant des nains est détruit par des éruptions volcaniques et des tremblements de terre. Orques et gobelins envahissent les terres, pillant les cités elfes et détruisant les forteresses naines. Karak Ungor est la première à tomber entre les mains gobelines et devient la forteresse des gobelins de la nuit de la Montagne de l'Œil Rouge. Durant les cinq siècles suivants, les nains et les gobelins s'affrontent pour la possession du vieil empire nain.
Karak Varn est inondée puis occupée par les gobelins et les skavens. Les mines isolées d'Ekrund dans la chaîne du Dos du Dragon tombent entre les mains des orques qui rebaptisent cette montagne Corne Sanglante. Les gobelins s'emparent des tours de guet et des forts nains du Col du Chien Fou. Les mines d'or naines de Gunbad tombent entre leurs mains. Gunbad était la plus riche et la plus vaste mine des Montagnes du Bord du Monde ainsi qu'une source inépuisable de pierres précieuses et de cristal bleu étincelant surnommé Brynduraz ou "Pierre étincelante". Elle est occupée et fortifiée par les gobelins.

-1387

Début des Guerres de la Route de l'Argent entre nains et gobelins. Au bout de vingt ans, les nains cèdent aux orques les mines de la Montagne de la Lance d'Argent. Les mines sont occupées par le seigneur Urk Grimfang et sont appelées Mont Terne Croc. Avec la perte de Gunbad et du Mont de la Lance d'Argent, les nains perdent leurs plus grandes mines de l'est et abandonnent en cinq ans les versants est des Montagnes du Bord du Monde.

-1250 (~)

Les Guerres des Trolls. Les trolls sont poussés vers le nord par les éruptions du Mont du Tonnerre, attaquant les mineurs et les prospecteurs nains et envahissant plusieurs communautés naines au sud de Karaz a Karak.

-1245

Les nains lancent une série d'attaques contre les territoires gobelins. Ils repoussent les orques et prennent le contrôle de toute la région entre Karak Kadrin et le Col du Chien Fou. Le Mont Gunbad est récupéré puis à nouveau perdu. Le Terne Croc est attaque par les nains, niais ceux-ci sont repoussés par le chef orque Nurk Ard'ed. Durant les 250 années qui suivent, les nains consolident leurs forteresses, rouvrant graduellement leurs anciennes mines et reconstruisant les innombrables tombes de leurs ancêtres.

-1200 (~)

Nagash le Noir ouvre l'Abîme Maudit. Gobelins et orques fuient vers l'ouest pour échapper à la diabolique nécromancie qui envahit le sud.

-1185

Kadrim Crinière Rouge le forgeron de runes nain mène une expédition dans les ruines de Karak Varn où il découvre une veine de Gromril. Les nains continuent à exploiter le filon plusieurs années et parlent même de construire là leur nouvelle forteresse.

-1136

Kadrim Crinière Rouge est tué par des orques au-dessus du Lac Noir en escortant un convoi de Gromril. Les mineurs nains sont délogés de Karak Varn par une incursion de skavens.

-975

Bataille des Mille Tourments [ou Mille Malheurs selon les traductions]. Une tentative des nains pour reprendre la Montagne de l'Oeil Rouge échoue dans une embuscade subie par l'armée naine au nord de Karak Kadrin. De nombreux nains sont tués. Les survivants renoncent à leur rêve de conquête et se concentrent sur la fortification et la consolidation de leurs forteresses. Il y a peu d'activité orque durant le siècle suivant.

-750

La tribu gobeline du Nuage Rouge attaque Karak Azgul et est repoussée. Elle assiège et occupe ensuite la forteresse de Karak Azul. Dix ans d'âpres combats s'ensuivent avant que les gobelins ne soient enfin expulsés.

-513

Après des siècles de résistance farouche, la cité naine de Karak aux Nuits Pics tombe sous les assauts des orques, des gobelins et des skavens. Ses ruines et les montagnes environnantes sont infestées de gobelins et de skavens qui s'affrontent pour la possession des ruines de l'ancienne forteresse.

-469

Le seigneur de guerre orque Dork mène une immense armée d'orques et de gobelins à l'attaque de la forteresse naine de Karak Azgal, qu'il détruit et abandonne, délaissant les secrets de ses profondeurs inexplorées. Trois années plus tard, il attaque et capture la forteresse naine de Karaz Drazh qui est occupée et rebaptisée le Rocher Noir. Durant les cinquante années que dura la chute de Karak aux Nuits Pics, les nains perdirent toutes leurs plus importantes forteresses au sud de Karaz a Karak, à l'exception de Karaz Azul, qui est toujours assiégée. Toutes les montagnes entre le Col du Chien Fou et Karak aux Huits Pics sont passées sous It contrôle des orques et des gobelins.

-370

Selon l'histoire naine, cette époque fut celle des ravages d'Urgok Brûle-Barbe. Orques et gobelins arrivent presque à prendre les dernières forteresses naines, mais sont finalement repoussés à la Bataille du Lac Noir.

-15 à 50

Époque durant laquelle Sigmar repousse les orques et les gobelins des terres occidentales aux Montagnes du Bord du Monde. Les orques se réfugient dans les profondeurs des forêts et au nord dans le Pays des Trolls. Les gobelins fuient les montagnes. Une massive armée orque est vaincue à la Bataille du Col du Feu Noir (en l'an -1), défaite qui permet l'avènement de Sigmar comme Empereur.

La bataille du col du Feu Noir

Avant Père du règne de Sigmar, les terres situées à l'ouest des Montagnes du Bord du Monde étaient le royaume des orques autant que celui des hommes. Les tribus humaines étaient divisées, les rivalités et les inimitiés menaient à des guerres et des pillages constants. Les tribus d'orques et de gobelins combattaient entre elles et contre les tribus humaines, ces terres étaient donc plongées dans la violence. Dans les Montagnes du Bord du Monde, les gobelins de la nuit creusaient des tunnels toujours plus profonds et la plupart des royaumes nains étaient passés sous le contrôle de tribus d'orques et de gobelins.

De ce chaos émergea Sigmar, le grand chef humain fondateur de l'Empire. Sigmar unifia les tribus humaines et en fit une puissante armée pour refouler les orques de ces terres et les réclamer comme sienne. Après de nombreuses batailles, les orques furent chassés au nord dans la Forêt des Ombres et dans la Grande Forêt. À l'est, la plupart des anciennes forteresses naines furent reprises et la puissance des orques fut brisée pour de nombreuses années. Ce fut une ère terrible pour les orques, qui subirent défaite sur défaite et ne trouvèrent jamais un chef de l'envergure de Sigmar.

Ils appelèrent alors des renforts de l'est et une immense armée d'orques, venue des Terres Arides, qui en ce temps-là comprenaient également les Principautés Frontalières, traversa le Col du Feu Noir. L'imposante armée orque anéantit alors une maigre force naine postée au bout du col. Galvanisée par cette victoire facile, elle se hâta au travers du défilé, n'envoyant aucun éclaireur en reconnaissance et ne formant pas d'arrière-garde pour couvrir son avance.

Le combat qui s'ensuivit devint la bataille la plus célèbre de toute l'histoire humaine : la Bataille du Col du Feu Noir. L'armée orque fut exterminée et Sigmar remporta ainsi la victoire finale. Bien évidemment, ce ne fut pas pour autant la fin des orques et, dans l'année qui suivit, Sigmar les poursuivit encore dans les forêts profondes et les hautes montagnes, rasant les forteresses gobelines et chassant ses ennemis au plus profond des terres sauvages.

Les premières publications Citadel des années 1980 décrivent des unités et des personnages présents durant les Guerres Gobelines : Harboth, Notlob, Grom et Bogdan pour les gobelinoïdes, Josef Bugman pour les nains, l'ogre Golgfag,...

Harboth et les boys de la Montagne Noire [Forces of Fantasy et Citadel Journal]

La Passe du Feu Noir est la seule route à travers les Montagnes Noires et, pendant des années, la passe était impossible à traverser en raison de la présence d'un grand campement orque. Ce camp sale et sordide consistait en quelques douzaines de quelques cabanes de bois, un grand saloon instable et des centaines d'orques mauvais et avides.
Ce camp était dirigé par Harboth, un orque de grande taille, aidé par son homme de main dément Yaskin Forit. Les hommes de Harboth passent la plupart de leur temps au saloon, s'abritant de la pluie qui tombe presque en permanence sur les pentes des Montagnes Noires. Ils vont chacun leur tour au péage pour torturer les voyageurs. Parfois, il y a un combat quand un halfeling ou un nain indigné essaye de se défendre, mais c'est rare.
Les boys de la Montagne Noire n'ont pas vraiment de vêtements ou d'équipement de qualité. Ils ont une bonne collection d'armes et d'armures prises aux voyageurs, dont des arcs solides et de lourds couperets de fer appelés "chatouilleurs de nains", une invention d'Harboth dont il est particulièrement fier. Yaskin Forit porte une version à deux mains de cette arme.
Après les Guerres Gobelines, les Badlands furent graduellement nettoyées par les nains. Harboth et son gang furent forcés de s'enfuir. On dit qu'Harloth passa le reste de sa vie à voler du bétail dans le sud.

Equipement : Chatouilleur de nain, couteaux et massues, cotte de mailles et bouclier
Uniformes : Des tuniques et culottes miteuses, tous leurs vêtements sont sales. Une veste de cotte de mailles légère est portée sous les autres vêtements. Des emblèmes assorties dominent, souvent d'une nature grossière ou insultante. Harboth et ses troupes préfèrent individualiser leurs boucliers en dessinant des images ou des slogans vulgaires dessus.
Cri de guerre : L'expression favorite d'Harboth est "Ecrasez les nabots".

Les balistes de Notlob [Citadel Journal]

Pendant de nombreuses années, la seule route à travers les Montagnes Noires était dominée par un campement orque dirigé par Harboth, un orque d'une grande taille et d'une grande force. De nombreuses batailles eurent lieu dans cette passe de montagne, la Passe du Feu Noir, et de nombreux héros émergèrent des deux côtés. Les nains et les hommes tentèrent désespérément de détruire les orques et les orques répondirent en renforcant leurs défenses et en se vengeant de nombreuses fois sur les fermes humaines.
Notlob était déjà célèbre parmi les siens quand il est arrivé à la Passe du Feu Noir. N'avait-il pas inventé de nombreuses machines de guerre et instruments de torture? N'avait-il pas conçu et commandé les machines de guerre qui abattirent les murs de la moitié des cités des Badlands? Notlob appliquait maintenant son génie créatif pour construire de nouvelles machines pour la défense de la passe.
Les hommes et les nains ne savaient pas ce qui leur arrivait quand leur prochaine assaut fut repoussée par une tempête de gigantesques carraux, aussi grands que des javelins et capables de transpercer même la plus dure des armures naines. Les assauts suivants ne furent pas plus réussis, et finalement les orques furent laissés tranquilles, libres de continuer leur antique tradition de massacrer les voyageurs et piller les convois marchands.
Notlob est également un ingénieur extraordinaire, et il compte comme un équipage de trois quand il utilise une machine de guerre. De plus, toute machine dans son unité reçoit un +1 à leur jet "pour toucher".

Equipement : balistes
Uniformes : Les orques ne portent pas d'uniformes. Ils méprisent l'uniformité et préfèrent individualiser leurs vêtements à l'aide d'une bonne couche de crasse. Ils ont une attitude similaire pour leurs machines de guerre et s'amusent à leur donner des noms et à peindre des slogans dessus. De nombreux orques gardent même la trace de leurs victoires sur leurs machines, ainsi que les noms des batailles et des campagnes dans lesquelles ils ont participé.
Cri de guerre : En raison de la nature de ces armes, ces orques n'emploient pas de cris de guerre en tant que tels, bien qu'ils iront avec joie au corps à corps, en hurlant et gesticulant comme le font les Orques. Cependant, contrairement à la plupart des orques, la plupart des membres de l'équipage de Notlob peuvent écrire quelques mots. Ils emploient ce talent pour graver divers slogans sur leurs projectiles, dont des réparties instruites comme "Notlob le fait à 100 mètres" et "Bouffe ça nabot".
Exploits : Le conflit de la Passe du Feu Noir donna sa réputation à Notlob parmi les humains et les nains. Cependant, il considéra toujours l'invention du "Joyeux bâton mutile-halfeling et écrase tête" comme sa plus grande prouesse.

