LA GUERRE EN BRETONNIE
L'Année du Malheur et la révolte de Mallobaude
Mars 2018 - janvier 2019
Merci au club Rathelot !
Après la vaste campagne de Tamurkhan, c'est reparti pour la guerre sur le Monde Connu !

2520 : L'ANNÉE DU MALHEUR

La Fin des Temps approche, les portails du Chaos crachent toujours plus d'énergie magique sur le monde Connu. Première étape de cette tempête encore à venir, Tzeentch, le Seigneur du Changement, envoie son dévoué serviteur Kairos dévaster la Bretonnie.
Pourquoi Tzeentch et pourquoi la Bretonnie ? Peut-être est-ce que ce dieu calculateur souhaite empêcher l'Empire de bénéficier d'une certaine profondeur stratégique ou d'un réservoir de soldats pour la guerre future ? Peut-être voit-il combien les serviteurs de la Dame pourrait être utiles aux elfes ? Peut-être souhaite-t-il  simplifier la tache à l'usurpateur Mallobaude et se réjouir du chaos ambiant : le changement, c'est maintenant !

Les armées démoniaques de Tzeentch frappent donc un peu partout dans le royaume. Les Bretonniens ne comprendront jamais vraiment la logique de ces attaques qui semblent viser des objectifs quasiment aléatoires : riches bourgs, anciennes baronnies, oratoires dédiés à la Dame, symboles royaux, etc. Kairos cherche en fait à capturer les plus puissants objets magiques de Bretonnie, en particulier ceux ayant appartenu aux compagnons de Gilles le Breton, le légendaire fondateur du pays.

Règles de campagne
Pour cette phase, l'idée est de jouer un certain nombre de batailles impliquant Tzeentch contre les Bretonniens ou une autre opposition pour mesurer la réussite ou l'échec des plans de Tzeentch.
A chaque bataille gagnée, les forces de Tzeentch gagnent +5% (ou +10% à l'appréciation du MJ) de points d''armée pour la bataille suivante. Ce pourcentage est cumulatif (+10%, +15% etc. ). A chaque bataille perdue, elles en perdent 5%. Toutefois, les armées de Tzeentch ne peuvent jamais avoir l'infériorité en points. Quelle que soit la balance en défaveur des bretonniens, la présence de Louen rétablit l'équilibre entre les armées pour la bataille à laquelle il participe. La présence d'un Duc diminue le malus de moitié. S'il arrive que Tzeentch arrive à +50%, la phase est terminée, et on passe à la bataille de Moussillon (je postule que c'est le résultat "historique").
En outre, Kairos cherche à s'approprier les objets magiques les plus puissants de Bretonnie. A la fin d'une bataille qu'il a gagné, Tzeentch s'approprie un objet magique appartenant à un personnage qui a été éliminé au cours de la bataille. Dès lors, il n'est plus disponible pour les batailles suivantes.

Bataille I-1 : La baronnie de Bonnecuite
Kairos envoie le Duc du Changement Rofocale attaquer la baronnie de Bonnecuite en Lyonesse afin d'y capturer une lance magique. Après avoir fait incendier quelques fermes pour s'assurer que tout le monde était bien au courant de sa présence, le démon choisit d'attaquer un petit cimetière du bourg. Ce dernier abrite les restes de saint Frusquin, lointain descendant de Thierulf de Lyonnesse, qui fait l'objet d'un culte local. Le but du démon est de faire intervenir le baron de Bonnecuite lui-même équipé de tout l'armement de ses aieux notamment la lance magique qu'il recherche. Son plan fonctionne.
Rapport de bataille
Après avoir dispersé les hommes d'armes bretonniens, le Duc du Changement rejoint le cimetière tenu par les Horreurs roses. La charge des chevaliers et du baron lui-même qui tentait de les en déloger est aussi héroïque que désespérée.
Le Baron de Bonnecuite et le Duc du Changement Rofocale

Bataille I-2 : La battue du seigneur de Manchabal
Les hommes-bêtes de Zambar Bone (cf. batailles IV-5, V-2 et VI-2 de la campagne de Tamurkhan) ont rejoint le sud de la Gasconie ! Tzeentch a marqué le chamane de la bande et ils ont été rejoint par un champion du dieu du Changement.
Après avoir attaqué quelques fermes Bretonniennes, les hommes-bêtes se trouvent face à la troupe du marquis Hilarion de Manchabal. Ce dernier, archétype du seigneur de Gasconie, ne vit que pour combattre toutes les créatures descendant des montagnes Irrana. C'est un guerrier valeureux et il est accompagné de nombreux chevaliers en quête de Graal ou de gloire.
Rapport de bataille
Les serviteurs de Tzeentch subissent une défaite et ne capturent aucun objet magique. Ils doivent se replier alors que les démons disparaissent progressivement du champ de bataille. La protection de la Dame a énormement servi les Bretonniens et elle a sauvé plus d'une fois les chevaliers des coups des monstres adverses.