La garde gobeline de Grom [Forces of Fantasy & the Spring 85 Journal]

Le Grom décrit ici a vécu à l'époque de Sigmar. Un homonyme est aussi connu pour sa Waaagh à travers l'Empire et son expédition en Ulthuan en 2425 C.I. Il n'est pas exclu que les chefs gobelinoïdes s'approprient le nom de héros légendaires du passé pour accroitre leur aura personnelle.

Grom démarra les Guerres Gobelines quand il tua Wulfrun Willowhand, Roi des nains du Nord, dans une bagarre enivrée. La cause de cette dispute n'est pas connue, bien que les mérites relatifs de la Brune du Vieux Sam et de la Meilleure de Bugman puissent avoir été responsables. Grom mena les armées des gobelins à certaines de leurs victoires les plus célèbres, pour un gobelin c'était un excellent tacticien et soldat. Il n'était pas un gobelin pur mais de descendance mixte et ressemblait à un ogre particulièrement laid. Il était connu sous le nom de "La Panse des Monts Brumeux" tellement il était gros.
Grom sélectionnait ses gardes de la lie de la société gobeline, les exilés; des créatures mi-gobelines et mi-orques. Ces gardes sont particulièrement grands et vicieux. Leurs armures sont ramassées sur les champs de bataille précédents et leurs armes furent forgées à la forge naine du Champ de Zhuf après sa chute sous les armées de Grom.
Grom fut tué durant le premier assaut de la forteresse naine de Middenheim [à l'époque, peut-être...] et ses gardes furent exterminés à la bataille finale de la guerre, à la Passe du Chien Fou.

Equipement : Epée, cotte de mailles et bouclier
Uniformes : Veste et pantalons de cuir, avec une cotte de mailles et un casque de fer. Des motifs de boucliers assortis dominent. Le bouclier de Grom représente la mort de Wilfrun Willowhand, avec beaucoup de sang et la fameuse fourchette bien en évidence.
Exploits : En dehors d'avoir démarrer les Guerres gobelines, Grom est surtout célèbre pour les Atrocités du Champ de Zhuf. De nombreux prisonniers nains furent pris en cette occasion, mais tous étaient condamnés à mourir dans d'atroces souffrances. Chaque jour du mois suivant, Grom fit amené une centaine de nain devant lui. Il s'assit ensuite sur chaque prisonnier jusqu'à ce que la victime meurre suffoquée.
Cri de guerre : "Yaaaghhhruuuuuugh!" - les gobelins ne sont pas connus pour leur éloquence.

Chars de guerre de Bogdan Legbreak, Seigneur de guerre gobelin [Citadel Journal]

Bogdan Legbreak était le chef de tous les gobelins des Montagnes du nord du Vieux Monde à l'époque des Guerres Gobelines et naines. C'était un "gobelin des cavernes", une race assez petite mais particulièrement forte et résistante. Depuis ses barricades dans les collines au pied des montagnes, Bogdan mena de nombreux raids contre les hommes et les nains du Vieux Monde, dont de nombreuses expéditions dans le nord et la région appelée le Pays des Trolls entre le Vieux Monde et la Norsca. C'est ici que les auriges de Bogdan rencontrèrent et détruisirent un convoi nain sous le commandement de Bono Bugman, et c'est aussi là que Bogdan rencontra et s'associa avec le mercenaire ogre fourbe Golgfagg le Rutdrogg.

Bien que Bogdan fut tué avant la fin des guerres gobelines/naines, ses fameux chars continuèrent de se battre et prirent part dans tous les conflits majeurs de la guerre, dont les batailles des Champs de Zhuf, l'attaque de Middenheim et la bataille finale catastrophique de la Passe du Chien Fou. Le fils de Bogdan et le champion du Régiment Mad Eyed Hogg menèrent les chars après sa mort, et survécurent à la guerre pour irriter les nains pendant de nombreuses années. Mad Eyed Hogg était encore plus violent et alcoolique que son père et on pouvait l'entendre à des kilomètres beugler son cri de guerre de "De la bière pour Hogg!". Après la guerre, les chars se dispersèrent, bien que certains d'entre eux continuèrent à combattre dans de nombreuses escarmouches.

Équipement : Épée, lance, et char.
Cri de guerre : Le cri de guerre de Bogdan était généralement "Arrachez leurs foies et mangez le cru!". Après la trahison du mercenaire ogre Golgfag, Bogdan se mit à crier "Crève sale Golgfag!" durant les moments les plus stressants. On dit que ce furent ses dernières paroles, tandis que l'ogre lui arrachait ses membres. Mad Eyed Hogg préférait son cri de "De la bière pour Hogg!".
Uniformes : Les auriges portent plus ou moins ce qu'ils veulent, ou ce qu'ils peuvent voler ou piller. Les chars eux-mêmes sont généralement en bois, ou peints en noir. Les gobelins sont fiers de leurs trophées sur leurs chars, leurs armes, leur équipement et l'anatomie de leurs victimes accrochée à leurs chariots.
Exploits : La destruction de Bono Bugman et le convoi de bière Bugman qu'il gardait est un des exploits les plus influents de Bogdan. Bogdan était présent à la bataille de la Brasserie Bugman juste avant sa mort et les légendes gobelines racontent comment il fit sortir Bugman en racontant l'histoire de la mort de son fils, avant de tuer le vieux nain d'une manière douloureuse.

FONDATION DE LA BRETONNIE

Plus d'informations sur la fondation de la Bretonnie ici.

Date C.I.

Evénements

977

Gilles le Breton conquiert les terres occidentales des Montagnes Grises et créé la Bretonnie. Orques et gobelins se retirent dans les Montagnes Grises et dans les forêts du nord sous la pression des Bretonniens.

1142

Guillaume, troisième roi de Bretonnie, défait une grande armée orque à la Bataille d'Armandur et repousse les derniers orques des territoires nord de la Bretonnie.

LA WAAAGH DE GORBAD GRIFFE DE FER

Cette Waaagh a peut-être eu tant de succès car elle trouve l'Empire désuni. Depuis 1547 CI, l'Empire est divisé en trois : un empereur à Nuln, un autre au Middenland et un autre à Talabheim.

L'histoire de Gorbad est reprise dans le WDF117 p.55-56 avec la même trame mais quelques variations.

Date C.I.

Evénements

1705 (~)

C'est à cette époque que Gorbad Griffe de Fer [Ironclaw en VO] défait Zogoth l'Écrabouilleur et unifie les Griffes de Fer et les Dents Brisées à la forteresse du Roc de Fer.

1707-1712

Le plus grand seigneur orque de tous les temps. Gorbad Griffe de Fer, mène une immense Waaagh pour envahir l'Empire. L'Averland et le Moodand sont dévastés Averheim et Nuln sont capturées et brûlées. À la Bataille de la Couronne du Solland, le comte Eldred est tué et son épée magique, le Croc Runique du Solland est dérobée par les orques. Le Solland est dévasté. Gorbad est gravement blessé à la bataille de Grunberg mais il gagne tout de même la bataille et l'armée impériale se retire vers Altdorf.
Altdorf est assiégée. L'Empereur Sigismund est tué au combat. Gorbad, blessé, s'affaibli de plus en plus et la Waaagh perd peu à peu de son impétuosité. L'armée orque se sépare laissant en ruines les territoires orientaux de l'Empire.

1712Le Haut roi Kendrak Gottrison attaque et détruit les restes de la horde de Gorbad Griffe de Fer alors qu'elle bât en retraite vers les Badlands. [LA Nains V8 p.21]

Gorbad Griffe de Fer fut l'un des chefs orques les plus célèbres de tous les temps, sa horde destructrice traversa l'Empire et laissa la région du Solland si dévastée qu'elle ne s'en remit jamais. Il s'établit ensuite dans les Terres Arides où sa tribu, les Griffes de Fer, contrôlait la forteresse connue sous le nom du Roc de Fer.

Le Roc de Fer est un pic de métal fondu vomi par les entrailles de la terre lors de l'un des innombrables cataclysmes des temps anciens. Il s'élève à l'ombre du versant ouest du Mont du Tonnerre, et fut découvert par les nains qui creusèrent ses flancs, créant un labyrinthe de tunnels et de cavernes. Les Orques découvrirent le Roc de Fer lorsqu'ils envahirent les Montagnes du Bord du Monde, établissant leur propre domaine sur tous les pics situés entre le Col du Chien Fou et la Montagne de Feu.

Les Griffes de Fer vécurent autour du Roc de Fer durant de nombreuses années, grandissant ou déclinant comme toutes les tribus orques. Leurs rivaux étaient les Dents Brisées, dont le chef n'était autre que le célèbre et brutal Zogoth l'Ecrabouilleur. Les Dents Brisées habitaient le Rocher Noir, l'ancienne forteresse naine du sud. Lors d'un raid éclair, Gorbad mena son armée à travers les anciens tunnels nains et écrasa la tribu des Dents Brisées avant qu'elle n'ait pu réaliser ce qui lui arrivait. Zogoth l'Ecrabouilleur s'enfuit à travers les tunnels nains. Gorbad lança alors des squigs des cavernes à ses trousses. Les hurlements des squigs se répercutèrent pendant plusieurs jours dans les tunnels du Rocher Noir et des chasseurs de squigs furent dépêchés pour les retrouver. Ni les squigs ni les gobelins ne revinrent jamais.

Les Dents Brisées acceptèrent Gorbad comme chef car quand les orques ont perdu, ils rejoignent sans trop de problème le camp du vainqueur. Avec les Dents Brisées sous son contrôle, Gorbad soumit rapidement les autres tribus des alentours. La Waaagh de Gorbad avait commencé ! De toutes les Terres Arides, les tribus d'orques et de gobelins affluaient pour rejoindre l'immense armée qui s'avançait lentement vers le nord.

Alors que la Waaagh traversait le Col du Chien Fou, elle fut rejointe par les tribus de gobelins qui avaient, creusé leurs tunnels sur toute sa longueur. Puis l'armée se dirigea sur la forêt au pied du Pic Eternel, où elle accueillit des tribus de gobelins des forêts, chevauchant des araignées géantes et lançant leurs sauvages cris de guerre. La Waaagh traversa de nuit le Col du Feu Noir, alors que les éclairs zébraient le ciel et frappaient les sommets des Montagnes Noires. Une petite troupe frontalière impériale fut massacrée avant que les orques ne se ruent sur les plaines de l'Averland.

Gorbad Griffe de Fer prit la vieille route des nains qui traversait l'Averland, pillant et détruisant toutes les fermes et villages qu'il rencontrait sur son chemin. L'armée orque installa son campement aux pieds des Trois Tours, d'anciennes ruines elfiques aux frontières du Mootland. Là les orques festoyèrent et se battirent entre eux pour le partage du butin. A l'issue de trois jours de beuveries, ils furent fin prêts pour envahir le Mootland. Avertis de l'arrivée des orques, les halflings se regroupèrent pour défendre leur terre, le comte d'Averland envoya également ses troupes en renfort. Mais ce fut en vain, Gorbad frappa au nord, par les Collines des Tours et attaqua les halflings et leurs alliés sur les Hauts de l'Aver, une rangée de collines basses au sud du Mootland. Les halflings furent massacrés, et seuls quelques Chevaliers Panthères parvinrent à s'enfuir pour alerter l'Empereur Sigismund de l'approche imminente de la horde d'orques.

Les orques passèrent deux jours de plus à piller le Mootland et à engloutir les tonneaux de ses nombreuses tavernes. Les réfugiés halflings s'enfuirent sur l'Aver dans un convoi de bateaux, de barges et de radeaux improvisés, atteignant ainsi la ville de Nuln. Pendant ce temps, les orques approchaient d'Averheim. Leurs machines de guerre en enfoncèrent les portes et les murs et la Waaagh envahit la cité, brûlant et détruisant alors que les citoyens impuissants se réfugiaient dans les collines.

La réputation de Gorbad Griffe de Fer atteignit les tribus orques et gobelines de la Grande Forêt qui furent nombreuses à descendre dans le sud pour le rejoindre. Les orques commencèrent à piller et à voler comme à leur habitude, mais Gorbad avait d'autres plans. Sur son ordre, les kostos des Griffes de Fer arpentèrent les rues enflammées, regroupant les orques à moitié ivres et reformant les rangs des gobelins excités. Cette mesure occasionna quelques grognements et les kostos durent cogner quelques têtes les unes contre les autres, histoire de rappeler qui était le chef.

Nuln fut la cité suivante à subir la puissance de la Waaagh. Gorbad avançait vers l'ouest et la cité en suivant le cours de l'Aver. Nuln était déjà pleine des réfugiés halflings et d'habitants de l'Averland occidental qui avaient fui devant l'avance de la horde. Les orques s'arrêtèrent devant les murs de la cité, enfoncèrent les portes et se livrèrent au même massacre qu'à Averheim. Brutus Leitdorf, le Comte d'Averland, ordonna la retraite à travers le grand pont et rallia ses troupes dans la partie occidentale de la cité.

Le comte ordonna la destruction du pont à l'arrivée des orques pour couper net leur avance. Mais les orques s'entassèrent sur des débris flottants et traversèrent la rivière. Au début, ils furent massacrés et noyés par centaines, mais finalement le poids du nombre l'emporta et ils purent prendre pied sur l'autre rive. Au crépuscule, la cité entière était en flammes et les quelques survivants fuyaient vers Altdorf. Brutus Leitdorf était parmi eux, menant le reste de son armée loin du désastre.

La destruction de Nuln fut un rude coup porté à l'Empereur Sigismund et une grande victoire pour Gorbad Griffe de Fer. L'armée impériale fut si affaiblie par la perte des forces de Nuln que l'Empereur ne put que regarder les orques dévaster les terres alentour. Le Solland et le Wissenland furent mis à sac après la défaite d'une seconde armée commandée par le Comte Eldred du Solland lors de la bataille que l'on nomma Bataille de la Couronne du Solland. Le comte Eldred fut tué par Gorbad en combat singulier. L'épée du Solland, l'un des Crocs Runiques donné par les nains à Sigmar, fut volée par les orques. Selon les légendes, Gorbad retira la couronne du Solland de la tête du comte et la plaça sur son crâne, la portant comme symbole de sa victoire. Les orques dévastèrent le Solland durant des semaines, puis, une fois qu'ils eurent terminé, ils se tournèrent vers Altdorf.

Une armée fut déployée sous le commandement du comte du Wissenland afin de stopper la progression des orques avant qu'ils ne gagnent la capitale. Le Comte du Wissenland, Erich Adolphus, comptait parmi les meilleurs généraux de l'Empire, vainqueur de nombreuses et féroces batailles contre le prétendant au trône impérial, le Comte Gerhardt du Middenland. L'armée d'Adolphus était petite mais composée de l'élite des soldats impériaux : la Reiksguard, les Chevaliers du Loup Blanc, les Chevaliers Panthères et les Chevaliers du Soleil. Rapidement, les chevaucheurs de loups amenèrent à Gorbad des informations sur l'avance de l'armée impériale. Il envoya à sa rencontre une vaste force de troupes montées sur des sangliers, des loups, des araignées et des chars.

Le combat qui s'ensuivit, la Bataille de Grunberg, fut inédite du fait que seules des troupes montées y participèrent. Les meilleurs chevaliers de l'Empire contre les unités les plus mobiles de la horde orque. Gorbad mena sa troupe en personne, coiffé de la couronne de Solland et brandissant son immense hache de guerre Morgor la Massacreuse. Au début, les chevaliers impériaux semblaient invincibles et ils chassèrent les chevaucheurs de loups du champ de bataille. Mais les deux camps se retrouvèrent vite engagés dans une incroyable mêlée où les lances des chevaliers furent inefficaces contre l'assaut pressant des guerriers orques.

Leurs troupes engagées au combat, les deux chefs s'élancèrent dans la mêlée pour mettre leur poids dans la balance. Le plus grand général de l'Empire et le plus puissant des grands chefs orques s'affrontèrent avec la fureur de deux vieux ennemis. Gorbad lança son char sur le comte, les trois loups de l'attelage se jetèrent à la gorge de l'ennemi. Adolphus fit tournoyer son épée, l'un des douze Crocs Runiques, sœur de l'épée dérobée du Solland. Les trois loups s'effondrèrent, leurs têtes tranchées en seul coup dessinant un arc sanglant dans les airs. Le char de Gorbad se renversa, envoyant le seigneur de guerre orque s'écraser aux pieds d'Adolphus.

Le comte plongea sa lame dans le torse massif de Gorbad et un flot de sang verdâtre éclaboussa son armure. Dans un effroyable cri de douleur, Gorbad fit tournoyer Morgor et frappa Adolphus d'un coup terrible à la tempe. Les deux puissants généraux titubèrent alors que des centaines de guerriers tournoyaient autour d'eux. Au moment où ils allaient frapper à nouveau, des chevaliers et des chevaucheurs de sangliers les séparèrent et les deux commandants furent emportés dans le tourbillon du carnage. Ce fut une rude bataille pour les deux camps, mais les orques prirent finalement le dessus et les chevaliers succombèrent face à eux.

Au crépuscule, l'armée impériale était entièrement démantelée avec les chevaucheurs de loups sur ses talons. Gorbad était trop grièvement blessé pour la traquer, aussi de nombreux chevaliers impériaux réussirent-ils à s'échapper, dont le comte blessé du Wissenland.

A Altdorf, l'Empereur Sigismund se préparait à l'assaut des orques en fortifiant l'enceinte de la cité et en engrangeant les récoltes. Lorsque tous les hommes, les femmes et les bêtes dans un rayon de cinquante lieues furent entrés dans la capitale, il ordonna que l'on dévaste les terres alentour. Lorsque les orques arrivèrent, ils ne trouvèrent que champs calcinés, puits empoisonnés et tavernes vides. Aussi ne perdirent-ils pas de temps dans leurs pillages coutumiers et se lancèrent-ils directement à l'attaque. Le premier assaut contre les hauts murs d'Altdorf fut repoussé et leur occasionna de lourdes pertes. Les marais entourant Altdorf gênaient le regroupement des orques pour l'assaut et plusieurs unités disparurent à jamais, englouties dans les marécages.

Gorbad ordonna la fin de l'assaut et se prépara pour un long siège. Tout d'abord, ses immenses lance-rocs pilonnèrent les murs et lancèrent une pluie de rochers sur la cité, causant des dommages considérables. En réponse, les canons impériaux furent pointés vers les orques et les lance-rocs furent rapidement réduits au silence. Gorbad, toujours affaibli par la blessure que lui avait infligée Grunberg, n'était pas réellement préparé pour un tel assaut frontal. Il commença alors à regrouper une force aérienne pour attaquer la cité. Quatre vouivres des Montagnes du Bord du Monde prirent l'air pour aller semer la mort dans la cité pendant qu'une pluie de plongeurs de la mort causait panique et consternation. Au paroxysme de la bataille, Sigismund fut occis alors qu'il menait un régiment d'archers pour défendre le palais contre l'attaque des vouivres. Deux d'entre elles furent abattues alors que l'Empereur agonisait, l'attaque aérienne échoua et le siège se prolongea sans que quiconque ne l'emporte.

Le temps passant, la blessure infligée par le comte du Wissenland ne guérissait pas, affaiblissant de jour en jour le seigneur orque. Durant quatre jours il fut envahi par la fièvre et la douleur, injuriant ses serviteurs et maudissant ses subalternes de leur échec. Ses [boys] désertèrent, la Waaagh perdit sa fougue et les tribus retournèrent dans les forêts et les montagnes. Finalement Gorbad lui-même dut abandonner. Altdorf l'avait vaincu et la Waaagh prit fin.

Les Griffes de Fer et les Dents brisées étaient tout ce qui restait des innombrables tribus orques qui s'étaient jointes à la bannière de Gorbad. Il restait bien quelques tribus de gobelins loyales ou trop effrayées pour déserter, mais c'était peu en comparaison des grands jours de l'invasion. Gorbad Griffe de Fer se retira vers l'est, suivant le cours du Reik jusqu'aux versants des Montagnes du Bord du Monde. Sur le chemin du retour, les restes de l'armée furent harcelés par les nains, les humains, et même par certaines tribus orques qui avaient appartenu à la Waaagh. Il devait encore y avoir une dernière bataille rangée, la bataille du Pic du Sang, dans l'ombre de la célèbre montagne rouge au sud du Col du Feu Noir.

C'est là que la horde d'orques fut confrontée à une vaste armée naine commandée par le Seigneur de Karaz a Karak. Lors de sa marche vers l'ouest, Gorbad avait pillé de nombreuses tombes naines et dérobé toutes les armes magiques qu'elles contenaient, un acte de profanation qui enragea les nains mais qu'ils ne purent empêcher à ce moment là. Alors que Gorbad se repliait vers l'est, les nains virent là leur chance de se venger et préparèrent un piège pour l'armée orque en retraite. Bien qu'encerclés par les nains, affamés et affaiblis par leur longue marche, les orques se surpassèrent en se frayant un chemin à travers les rangs des nains et en les distançant. Gorbad survécut mais son armée était dispersée. Divisés en de nombreuses petites bandes, les orques se dirigèrent alors vers l'est, disparaissant du Vieux Monde et de son histoire.

Comme les orques n'écrivent ni ne tiennent d'archives, on ignore ce qu'il advint de Gorbad. Peut-être regagna-t-il son ancien domaine, ou peut-être tomba-t-il sous la lame d'un jeune chef orque ambitieux avant d'avoir pu atteindre le Roc de Fer. Il est impossible de dire quel fut le destin du seigneur orque le plus puissant de tous les temps, mais, quoi qu'il soit advenu de lui, sa réputation et sa mémoire sont toujours vivantes. Pour les orques c'était un grand héros dont l'esprit a rejoint les dieux Gork et Mork. Pour les hommes il représente le souvenir terrifiant de la puissance destructrice de la Waaagh.

AUTRES EVENEMENTS 18ème AU 25ème SIECLE

Difficile de dater précisément les évènements de l'Alliance de la Hache Sanglante qui attaque la Voute.

Date C.I.

Evénements

2201

Début des Croisades contre les orques lorsque Louen Tueur d'Orques. Roi de Bretonnie, déclare son intention de traque tous les orques. Durant le siècle qui suit, la Bretonnie est peu à peu libérée des orques qui s'enfuient dans les montagnes et les forêts pour échapper aux chevaliers du roi.

2302

La Grande Guerre Contre le Chaos force de nombreuses tribus orques à se déplacer vers le sud, vers les territoires de l'Empire et les Montagnes du Bord du Monde. Certaines de ces tribus rejoignent le Chaos alors que d'autres le combattent.

2420

Le Roi Charlain [Charles?] de Bretonnie annonce son intention de porter la Croisade vers l'est dans les Principautés Frontalières et au-delà. Ses chevaliers remportent une victoire éclatante à la Rivière du Sang et de nombreux pionniers partent pour les Principautés Frontalières.

2488

Bataille du Défilé de la Mort. Une armée bretonnienne est vaincue par Morglum Brise Nuques. Le roi déclare la fin des Croisades contre les orques.  