Bataille I-3 : Le duc Chilbroy d'Artenois
Le duc Chilbroy d'Artenois est un être morose qui n'aime rien tant que chasser en forêt. C'est justement, lors d'une halte dans un hameau forestier que des démons de Tzeentch lui tombent sur la tête. Le duc et sa suite reçoivent l'aide inopinée de Bertrand le Brigand et des archers de Bergerac - quoi ces derniers soient loin d'être des amis... L’imminence du péril leur fait faire front commun.
Rapport de bataille
Après un long duel contre le Prince démon Ssss'lip, Chilbroy est grièvement blessé. La suite est dispersée sous les coups des démons mineurs et d'un imposante Chimère. Tzeentch n'a que faire du destin du petit duc : il ne prend même pas la peine de l'achever et lui dérobe simplement sa lance magique. La damoiselle du Graal est possédé par un démon de Tzeentch. La bataille n'est cependant pas une déroute pour les bretonniens : les chevaliers de la quête se conduisent de manière tout à fait remarquable et Bertrand rassemble les roturiers survivants pour tenir le village.

Bertrand et les brigands de Bergerac
Bataille I-4 :  Du rififi en Quenelles
Le domaine du riche baron Régnier de Panteleon est attaqué ! Les démons de Tzeentch se sont emparés d'une tour de guet à une extrémité de son fief. N'écoutant que son courage, le baron rassemble ses bannerets, fait seller son griffon et cours sus à l'ennemi. L'objet visé par l'incursion est l'Icône de Quenelles. Cette dernière avait été en effet prêtée par la cathédrale de Quenelles pour honorer un mariage dans la famille de ce baron parmi les plus puissants du duché.
Rapport de bataille
Les Bretonniens ont été sérieusement à la peine sur la bataille. Un suppôt de Tzeentch avait certainement empoisonné le picotin de leurs chevaux car, à l'exception des chevaliers du Graal, toute leur cavalerie a été incapable de charger (5 charges ratées au total !). Et un bretonnien qui ne charge pas est un bretonnien battu... La défense a en effet été cuisante. Le baron est mort et l'Icône de Quenelles a été volée !

Mais qui sont ces gens ?
Même si les vents du Chaos soufflent fort en Bretonnie, les démons ne naissent que rarement spontanément. Il faut des sorciers pour les invoquer. Durant l'Année du Malheur, plusieurs bandes d'adorateurs de Tzeentch ont sillonné le pays pour obéir aux ordres de Kairos.
Le sorcier Radiopiou est un de ces adorateurs. D'un aspect physique particulièrement horrible, il a acquis un anneau de sort de magie illusionniste qu'il utilise pour camoufler sa bande comme une troupe de comédiens ambulants. Lui-même se déguise en marionnettiste. Il s'est ensuite associé avec deux autres sorciers du Chaos : Charles Ray (qui a l'aspect d'un minotaure) et Scias Grimsbane (dissimulant sa main enflammée dans un gant de métal). À eux trois, ils invoquent le Duc du Changement Rocofale. Une fois que celui-ci est apparu, la magie ne manque pas pour faire venir une grande armée démoniaque !
Scias a amené avec lui ses suivants : 2 guerriers du Chaos (dont l'un est accompagné de rejetons du Chaos ressemblant à des halfelings), 6 Tzaangors et 2 minotaures.

Batailles I-5a et I-5b : Le retour des Camaros !
Les Camaros (bien connus depuis la campagne de Tamurkhan) ne pouvaient pas se passer de mettre des batons dans les roues des projets de Tzeentch. Après avoir vivoté quelques années dans les Principautés Frontalières, ils se dirigent vers la Bretonnie en passant par la Voûte. Cela dit, on rentre pas en Bretonnie sans risque. Lors d'un passage en sous-bois, ils sont interceptés par une troupes d'elfes sylvains d'Athel Loren.
Rapport de bataille : Passage par les bois de Clitys
Sans doute prévenu par les mouches qui les accompagnent en abondance, les Camaros arrivent à surprendre ceux qui étaient censés leur tendre une embuscade. Les elfes sont sévèrement battus et leur sorcière capturée par le géant ! Suite à la bataille, Nurgle honore le sorcier Piféar d'un regard.
Les Camaros retrouvent Radiopiou. Les deux camps invoquent des démons mineurs pour les aider et c'est le clash !
Rapport de bataille : Des ennemis de 10 ans
Quel massacre ! Si Nurgle l'emporte à la fin, deux héros emblématiques, Radiopiou et Y-Harg, trouvent des morts horribles. Cette bande de Tzeentch particulièrement active en Bretonnie est quasiment exterminée. Cela porte un coup dur aux projets du démon Kairos.