 
GROM LA PANSE DES MONTS BRUMEUX

Ce Grom ("Grom the Paunch of Misty Mountain" en VO) a un homonyme qui semble avoir vécu à l'époque de Sigmar (cf plus haut). Il n'est pas exclu que les chefs gobelinoïdes s'approprient le nom de héros légendaires du passé pour accroitre leur aura personnelle.

A partir des informations connues, un fanboy a créé trois cartes plutôt bien faites. Sur la seconde, il est vraisemblable que les gobelins n'ont jamais eu le contrôle d'un aussi grand territoire, je pense qu'il faut voir cela comme les zones qu'ils ont menacées de leurs raids pendant que Grom campait à Nuln. Sur la troisième, je verrais plutôt une flotte venue de Marienburg : Marienburg est impérial à l'époque.

Date C.I.

Evénements

2420-2424

Le seigneur gobelin Grom commande une coalition de tribus orques et gobelines à travers les Montagnes du Bord du Monde. Après avoir vaincu les nains à la Bataille de la Porte de Fer, la Waaagh se dirige vers l'Empire. Le nord et l'est sont dévastés et Nuln est en feu. Grom méne son armée vers la mer, ou il construit une immense flotte et navigue vers l'ouest, et on ne le reverra jamais plus dans le Vieux Monde.

2425

Grom a atteint le royaume elfiques d'Yvresse en Ulthuan. Il y cause de grandes destructions avant d'être finalement vaincu.

La plupart des seigneurs de guerre dont les invasions ont fait trembler le monde et menacé les royaumes humains sont des orques plutôt que des gobelins. Les orques sont plus grands. plus dangereux et plus violents que les gobelins. Grom fut l'exception, un gobelin non seulement aussi dangereux et ambitieux que le meilleur orque, mais également bien plus imposant ! Il n'était pas particulièrement grand, guère plus grand qu'un orque mais il était d'une obésité monstrueuse. En fait il était si gros qu'on le surnomma la Panse des Monts Brumeux, ou simplement Grom le Gros.

Si l'on en croit les légendes, son incroyable constitution était due à une absorption massive de viande de troll crue lors d'un pari. La chair de troll, outre sa résistante, a Ir propriété de se régénérer rapidement. Si un troll es blessé, ses plaies se referment instantanément. Ceci allié à leur stupidité et à la puissance de leurs muscles font des trolls des adversaires redoutables. C'est également ce qui rend leur chair inconsommable à moins d'être cuite pendant de longues heures.

Déterminé à gagner son pari, Grom consomma un plat de steaks de troll et découvrit que la viande de troll se régénérait dans son estomac. Alors que la masse bouillonnante gonflait son ventre, son système digestif assimilait cette matière. Durant des jours, Grom resta allongé, gémissant et grognant car la chair de troll se régénérait plus vite qu'il ne la digérait, mais peu à peu son estomac prit le dessus. Finalement un équilibre fut trouvé, et, bien que la chair de troll fut encore présente, Grom parvint à la digérer aussi vite qu'elle se régénérait.

Après plusieurs semaines d'une pénible indigestion et de flatulences interminables, Groin se releva triomphant. Il était évidemment un peu plus gros. Bien qu'il ne mangeât plus rien après cela, il continua à prendre du poids à cause de la chair de troll toujours présente dans son estomac. Il devait souffrir d'accès de flatulences tonitruantes pour le restant de ses jours.

La tribu de Grom était les Haches Brisées, une tribu de gobelins vivant à l'extrémité est du Col du Chien Fou. La tribu occupait l'une des innombrables forteresses souterraines qui longeaient ce col. C'est aux environs de l'année 2400 du calendrier impérial que Grom fit le pari narré plus haut. L'effet devait devenir effrayant et évident à l'œil nu. Pour les orques et les gobelins, la taille représente la puissance et, pour autant que l'on puisse en juger, Grom semblait vraiment très puissant ! En dix ans il avait soumis toutes les tribus du Col du Chien Fou et subjugué les gobelins de la nuit qui vivaient autour et sous le Mont du Tonnerre. C'était le début de la Waaagh de Grom, et la naissance d'une légende parmi les orques.

Durant plusieurs années la tribu des Haches Brisées erra à l'ouest et au nord, soumettant les tribus orques et gobelines du sud des Montagnes du Bord du Monde et des Terres Arides. Vers les années 2410. Grom mena sa horde à travers le Col du Feu Noir pour se diriger vers le nord le long des terres naines. Détruisant des forteresses mineures et pillant les tombes ancestrales, son armée avançait sans opposition alors que les nains regroupaient leurs forces.

Lors de la bataille de la Porte de Fer, l'une des anciennes entrées de la forteresse naine de Karak Varn, le roi des nains et son armée affrontèrent une partie de la horde, commandée par Grom en personne. Après une longue et féroce bataille, les deux camps se retirèrent en laissant de nombreux cadavres derrière eux, nul ne pouvant revendiquer la victoire. Néanmoins, la bataille fut favorable à Grom qui pouvait sacrifier un grand nombre de troupes sans affecter la puissance de sa horde. Pour les nains ce fut un désastre. Un grand nombre des meilleurs guerriers du roi gisaient sur le champ de bataille et tout espoir de repousser l'ennemi s'était évanoui. Désespérés, les nains demandèrent de l'aide à l'Empire.

Malheureusement pour les nains et pour l'Empire, l'Empereur régnant était Dieter IV, comte électeur du Stirland, sans doute l'individu le plus incapable et le plus égoïste qui se soit assis sur le trône impérial. Pendant des années, Dieter détourna les fonds prévus pour l'armée. On n'avait pas regardé à la dépense pour transformer Nuln en une magnifique métropole aux fontaines de marbre, aux statues d'or et aux jardins éblouissants. Dieter avait rasé la moitié de la cité pour construire son extraordinaire palais entouré de nombreux temples et jardins publics.

Lorsque le messager du roi nain arriva à la cour de l'Empereur, celui-ci réagit immédiatement, non pas en envoyant de l'aide (l'armée n'ayant aucun fond et étant réduite à sa plus simple expression), mais en déplaçant sa cour à Altdorf, aussi loin que possible de la menace de Grom. Dégoûté, le messager nain retourna à Karaz a Karak où son roi reçut la décision de l'Empereur couard avec le stoïcisme qui caractérise les nains. Incapables de contenir l'invasion du seigneur gobelin, les nains se résolurent à fermer les portes de leurs forteresses et à se défendre de l'intérieur. Durant les années qui suivirent, la horde dévasta les montagnes sans rencontrer d'opposition, profanant temples et tombes, mais Grom fut incapable de prendre les forteresses des nains ou de les pousser à se battre.

Alors que la Waaagh avançait librement à travers les Montagnes du Bord du Monde, elle fut rejointe par des myriades de gobelins, dont les tribus de gobelins de la nuit venues de la Montagne de l'Œil Rouge et les tribus de gobelins des forêts originaires de la Grande Forêt. Alors que son armée grossissait en nombre et en force. Grom s'aventurait toujours plus au nord, dévastant la plus grande partie du Stirland, du Talabecland et allant aussi loin que le Hochland dans l'ombre des Monts du Milieu. Les armées impériales furent défaites. La population humaine se réfugia dans les cités et la plupart des terres furent abandonnées. La Grande Forêt devint un royaume gobelin que nulle armée impériale ne pouvait traverser saine et sauve Nuln, dont les murs défensifs avaient depuis longtemps été abandonnés en faveur de la magnificence du marbre, fut brûlée et mise à sac. Le palais d'or de Dieter avec ses fontaines et ses statues fut entièrement détruit.

La horde s'avança vers l'ouest et l'Empire devint une terre assiégée. Des communautés entières fuyaient la campagne pour se réfugier derrière les murs bien défendus des cités alors qu'au dehors les gobelins s'adonnaient librement au pillage. Voyant les humains abandonner leurs terres, des tribus venant des forêts profondes et des hautes montagnes se regroupèrent pour se joindre à la Waaagh. La chute de l'Empire semblait inévitable. Aucune terre n'était cultivée, aucune récolte n'était engrangée et le bétail était massacré. L'Empereur ne semblait pas vouloir, ou était incapable de recruter une armée, il se cachait derrière les murailles d'Altdorf en rêvant à des jours meilleurs.

Comme l'Empereur ne faisait rien, son cousin, Wilhelm Prince d'Altdorf, allait devenir le sauveur de l'Empire. Il organisa la défense d'Altdorf et recruta une nouvelle armée parmi les citoyens assiégés. Même si celle-ci n'avait pas une puissance comparable à celle de la Waaagh, elle pouvait compter vaincre les armées de Grom disséminées à travers l'Empire. Évitant prudemment les grandes concentrations d'orques et de gobelins, Wilhelm mena à bien plusieurs actions décisives et empêcha l'entière destruction du Reikland par les forces de Grom.

Pendant ce temps, l'attention de Grom s'était tournée vers l'ouest et les régions côtières de l'Empire. Après avoir dévasté le Middenland et vaincu une armée commandée par le Comte de Middenheim, Grom atteignit les rivages de l'océan. Selon les archives impériales, la horde se regroupa sur la côte et commença à construire une immense flotte. Des hectares de forêt furent abattus pour fournir le bois de construction, et des tribus entières de gobelins de la nuit furent dépêchées pour récupérer des matériaux parmi les ruines fumantes de l'Empire. Durant des semaines, les forges crachèrent le feu et la flotte prit forme grâce à la sueur de milliers de gobelins. On n'avait jamais vu telle flotte, d'immenses vaisseaux taillés dans le bois et propulsés par de massives roues à aube et de gigantesques voiles. Les humains regardaient la flotte prendre forme, les messagers de l'Empire portèrent la nouvelle en Bretonnie, à Kislev, et dans les royaumes du sud, les prévenant de l'inévitable approche de l'armada. Les seigneurs du Vieux Monde tremblaient dans l'attente, espérant que la Waaagh les épargnerait.

Lorsque la flotte prit la mer, des éclaireurs de l'Empire la suivirent le long des côtes. À Marienburg, les orques livrèrent une sanglante bataille navale contre la flotte impériale, envoyant la moitié de ses vaisseaux rejoindre les profondeurs de l'océan et dispersant le reste aux quatre vents. Marienburg s'offrait aux pillages de la horde alors que les marienbourgeois se préparaient à défendre leur cité. Heureusement le mauvais temps arriva et la flotte de Grom fut poussée vers l'ouest par une tempête dévastatrice. Les gobelins, peu habitués à la mer et ignorant tout de la navigation, ne purent rien faire si ce n'est résister à la tempête. Un vaisseau se brisa et ses débris furent jetés sur la côte bretonnienne, mais de Grom et du reste de la Waaagh on n'eut plus aucune nouvelle dans les royaumes humains. Ce n'est que des années plus tard, que l'histoire du voyage de Grom sur les terres elfiques d'Ulthuan parvint aux hommes, et que ceux-ci apprirent sa défaite finale devant Tor Yvresse.

L'aventure de Grom en Ulthuan et le saccage de la province d'Yvresse est la toile de fond du scénario de la boite de base de WFB4.

Notons qu'un autre gobelin se faisant appelé Grom participe au raid de 2506 CI de Gorfang Rotgut et de Morglum Brise Nuques contre l'Empire.

LA WAAAGH DE SKARSNIK

Pour plus de détails sur Karak Huit Pics, reportez-vous à la page sur les citadelles naines.

Date C.I.

Evénements

2498

Bataille de la Porte Est à Karak Huit Pics. Prise en embuscade à la porte orientale de Karak Huit Pics, l'armée naine réussit à se frayer un chemin à l'intérieur de la citadelle malgré de lourdes pertes. La forteresse partiellement reconstruite de Karak aux Nuits Pics demeure assiégée de façon permanente par les tribus gobelines.

Les deux camps affirment qu'ils ont gagné la bataille (LA O&G p.15 ; NPA p.109).

2525Bataille de la Vallée [FdT - Thanquol t.1 pp. 98-105]. Durant la Fin des Temps, Skrasnik est battu par les skavens du seigneur Queek.

Depuis la chute de l'Empire nain, il y a près de trois mille cinq cent ans, la forteresse naine de Karak aux Huits Pics est en ruine, ses profondes cavernes et ses tunnel: interminables infestés de gobelins de la nuit et de skavens Dans les profondeurs des mines grouillent encore des horreurs innommables. Durant les quelques années suivant la chute de Karak aux Huits Pics, les gobelins de la nuit s'y étaient installés de façon permanente.

Malgré les efforts des nains pour reprendre Karak aux Huits Pics, ils échouèrent jusqu'à l'année 2470 du calendrier impérial, lorsque Belegar établit une tête de pont fortifiée dans l'antique citadelle. Bien que vivant et constant état de siège, les nains réussirent graduellement se débarrasser des gobelins de la nuit et des autre créatures maléfiques qui hantaient les premiers niveaux Aujourd'hui Belegar et son peuple vivent toujours parmi les ruines de Karak aux Huits Pics espérant un jour reconquérir le royaume de leurs ancêtres.

Les nains de Belegar subissaient constamment les raids des tribus de gobelins de la nuit qui vivaient autour des Huits Pics, l'ancien royaume nain. La plus puissante de ces tribus fut celle de la Lune Crochue commandée par Skarsnik. C'était un chef rusé et observateur qui arrivait à comprendre l'état d'esprit des nains. Lorsque Belegar arriva, le chef gobelin regarda les nains construire leur camp fortifié et n'attaqua pas tout de suite. Il attendit que des patrouilles s'aventurent à l'extérieur des murs pour les attaquer, capturant si possible des nains pour les torturer pendant des jours non loin des murs du camp nain.

Le temps passant, Skarsnik acquit une belle collection de barbes naines, qu'il disposa sur une longue perche plantée à flanc de montagne. Jour après jour, les nains voyaient grandir le nombre des barbes, alors que la nuit les battements des tambours de guerre gobelins et les cris des captifs torturés hantaient leur sommeil. La réputation de Skarsnik s'était étendue aux autres tribus : tous les gobelins de Karak aux Huits Pics et bien d'autres le reconnurent comme leur chef incontesté.

Il y a une quarantaine d'année, Belegar tenta de briser l'étau des gobelins en demandant de l'aide extérieure au nord. Les nains envoyèrent des messages a la capitale de Karaz a Karak en expliquant que les gobelins de la nuit les retenaient prisonniers entre les murs de leur citadelle et que sans renforts ce n'était qu'une question de temps avant qu'ils ne soient vaincus. Duregar, un parent de Belegar, recruta immédiatement une armée et marcha vers le sud le long des versants ouest des montagnes.

Pendant ce temps, la horde de Snarsnik avait grossi en une immense Waaagh. Les forces du seigneur gobelin combattaient tous les nains et les orques entre le Mont du Tonnerre au nord et la Montagne de Feu au sud. Dans les Terres Arides, plusieurs tribus orques rejoignirent la Waaagh. Même Barak Varr, la Forteresse côtière des nains sur le Golfe Noir fut assiégée. Alors que les nains de Karaz a Karak marchaient vers le sud, ils virent des cotonnes de fumée s'élever devant eux. Des Messagers de Barak Varr les prévinrent que les contreforts ouest de Karak aux Huits Pics étaient menacés par les orques des Crocs Rouges commandés par Gorfang Rotgut. C'est alors que Duregar prit une grande décision. Au lieu de rentrer a Karak aux Huits Pics par l'ouest, il traverserait les Montagnes du Bord du Monde et en suivrait les crêtes vers le sud, entrant dans Karak aux Huits Pics par la porte est qu'il pensait moins bien défendue. Alors que le soleil déclinait dans le ciel et que la fumée du Mont du Tonnerre se dissipait â l'horizon, l'armée naine campait a l'entrée du Col du Chien Fou.

Le jour suivant, les nains traversèrent le défilé. Le Col du Chien Fou est une région connue pour son hostilité. Ses versants sont jalonnés de forteresses gobelines, de cavernes et de tunnels hantés. Duregar fondait ses espoirs sur la détermination de ses nains. Alors qu'ils traversaient le col, ils furent attaqués par une vaste armée d'orques et de gobelins qui leur avaient apparemment tendu une embuscade. Au début les nains furent dépassés, mais ils fauchèrent finalement les orques à l'aide de leurs formidables canons. Cette bataille fut connue sous le nom de la Bataille des Crocs, un nom adéquat si l'on considère la façon dont les orques ont piégé les nains, comme entre les mâchoires d'un chien fou.

Durant cette bataille, cinq tueurs de trolls se distinguèrent en abattant trois trolls qui allaient écraser Duregar. Seuls deux d'entre eux survécurent ... pour se plaindre qu'il n'y avait pas assez de trolls dans les environs !

Bien que les orques et les gobelins fussent battus, ils ne représentaient qu'une infime partie de la horde de Skarsnik. Lorsque celui-ci fut avisé de la défaite de son armée, il organisa une grande fête du champignon et il ordonna à ses chamanes de concocter une liqueur de Bonnets de Fou pour les fanatiques. Les chasseurs de squigs furent envoyés dans les profondeurs des tunnels pour attraper un plus grand nombre de squigs des cavernes, et les rétiaires reçurent l'ordre de capturer des trolls de pierre. Alors que les nains avançaient vers le sud, les gobelins les observaient des collines environnantes, rapportant leurs mouvements grâce à des signaux de fumée et aux battements des tambours de guerre.

Skarsnik s'assit sur son trône de fer et attendit. Il s'amusait à donner des prisonniers nains en pâture à Gobbla, l'énorme et féroce squig des cavernes qu'il tenait fermement attaché au bout d'une chaîne. La raison pour laquelle cette créature démente n'avait jamais mordu Skarsnik restait un mystère.

L'armée de Duregar continua sa progression vers le sud jusqu'à ce qu'elle atteigne l'entrée est du Défilé de la Mort. La porte est de Karak aux Fruits Pics se trouvait à plusieurs lieues à l'intérieur du défilé, dans une large vallée pavée de pierres anciennes et parsemée de tombes d'ancêtres nains. Les nains s'avancèrent en formation de combat se préparant à une éventuelle attaque des versants de la montagne qui surplombait la vieille route naine.

La porte est avait été construite un millier d'années auparavant, là courait une crête qui se rétrécissait sur une centaine de kilomètres. C'est ici que les ancêtres des nains avaient érigé leur porte, une large et inexpugnable forteresse qui n'est plus qu'un tas de vieilles pierres à travers lequel court toujours la même route. Devant la porte et reliée à elle par un chemin de ronde se trouvait une grande tour grise dont le sommet dominait l'approche de la vallée. La tour de guet avait été reconstruite et fortifiée par les gobelins de Skarsnik. Elle était maintenant bourrée d'archers gobelins de la nuit, et à son sommet était installé un lance-rocs manipulé par des orques.

Alors que les nains s'avançaient, les gobelins les cernaient, tapis sur les versants de la montagne. Derrière eux une colonne d'orques avançait pour leur couper toute retraite. Des rochers tirés par le lance-rocs tombèrent sur leurs rangs serrés. Duregar poussa ses hommes en avant, espérant atteindre rapidement la porte est. Alors que les nains s'approchaient des premiers rangs des gobelins de la nuit, des hurlements s'élevèrent parmi les peaux vertes et des fanatiques surgirent de leurs rangs. Comme des toupies frénétiques, ils s'élancèrent sur les nains. Plusieurs furent abattus par des arbalétriers, certains passèrent à côté des nains, mais d'autres les frappèrent de plein fouet, en tuant un grand nombre avant de s'effondrer de fatigue.

Les nains continuaient à avancer. Les gobelins leur barrant le chemin furent vite mis en déroute, mais au moment où se créait l'ouverture vers la porte est, d'autres gobelins les chargèrent. Les archers de la tour faisaient pleuvoir des nuées de flèches noires sur leurs têtes, frappant nains et gobelins sans distinction. Ils continuaient malgré tout à tirer, ignorant les pertes qu'ils infligeaient â leurs frères.

La bataille semblait perdue pour les nains. Plus de la moitié de leur armée avait été détruite lors de leur charge vers la porte. La horde de gobelins paraissait largement diminuée. Avec cette détermination commune à tous les nains. Duregar mena ses troupes sur un monticule pour livrer son dernier combat. Il y eut soudain une explosion assourdissante et les portes volèrent en éclats. La fumée se dissipant, Duregar vit des nains charger les gobelins pour les rejoindre. Les gobelins de la nuit abasourdis se dispersèrent laissant des piles de cadavres dans leur sillage. C'était Belegar et les nains de Karak aux Huits Pics. Ils avaient fait une sortie vers l'est, massacrant l'arrière garde des gobelins avant de faire sauter la porte avec de la poudre à canon.

Les gobelins de la nuit et les orques furent mis en déroute. Skarsnik, caché sur l'un des versants de la montagne, vit la défaite de son armée. Les forces naines se rejoignirent dans une mer de sang et de cadavres à peau verte. Formant une immense tortue, l'armée entama sa retraite vers la porte. Avant qu'ils ne soient à mi-chemin, les orques et les gobelins reformèrent leurs rangs. Voyant le peu de nains survivants, leur confiance se raffermit. Les rochers recommencèrent à pleuvoir sur les nains et leur colonne reçut à nouveau des nuées de flèches.

De nombreux nains succombèrent transpercés par les flèches gobelines, mais ils avançaient inexorablement vers la porte. Les squigs des cavernes turent lâchés sur eux, mais plusieurs furent terrassés par des tueurs de trolls alors que les autres se retournaient contre les gobelins, arrachant têtes et membres avant de disparaître dans les montagnes. Étripant les quelques gobelins qui osaient encore s'opposer à eux, Duregar et Belegar se dirigèrent vers l'ouest. Les gobelins de la nuit continuèrent à harceler la colonne naine jusqu'à son arrivée à la citadelle, mais grâce à leurs armures et â leur endurance naturelle, il n'y eut que peu de pertes. Duregar et Belegar avaient brisé le piège que Skarsnik leur avait tendu.

Bien qu'elle ne fût pas aussi catastrophique qu'elle aurait pu l'être, la Bataille de la Porte Est fut un échec cuisant pour les nains. Plus de la moitié des forces naines avaient été détruite et bien que Skarsnik eût perdu un grand nombre de valeureux guerriers, ces pertes ne représentaient guère un grand sacrifice pour lui. L'armée naine était prisonnière de sa citadelle, encerclée par les gobelins. Mais Skarsnik devait s'occuper d'autres citadelles, durant les trois étés qui suivirent il lança des attaques sur Karak Azul, Barak Varr et à travers les Terres Arides. Gobbla, son énorme squig des cavernes fut bien nourri. Bien que repoussée en maintes occasions, la puissance de Skarsnik continue à grandir même de nos jours, et son étreinte sur Karak aux Huits Pics est toujours aussi puissante.

Karak Huit Pics est définitivement envahie à l'hiver 2525 CI par les Skavens et Belegar tué par le seigneur skaven Queek.
Skarsnik qui avait pourtant rallié des tribus venant des Terres Arides et des Terres Sombres est battu par les skavens à la Bataille de la Vallée (FdT - Thanquol t.1 pp. 98-105). Il abandonne vraiment la partie lorsqu'il reçoit un "émulateur de bombe warp" volé au technomage Ikit la Griffe et la promesse d'obtenir la tête du roi nain Belagar. On n'en sait pas plus sur la suite. Les notes apocryphes indiquent que les skavens du clan Mors font finalement exploser la montagne où se terraient les armées de la Lune Crochue (ou est-ce l'"émulateur" qui a explosé ?) et que Skarsnik lui-même rejoindrait enfin la Waa-Grimgor :

"Quant au Seigneur des Huit Pics, certains murmurent qu'il retrouva Grimgor dans l'est, où il se disputa le pouvoir avec le chef orque, Wurrzag essayant de les empêcher de se tuer mutuellement. A Middenheim, si le Roi de l'Eternité Malekith vit distinctement le Vent de la Bête incarné en Grimgor, il vit aussi dans l'orque et son alter-ego gobelin les forces de Gork et Mork incarnés dans leurs avatars choisis. A la toute fin, lorsque les orques et les ogres partirent à la chasse aux forces du Chaos, on dit que Skarsnik menait la charge, montée sur les épaules de l'ogre Golgfag."
AUTRES EVENEMENTS 25ème ET 26ème SIECLES

Date C.I.

Evénements

2498

Bataille des Crocs [ou des Machoires, selon les traductions]. Une armée orque est vaincue au Col du Chien Fou par les nains commandés par Duregar.

2500-2510

Gnashrak unifie les tribus orques et gobelines de l'est des Montagnes du Bord du Monde et conduit une immense armée sur la Route d'Argent vers Karaz a Karak. Les orques dévastent la région durant des années, causant d'importantes destructions et menaçant même de prendre la capitale. Finalement Gnashrak est vaincu et capturé à la Bataille de la Jambe Brisée par une armée de nains commandée par le seigneur Ungrim Poing de Fer de Karak Kadrim.

2503-2507

L'armée orque de Gorfang Rotgut assiège Barak Varr puis rejointe les tribus orques et gobelines de Morglum Brise Nuques [Necksnapper en VO] pour l'attaque de Karak Azul.
Les orques prennent le contrôle partiel de la forteresse et Gorfang capture des serviteurs du roi Kazador. Les nains mettent dix ans avant de récupérer tous les prisonniers et châtier les responsables (LA Nains V8 p.21).
En 2506 CI, ces deux seigneurs de guerre, associés à des nains du Chaos se lancent contre l'Empire et atteignent presque Talabheim. Gorfang Rotgut est vaincu à la bataille du Pont du Destin (WDF21 p.31-42) et Morglum vaincu et tué à la bataille pour Talabheim par le griffon de Karl Franz.(WDF22 p.49). D'autres disent qu'il a survécu (WDF37 p.37) et qu'il est tué par Grimgor durant la Fin des temps cf. Waa-Grimgor ci-après.

Gorfang Rotgut & Morglum Brise Nuques

 

AZHAG LE MASSACREUR [LA O&G V4 p8-9, carte WDF185 p71]

Date C.I.

Evénements

2512-2515

Le seigneur orque Azhag le Massacreur mène une immense armée d'orques et de gobelins de la nuit contre l'Empire. Il est finalement rattrapé et vaincu à la bataille d'Osterwald.

"L'heure est venue." murmura l'antique voix dans la tête d'Azhag. "Kom' je pensais", grogna le chef de guerre en éperonnant sa vouivre. La créature prit les airs dans un sifflement sournois. "On va bien s'marrer..."

Après l'hiver particulièrement rigoureux de l'année 2512CI, une vaste horde d'orques et de gobelins descendit des versants des Montagnes du Bord du Monde et dévasta les provinces orientales de l'Empire. Le seigneur orque qui la commandait se nommait Azhag le Massacreur. Il menait les tribus d'orques et de gobelins originaires des hauts plateaux de la Montagne de L'Œil Rouge. Dans les temps anciens, la Montagne de l'Œil Rouge était un puissant royaume nain appelé Karak Ungor. Après la chute du vieil Empire nain, elle devint la forteresse de gobelins de la nuit la plus puissante au nord du Col du Chien Fou.

La carrière sanglante d'Azhag commença alors qu'il n'était que le chef d'une petite tribu d'orques du Pays des Trolls. Il commença à marcher sur la route du pouvoir après la découverte d'un artefact magique, la Couronne de Sorcellerie, dans les ruines de la cité démoniaque de Todtheim, aux frontières des désolations nordiques.

Lorsqu'ils furent attaqués par des hordes du Chaos. Azhag et ses orques durent fuir à travers le labyrinthe souterrain 'des ruines de Todtheim. Les orques passèrent des semaines dans l'obscurité, combattant les monstruosités qui hantaient la cité maudite. Après avoir vaincu de nombreux monstres et découvert d'innombrables horreurs du passé. Azhag dut affronter un immense troll du Chaos. Ce fut un âpre combat, niais finalement Azhag chassa le troll clans les profondeurs de son repaire où il l'occis après une lutte sanglante. En fouillant dans le trésor du troll, il tomba sur la Couronne de Sorcellerie. Ignorant la nature réelle de son pouvoir. Azhag plaça la couronne sur sa tête et sa magie fonctionna immédiatement. D'étranges et terrifiantes pensées envahirent son esprit, et les ténèbres l'entourèrent.

Azhag et sa tribu trouvèrent aisément le chemin pour sortir de Todtheim, le chef orque semblant en connaître parfaitement l'issue. Son comportement avait changé. Parfois les kostos reconnaissaient tout à fait leur chef lorsque celui-ci s'élançait en première ligne en hurlant sur ses gars. Mais en d'autres occasions, surtout la nuit, il semblait différent. Son regard paraissait sombre et fixe, comme s'il détenait un terrifiant secret.

Au début, il ne portait qu'occasionnellement la couronne qu'il avait découverte, mais par la suite il la garda constamment sur son front vert et balafré et devint silencieux et ténébreux. Ce que les orques ignoraient, c'est que la couronne usait de son pouvoir sur Azhag. C'était un antique et diabolique artefact qui avait appartenu au seigneur liche Nagash en personne, et la couronne était encore imprégnée de sa puissance et de son esprit. Azhag n'était plus lui-même, la forte personnalité de Nagash le rongeant peu à peu. Mais Azhag et Nagash avaient une chose en commun : une soif inextinguible de conquête et de pouvoir que l'orque pouvait à présent satisfaire.

La tribu d'Azhag frappa à Pest, dans les Montagnes du Bord du Monde, contre les tribus d'orques et de gobelins qui y résidaient. Au début il rencontra sur son chemin des grands chefs rivaux, ce qui donna lieu à plusieurs batailles sanglantes, mais une fois que la rumeur de ses victoires se fut répandue, les tribus abandonnèrent l'idée de l'affronter et se regroupèrent pour se joindre à la Waaagh grandissante. Suivant les crêtes sud des Montagnes du Bord du Monde, il conquit tribu après tribu, et finalement tous les gobelins de la nuit de la Montagne de l'Oeil Rouge le rejoignirent. La Waaagh d'Azhag en fut largement augmentée car il y avait plus de gobelins de la nuit dans cette région que nulle part ailleurs dans le Vieux Monde.

Après s'être terrée durant tout l'hiver 2512, la horde fondit sur les provinces orientales de l'Empire. Au début ils pillèrent et dévastèrent l'Ostermark, festoyant avec le bétail que les paysans avaient affectueusement nourri durant tout l'hiver, la population démunie se réfugia dans l'ouest. La ville de Kohlizt et le temple de Sigmar à Nachtdorf furent rasés. Le comte d'Ostermark recruta une petite armée de troupes locales et de Chevaliers Panthères pour tenter de stopper les orques, mais ses troupes en infériorité numérique furent rapidement déroutées.

La Bataille de la Colline du Boucher n'est décrite que depuis la V7 [LA O&G V7 p34]. Il semble qu'elle pourrait bien correspondre à la ligne ci-dessous : "Le comte d'Ostermark recruta une petite armée de troupes locales et de Chevaliers Panthères pour tenter de stopper les orques, mais ses troupes en infériorité numérique furent rapidement déroutées."

Ce n'est qu'après la bataille de la Colline du Boucher qu'Azhag fut surnommé le Massacreur.
Au début de la bataille, il divisa sa horde en trois détachements - une action inouïe pour un seigneur de guerre orque généralement direct et peu sophistiqué. Le premier détachement mené par les orques noirs d'Azhag et ses Kostos attaquèrent le centre. Le second, composé de nombreux orques et de gobelins, enveloppa la base de la colline et bloqua d'éventuel renfort. Enfin le troisième, composé de gobelins et de snotlings prit un flanc des défenseurs.
Comme si cet inhabituel déploiement de stratégie ne suffisait pas, ce qui suivit assura à Azhag une place de choix parmi les ennemis les plus hais du genre humain.
Rugissant d'une voix qui n'était pas la sienne, Azhag en appela aux énergie de la couronne reposent sur son front épais. Ses incantations s'insinuèrent dans les corps des morts, qui se relevèrent pour affronter leurs anciens alliés. Les derniers défenseurs de la colline se battirent dos à dos au sommet de l'éperon rocheux contre les orques tandis que les doigts raidis de feu leur camarades tentaient de les agripper. Pas un humain ne revient vivant de la Colline du Boucher, et leurs cadavres restèrent au service d'Azhag. [...]
 

Le comte rallia ses troupes à Bechafen où un flot incessant de réfugiés affamés eut tôt fait d'épuiser le peu de nourriture qu'il restait. La neige persista jusqu'au second mois de la nouvelle année, et nombre de gens périrent de faim et de froid avant l'arrivée du printemps. Le froid ne freina pas l'avance des orques, créatures résistantes, capables d'ingurgiter n'importe quelle viande, quels que soient son état ou la créature dont elle provient. De plus les orques avaient été réapprovisionnés par les gobelins de la Grande Forêt qui les avaient rejoints.

Évitant Bechafen, la horde se rua sur l'ouest, vers les Monts du Milieu et l'Ostland, traversant le Talabec par le vieux pont de Rinn. Les troupes impériales postées à la défense du pont s'enfuirent lorsqu'elles virent la horde déferlante les charger. En Ostland, elle pilla et dévasta tout, écrasant les récoltes du printemps et se nourrissant des réserves durement engrangées par la population locale. Les Ostlandais, peuple frontalier coriace, combattirent du mieux qu'ils purent et le comte d'Ostland recruta une armée pour arrêter la marée verte. Lors de la Bataille de la Triste Lande, le Comte Valmir von Raukov gagna un répit temporaire en déroutant plusieurs unités gobelines avant d'être contraint de sonner la retraite.

Azhag planait sur sa wyvern au-dessus du champ de bataille, plongeant d'un régiment à un autre et harcelant l'armée jusqu'à sa retraite de Wolfenburg. Après la bataille, des tribus orques vinrent de la Forêt des Ombres, augmentant encore la puissance de la horde d'Azhag, mais le comte d'Ostland construisit une bonne ligne de défense et Wolfenburg tint bon. Frustré par cet échec, Azhag se dirigea vers le sud. Là, sa horde détruisit la ville de Forstich avant de retourner dans l'Ostermark à travers la Grande Forêt. À ce moment-là, l'armée de l'Empereur s'approchait en provenance du sud, commandée par l'un de ses meilleurs généraux, le Maréchal Otto Blucher.

Les deux armées se rencontrèrent près du village d'Osterwald, où les orques furent massacrés après une longue et féroce bataille. Dès le début, Azhag fut tué sur le dos de sa Wyvern alors qu'il combattait les Chevaliers Panthères, laissant l'armée orque sans commandant et démoralisée devant l'assaut destructeur des troupes impériales. Ce fut la fin d'Azhag et de sa Waaagh, en un seul coup sa horde avait été vaincue et se dispersa vers les forêts et les collines. Quant à la Couronne de Sorcellerie, elle fut retrouvée par le grand Théogoniste de Sigmar qui la ramena à Altdorf et l'enferma clans les profondes caves de son temple, protégée pour l'éternité par de puissants sorts et des serrures inviolables.

La bataille d'Osterwald est jouée dans le WDF3 (p10) et rejouée dans le WDF195 (p52). Selon le WDF 108 (p14), le tueur d'Azhag serait le sénéchal Kessler des chevaliers Panthères. Par contre, selon le WDF185 (p71), son vainqueur serait Werner von Kreigstadt, Grand Maître des chevaliers Panthères.

La vouivre d'Azhag se nomme Mâchkrân' [LA O&G V7 p.34]

GRIMGOR BOIT'EN FER [Grimgor Ironhide en VO ; LA O&G V6 p.66 et 67]

Grimgor est basé à Karak Ungor. Il est battu par les impériaux dite "Massacre à Fort Boit'en Fer" (WDF79). Enfin, il participe à la dernière Incursion du Chaos.

Date C.I.

Evénements

2522Grimgor participe à l'assaut d'Archaon sur Middenheim avant de laisser brusquement tomber son allié (en lui donnant un célèbre coup de tête). Il part alors vers le Nord.

2528

Grimgor est devenu l'incarnation de Vent de la Bête. Participe la bataille finale à Middenheim au côté des autres incarnations et est tué par Archaon lui-même.

On ne sait rien de l’histoire de Grimgor. Le seul orque assez fou pour l’avoir questionné sur son passé rejoignit dans un trou les restes du précédent Seigneur de Guerre des Yeux Jaunes. Grimgor et ses Gardes du Corps étaient sortis un jour du Désert Foudroyé, chancelants et couverts de sang et de cicatrices. Ces quelques Orques Noirs étaient tous fatigués et affamés, mais ils étaient armés jusqu’aux dents, et semblaient avoir survécu à de nombreux combats. Certaines de leurs blessures semblaient récentes, mais personne n’osa plus rien leur demander car ils compensaient leur nombre réduit par leur brutalité impitoyable. Grimgor prit facilement la tête de la première tribu orque qu’il rencontra, conquit la seconde et extermina la troisième. Il voulait toujours plus de tueries. Même pour un orque, sa soif de batailles semblait incroyable. S’il ne combattait pas pendant plus d’une journée, il cherchait querelle à tous ceux qu’il croisait, son œil valide cerclé de cicatrices à l’affût de la moindre faute. Au bout de deux jours, il tuait tout gobelin assez malchanceux pour lui tomber sous la main. Grimgor ne recherchait rien d’autre qu’une éternelle bataille et pour un orque, cela prédispose à être chef. Pour un énorme orque noir accompagné d’une telle suite, cela prédispose à la grandeur. Un mois après son arrivée, il s’était forgé un petit empire dans la partie nord des Montagnes du Bord du Monde, et les peaux-vertes s’étaient ralliés à sa bannière par milliers.

Les nains de Karak-Kadrin furent les premiers de leur race à connaître sa colère lorsque son armée et lui se jetèrent sur eux avec une férocité démente. Ceux qu’il ne tua pas, il les fit prisonniers pour les torturer, leur arracher la barbe poil par poil ou chauffer leur armure jusqu’à les faire cuire. Il ne tenta jamais de prendre la forteresse elle-même, se contentant de massacrer ceux qui étaient envoyés contre lui, jusqu’à ce que les nains, désespérés par leurs pertes, s’enterrent dans leurs défenses pour attendre l’hiver. Grimgor ne voulut pas attendre, il repartit vers le nord et traversa le Col du Pic pour trouver de nouvelles victimes à Kislev.

Malgré la vaillance des Kislévites et leur habitude des rigueurs de l’hiver, la violence de l’attaque de Grimgor fit chanceler leurs forces. Ils envoyèrent trois armées pour l’arrêter, Grimgor les massacra et mangea les cadavres par manque d’autre nourriture. Mais alors qu’il approchait de la capitale, les prières de la Reine des Glaces furent entendues et une tempête de neige vint ralentir les peaux-vertes. Toute l’armée fut soudain enveloppée d’un manteau de glace tourbillonnante qui sema la confusion dans leurs rangs. Les gobelins aveuglés geignaient et les orques les faisaient avancer à coups de pied, mais les repères du chemin disparaissaient dans un labyrinthe de blancheur. Après avoir avancé à tâtons pendant une journée, Grimgor ordonna une halte et s’assit pour réfléchir.

Frustré et furieux de cette halte forcée, il démembra de nombreux gobelins : heureusement, la horde en comptait des centaines. Bientôt, les chamanes orques parlèrent de sorcellerie et selon eux, la tempête n’était pas naturelle. Le lendemain, Grimgor ordonna à son armée de repartir vers les montagnes. Sur le chemin du retour, la tempête sembla se calmer, mais à chaque tentative de marcher à nouveau sur Kislev, les vents se déchaînaient et criblaient les orques de glace. Grimgor retourna dans les Montagnes du Bord du Monde empli d’une rage qui présageait du pire pour ceux qui se mettraient sur son chemin, qui se trouvèrent être les skavens du Clan Mors.

Il avait décidé d’établir une base d’où lancer ses attaques, et l’ancienne forteresse naine de Karak Ungor lui sembla parfaite. La plupart des gobelins de l’Oeil Rouge qui y vivaient étaient déjà soumis à Grimgor, et le peu qui ne l’étaient pas changèrent vite d’avis. C’est dans les profondeurs des tunnels que Grimgor trouva de vrais adversaires, et bientôt les anciennes salles s’emplirent du bruit des batailles. Mois après mois, les combats firent rage, des milliers de skavens et de peaux-vertes moururent pour chaque pièce et chaque couloir. De temps à autre, Grimgor pensait les skavens détruits, et tombait sur un nouveau passage secret regorgeant de vermine. N’ayant pas de carte du dédale de galeries que les Skavens et les Gobelins de la Nuit n’arrêtaient pas de creuser, Grimgor se retrancha dans les niveaux supérieurs, laissant ses soldats se battre dans les profondeurs. Il avait trouvé exactement ce qu’il voulait : une éternelle bataille.

Telle devint la vie de Grimgor : l'été, il mène ses guerriers vers Kislev ou vers l'Empire, et massacre tous ceux qui lui résistent. L'hiver, il se retire dans les ruines de Karak Ungor, la Montagne de l'Oeil Rouge, et passe le temps à tuer les skavens qui infestent les niveaux inférieurs. Mais il semble se lasser de ce jeu et cherche d'autres adversaires à fendre de sa hache. Peut-être descendra-t-il un jour sur les terres pour ne plus remonter dans sa forteresse. Les femmes de l'Empire disent à leurs enfants d'être sages ou les orques viendront les chercher, et quand elles disent cela, elles pensent à Grimgor.

Objets magiques de Grimgor

Gitsnik : Cette grande hache éclaboussée de sang, dont le nom signifie simplement "tueuse d'ennemis", est ornée de nombreux charmes enchaînés à son manche. Ils contiennent les sorts de puissants chamanes orques qui permette à Grimgor de se servir de Gitsnik à une vitesse aveuglante.

L'Armure K'en a Vu : Cabossée, griffé et preque aussi tordue que son porteur, cette armure a sauvé la peau de Grimgor à maintes reprises.

L'Oeil qui Voit Tou de Mork : Cet artefact petit mais puissant pend à l'armure de Grimgor, qui l'a gagné lors d'une concours de coups d'boule contre Mork en personne (c'est Grimgor qui l'affirme). A travers ce talisman, Mork veille sur Grimgor et le protège des sorts ennemis.

LA FIN DES TEMPS ET LA WAA-GRIMGOR [Traduit et compilé par Thindariel]
Les orques sont de grands absents de la Fin des Temps. Grimgor est cité au tout début : il se dirige vers le Nord pour y défier les plus grands champions (Nagash, livre 1 p.34) et ne réapparaît qu’à la fin pour la confrontation finale à Middenheim en 2528 CI. Il est alors l’incarnation du Vent de la Bête et il se range au côté des autres incarnations contre Archaon et le Chaos. Il est alors tué par Archaon lui-même.

Josh Reynold -un des auteurs- en dit un peu plus sur son blog mais c'est non officiel : durant toutes ces années, Grimgor était très occupé à piétiner l'est du monde (Cathay, Nippon et les Terres Sombres) avec tous ses amis.

Après avoir conquis la Norsca, l'avant-garde d'Archaon se lança à la conquête de Kislev. En 2522, Grimgor se lassait de massacrer les skavens de Malefosse, et sortit de ses galeries pour affronter les champions du Chaos qui se présentaient. Il en avait déjà occis un bon nombre lorsque Crom le Conquérant, Héraut d'Archaon, entre en lice. Leur duel dura des heures, et seule la maîtrise martiale parfaite de Vardek Crom lui permit de tenir face à la brutalité de l'orque et la puissance magique de Gitznig. Au final, Crom désarma l'orque, qui réalisa alors qu'il était seul, ses troupes massacrées. Dans un geste incompréhensible, Crom épargna Grimgor, qui, bouillant de rage, partit vers la Haute Passe à l'est pour reconstruire son armée, et former la plus grande Waaagh qui eut existé, et entreprit de défier et assimiler toutes les tribus qui croisaient sa route.

C'est ainsi que Gortfang [cf. l'Idole de Gork] rencontra son destin, en défiant Grimgor et en en payant le prix. Les orques des Griffes de Fer, désormais dirigés par Snagga, le lieutenant de Grotfang, furent absorbés dans la horde grandissante de Grimgor. Puis ce fut au tour de Morglum Brise-Nuque d'affronter le Boit'en-Fer, et d'y laisser la vie, le dos brisé. Oglok et ses chevaucheurs de sangliers rejoignirent la Waaagh après la mort de Morglum.

D'autres champions se joignirent volontairement à l'armée : Ruglud et ses arbalétriers, Badruk Kass'Tête, Uzgub et Nazgob, ou bien Grabnatz - bien que ce dernier ne dura pas, car en voulant impressionner Grimgor par ses prouesses magiques, il se désintégra avec le pauvre Gulag. D'autres furent asservis, tels Grotsnag qui devint un éclaireur pour la Waaagh. Oddgit, bien que puissant, fut tué par Grimgor pour être trop bavard ; sa tête roula loin de ses épaules et son corps fut jeté aux squigs.

Grimgor remonta le long des Montagnes des Larmes, et y affronta les tribus des Ogres, chassées de leurs domaines par les éruptions volcaniques constantes, et qui se livraient une guerre interne sans répit pour les maigres ressources de cette terre désolée. Sa Waaagh était certes composée de Peaux-Vertes, mais Grimgor admirait la force quelle que soit la couleur de sa peau, et les ogres lui plurent par leur férocité. Bragg le Tripier fut l'un des premiers à le rejoindre, ainsi que Golfag le mercenaire. Mais ce n'est qu'après avoir vaincu Graissus Dents-d'or, et tué l'archi-tyran avec sa propre massue, que Grimgor reçut allégeance de nombre de tyrans et de leurs tribus. Malron Mord-l’oeil, Blaut le Maître du Festin, et Bauldig Mange-montagne furent de ceux-ci. Même Skrag le Boucher le rejoignit dans un premier temps, mais Grimgor - qui commençait à prendre la grosse tête - exigea d'être reconnu comme un avatar de la Gueule, qu'il voyait comme une émanation de Gork et Mork. Skrag refusa de le reconnaître comme tel, tenta d'étriper Wurrzag, et après une brève lutte, finit noyé dans son propre chaudron de sang par Grimgor lui-même. Son corps servit à nourrir les Cannibales qui le suivaient.

Ayant rassemblé la quasi-totalité des tribus d'ogres et de peaux-vertes de l'est des Montagnes du Bord du Monde, la Waaagh partit vers l'est, à travers les steppes hobgobelines, où elle affronta les hordes immenses des cavaliers hobgobelins. Au final, Grimgor affronta Hobgobla Khan, leur chef suprême, et le tua en combat singulier. La plupart de ses lieutenants, dont Oglah Khan et Ghazak Khan, jurèrent allégeance à l'orque noir. Ses rangs renforcés par ceux du Brise-Nuque et des tribus du grand Khan, ainsi que par les tribus ogres, Grimgor se tailla une voie sanglante à travers les territoires tenus par le Chaos. La Guerre de l'Est commença alors vraiment, alors que les orques fondaient sur Cathay depuis les Terres Désolées. Les orques sauvages émergèrent des jungles loin au sud, menés par Wuurzag.

Grimgor défonça ce qu'il restait du Grand Bastion, et balaya la garnison de Nains du Chaos. Il fut sans le savoir aidé en cela par le Roi-Singe, qui en libérant les wyrms de feu asservis par les Nains du Chaos gardant le Bastion, détourna l'attention des Dawi Zharr au moment où Grimgor attaqua. La bataille fut sauvage et dura des jours. Oglok fut tué par Rykarth l'Indestructible, qui tomba à son tour sous les coups de Grimgor, après un duel qui dura des heures. Alors que le soleil se couchait sur les ruines fumantes du Bastion, Grimgor pendit la forme brisée de Rykarth aux parapet de la muraille, avec les propres chaîens que le Nain du Chaos utilisait pour immobiliser ses esclaves ogres. Le Bastion était pris, et les nains en fuite. On ignore ce qu'il advint de Hothgar le Renégat, mais une unique Machine de Mort, sévèrement cabossée et partiellement en feu, fut vue cahotant vers le nord, loin du Bastion et des orques qui le dévastaient.

La capitale tomba, déchirée par la bataille permanente et la sorcellerie brute, tandis que l'Empereur-Dragon et le reste de sa Garde Céleste taillaient un chemin pour que les survivants rejoignent le Port Parfumé, et la grande flotte-trésor qui les y attendait. Mais Grimgor arriva au port en même temps, aussi Huan Bei l'affronta avec ses troupes pour protéger l'empereur. Il parvint à retenir le monstre assez longtemps pour permettre à l'empereur d'embarquer, et eut le crâne fendu en deux pour toute récompense. Où l'Empereur et sa cour partirent ensuite, nul ne le sait. On murmure que de nombreux vampires l'accompagnaient. Ce que l'on sait de sûr, c'est que Tian Shi, qui avait combattu aux côtés de l'Empereur avant la chute de la ville, était à bord et invoqua un vent magique pour emporter la flotte au loin, suivie par les derniers Titans de Bronze.

Dans les ruines de la capitale, les orques et les serviteurs du Chaos s'affrontèrent encore et encore, jusqu'à ce que les Dieux Sombres se détournent de frustration, et que Gork et Mork rient de satisfaction. Que les faibles humains aient donc l'ouest... l'est était vert !

Mais Grimgor bouillait de rage. L'Empereur-Dragon lui avait échappé, et il voulait sa tête. Fort justement, une flotte bigarrée de pirates orques, dirigée vers la côte par les murmures de Mork et les beuglements de Gork, se présenta au Port Parfumé. Les orques ayant un sens très approximatif de la navigation, Grimgor lui fit prendre la direction de la plus proche masse terrestre : Nippon.

Avant que la Waaagh n'atteigne les côtes, le Clan Eshin avait détruit les défenses du pays. Quelques chefs de guerre isolés ou quelques clans de montagne résistaient encore, mais il n'y avait plus de force organisée - rien qui put empêcher Grimgor et son armée de débarquer. Les flottes du Nippon furent brûlées dans les ports, les cités majeures tombèrent peu après, tandis que le Clan Eshin redéployait ses forces pour contrer cette nouvelle menaçant sa souveraineté. On ne sait rien de la guerre qui suivit, sauf qu'à peine trois peaux-vertes sur dix en sortit vivant, tandis que toutes les forteresses du Clan Eshin furent rasées.

Les guerriers du Nippon encore libres d'agir ne se laissèrent pas faire, et combattirent les orques autant que les skavens. Le Ronin Rouge, en particulier, préleva une lourde dîme sur les forces de Grimgor, avant de rencontrer l'orque noir Durkol Crêve-Oeil. Leur combat fut intense, et l'orque finit par trancher le ronin en deux. Mais il ne vécut pas longtemps pour savourer sa victoire car le sabre Vengeance avait atteint son cœur. L'Impératrice Jungi fut aperçue dans les derniers jours de l'invasion, protégeant les forteresses des montagnes avec ses pouvoirs magiques, au nom des Kami.
Puis Grimgor, sous l'inspiration de Gork, fit ré-embarquer ses forces éreintées dans ses navires, oubliant au passage quelques unités retardataires tels Grotsnag et ses chevaucheurs de loups. L'orque noir laissa les survivants humains commencer le long combat pour purger leur terre des skavens restants, menés par l'Impératrice redescendue des montagnes après le départ des peaux-vertes - un combat qu'ils ne pouvaient gagner. Car quelque temps après que la Waaagh eut disparu du Nippon, un énorme tsunami, provoqué par la destruction d'Ulthuan ravagea l'île, suivi au bout de quelques mois par un deuxième raz-de-marée provoqué par la chute de fragments de Morrslieb dans les océans. Le Nippon disparut ainsi entièrement de la surface du monde.

La Waaagh de la Bête

Pendant ce temps, Grimgor avait ramené sa horde à terre. L'Orque Noir était plus puissant que jamais, vibrant d'une sauvagerie inégalée, irradiant du pouvoir de Gork, Mork et la Gueule qui venait emplir ses troupes d'une férocité sans limite. En réalité, le Vent de la Bête Ghur avait trouvé en Grimgor un hôte digne de lui, et lui conférait sa brutale puissance.

Plus confiant en sa force que jamais, Grimgor remonta vers le nord à la tête de sa Waaagh, pour en finir avec les créateurs de son espèce, les esclavagistes nains du Chaos. La légion de Drazoath fut parmi les premières à subir la nouvelle fureur de Grimgor, lorsque la Waaagh traversa les montagnes. Le Cendreux défendit fièrement la Forteresse Noire, son artillerie massive dispersant les orques ou les réduisant en miettes. Ainsi finit Uzguz et ses chevaucheurs de sangliers, pulvérisés par un tir bien ajusté. La magie était aussi le point fort des nains, Drazoath libérant des énergies incroyables, grillant Nazgob au passage. Mais la défense fut vaine car Grimgor libéra le Vent de la Bête et démolit la citadelle, enterrant ses défenseurs sous les décombres. Drazoath fut projeté à bas de sa monture lorsque Grimgor brisa le crâne de Souffle-de-Cendre, puis le sorcier-prophète disparut, piétiné sous la marée verte.

Grimgor commença alors à ravager tous les forts, attaquant chaque citadelle et cité-temple entre Cathay et les Terres Sombres. Isolés, arrogants et paranoïaques, les Dawi Zharr ignorèrent la menace jusqu'à ce qu'il fut trop tard. A chaque victoire de Grimgor, sa horde était enrichie des esclaves libérés, tandis que les tribus orques des Terres Sombres lançaient de plus en plus d'attaques et que les Nains du Chaos eux-mêmes se disputaient, les vieux rivaux profitant du bouleversement pour solder de vieilles dettes ou assurer leur pouvoir.

Ainsi Astragoth, le Grand Prêtre d'Hashu, fut trahi par Ghorth le Cruel qui usurpa sa position. La machine d'Astragoth fut sabotée, et le grand-prêtre devint une statue vivante, incapable d'agir ou de parler tandis que Ghorth prenait sa place. Plus tard, durant la destruction du temple d'Hashut, le corps pétrifié d'Astragoth fut brisé par un inconnu.

Bien qu'Hashut fut puissant, il n'était pas de taille face à Gork et Mork qui étaient, pour la première fois depuis longtemps, parfaitement en phase, si puissants que même les Dieux du Chaos se tinrent à distance. Les pouvoirs des dieux étant dans l'impasse, la guerre se décida par la seule puissance des armes.

Et de ce côté-là, Grimgor avait l'avantage du nombre, ainsi que le poids du destin. Avec Wurrzag à ses côtés, le déclamant le Pluss Chef, les Nains du Chaos perdirent rapidement le contrôle de leurs esclaves et de leurs contre-maîtres. Les hobgobelins avaient tourné leur veste une fois, ils le firent à nouveau.

Certains ogres s'étaient rangés du côté des nains du Chaos, tels Ghark Peau-de-Fer ou Braugh l'Esclavagiste, qui combattirent contre Grimgor. La tribu des Peaux-de-Fer tint sa dernière position aux Sentinelles, dans une tentative de briser le mouvement d'invasion. Ghark fut fauché par Grimgor en combat singulier, tandis que Braugh était mis à terre par les efforts combinés de Wurrzag et Golgfag, qui étrangla Braugh avec ses propres chaînes.

La bataille finale eut lieu à Zharr Naggrund, tandis que des millions d'esclaves ogres et peaux-vertes, enfin libérés, assaillaient le centre de l'empire de leurs anciens maîtres. Les armes et les démons de ces derniers leur donna une chance mais ce ne fut pas suffisant. Gorduz le Traître se retourna contre ses maîtres à la bataille de la Gueule d'Hashut, en ouvrant avec ses zigouilleurs la grande porte est, laissant entrer leurs cousins orientaux dans Zharr Nagrund.

Grimgor et sa coterie entrèrent dans la ville, et dévastèrent la grande ziggourat, baignant les marches d'obsidienne dans le sang. Aux côtés de Ghazak et Oglah Khans, Gorduz mena les hobgobelins de la cité-temple contre leurs anciens maîtres. Il paya sa tricherie, toutefois, lorsque Zhatan le Noir mit fin à sa vie sur les marches du temple d'Hashut. Zhatan était un puissant guerrier, et il tua aussi Badruk Kass'Tête et Snagga avant d'être étripé vivant par Bragg le Tripier lors de la bataille de la Ziggourat des Neuf Cents Douleurs. Le Tripier laissa le seigneur de guerre agonisant aux bons soins des gnoblars et des gobelins et les derniers instants de Zhatan furent fort déplaisants, pour ne pas en dire trop.

Ghorth le Cruel prit le commandement des défenses de la Tour de Zharr après la mort de Zhatan. Sa sorcellerie pulvérisa Bauldig Mange-Montagnes, mais il fut lobotomisé par Borgut Eklat'Pif sur l'estrade de la grande statue d'Hashut, et son corps fut jeté par Golgfag au milieu de la mer grouillante des esclaves nouvellement libérés.

Grimgor, Golgfag et Wurrzag tonnèrent leur waaagh depuis le sommet de la ziggourat, car Grimgor était devenu le plus grand conquérant du monde, ayant piétiné toutes les terres depuis les Montagnes du Bord du Monde jusqu'au lointain Nippon.

Dans les avant-postes isolés, les nains du chaos survivants se dissimulèrent, en espérant que la vague verte les oublie, mais l'empire des Nains du Chaos n'était plus que poussière.

Bien sûr, Grimgor dût régler quelques affaires internes. Malron Mord-l'Oeil puis Borgut Eklat'Pif tentèrent de prendre sa place et il dut les tuer. Il regretta Borgut plus tard, fugacement. Mais son esprit ne s'attarda pas, car la fureur de Ghur le poussait à toujours plus de bagarre, et son oeil valide se tourna vers l'ouest, au delà des montagnes, ou restaient encore de nombreux champions à défier.

Sa waaagh se mit en marche, longue de dizaines de kilomètres, mais n'atteignit jamais sa destination. De l'autre côté de l'Empire, au cœur d'Athel Loren, Teclis utilisa le sang divin de Lileath pour téléporter toutes les Incarnations à Middenheim, siège du pouvoir d'Archaon et site d'excavation d'un artefact pouvant provoquer la destruction du monde. En tant qu'Incarnation, Grimgor fut lui aussi téléporté avec l'élite de son armée, massée autour de lui. Sa disparition brutale plongea les peaux-vertes et les ogres dans la confusion, Grimgor lui, se jeta joyeusement dans la mêlée...