Bataille I-6 : Qui veut la peau de Jasperre le Beau ?
Kairos laisse une chance aux ultimes survivants de la bande de Radiopiou de revenir en grâce. Il s'agit d'assassiner Jasperre le Beau, le célèbre chevalier tueur de monstre. Cette personnalité représente l'esprit de résistance bretonnien et sa mort pourrait avoir de lourdes conséquences sur le moral du royaume. Les disciples de Tzeentch attaquent nuitamment le campement du chevalier.
Rapport de bataille
Charles Ray, le dernier champion de Tzeentch de la bande de feu Radiopiou, échoue lamentablement dans sa mission. Jasperre, protégé par un puissant objet magique, n'est que blessé superficiellement dans l'attaque. La bête bestiale du champion sera rapidement empaillé pour orner les murs déjà bien garnis du château de ce chevalier.

On a volé la bannière à la Fleur de Lys à Lyonnesse !
Comme les rares suivants survivants de ma bande de Tzeentch ne présentaient pas de profils intéressants, j'ai tiré un nouveau champion sur les tables de Slaves to Darkness. Voici donc Raoul de Thillay, cadet d'une famille noble et déchue de Lyonnesse. C'est un héros 10 humain avec l'attribut du Chaos Invisibilité et la marque de Tzeentch (qui lui donne une armure du Chaos). Ces suivants sont une bande de cinq mercenaires dont un Héros 5.
L'invisibilité du champion rend assez plausible le vol d'un objet si précieux quoique certainement exposé (dans la grande cathédrale de la ville par exemple). Jadis brandie par la célèbre Jeanne de Lyonnesse, la disparition de cette bannière jouera certainement un rôle psychologique pour encourager l'opposion au Roy dans la révolte à venir. Les voici dans les bas-fonds de Lyonnesse avant leur forfait :

Bataille I-7a et I-7b : Les malfaisances des conjurateurs de Tzeentch
Kairos indique à son serviteur Ssss'lip où trouver une nouvelle relique bretonnienne. Celle-ci est ensevelie dans les ruines d’un temple en forêt de Châlon. Par la voix des arbres, les elfes d'Athel Loren sont bien conscients que les choses ne tournent rond en Bretonnie et, cette fois, ils se mobilisent contre les serviteurs de Tzeentch.
Rapport de bataille : Les elfes s'en mèlent
Malgré de lourdes pertes, les elfes l'emportent in extremis. Le Prince-démon est banni. Les survivants sont poursuivis jusque dans le massif d'Orquemont où ils croisent la route de la tribu orque de Karnac Arrach'Yeux.
Rapport de bataille : Bataille d'Orquemont
Les disciples de Tzeentch, renforcés d'une tribu d'Hommes-bêtes, détruisent les orques.

Les Conjurateurs de la Marque Jaune



Conclusion de la première phase
: quasi-égalité
Après un bon démarrage où Tzeentch a failli prendre l'ascendant stratégique. Toutefois, la guerre démoniaque de Kairos en Bretonnie s’est enlisée. Les interventions des disciples de Nurgle et des elfes ont donné à un coup d'arrêt à l'expansion de l'invasion. Le royaume de Bretonnie reste toutefois paralysé par des incursions démoniaques localisées, mais son état n'est pas aussi désespéré que le résultat historique.

Finalement, Kairos rassemble une armée devant Moussillon...

Pour la suite, comme la Bretonnie est moins dévastée que prévue, les nécromantiens ne peuvent pas utiliser la règle Effectifs pléthoriques (cf. La révolte de Mallobaude - Règles WFB8 p.6).
Comme objets magiques, le démon Kairos a capturé bannière à la Fleur de Lys, l'Icône de Quenelles, la Lance d’Artenois et la Lance du Chène Sacré. Cela n'est pas suffisant pour briser le moral des bretonniens. Cependant, ces objets auront peut-être un rôle à jouer dans la future révolte de Mallobaude.

LA RÉVOLTE DE MALLOBAUDE

Au début des années 1540 du Calendrier bretonnien (environ 2518 du Calendrier Impérial), le vent de la révolte souffait en Moussillon. Le Chevalier Noir connu sous le nom de Mallobaude, avait progressivement rassemblé une cohorte de partisans - d'abord des brigands puis des nobles - jusqu'à former une véritable armée. Mallobaude avait un jour eu une vision de la Dame qui a changé sa vie. De chevalier de la Quête, cherchant pieusement sur les chemins la voie qui le mènerait à la Dame du Lac, il devint le plus farouche de ses adversaires, déterminé à exterminer le culte de la Dame.
Le Roy Louen surveillait de près la situation en Moussillon. L'incursion démoniaque vient retarder les plans du rebelle et brouiller les cartes. Surtout lorsque les démons de Kairos s'attaquèrent directement à Moussillon.

Mallobaude et son lieutenant et porte-bannière, le baron Aucassin.

Règles de campagne
Cette phase suit les règles proposées dans le supplément du Warfo : Guerre civile en Bretonnie.


Bataille II-1 : La bataille de Moussillon
Mais Kairos finit par arriver devant Moussillon. Toujours dans sa quête d'objets magiques, il cherche à capturer le Calice de Malfleur et met le siège devant la ville. Confiant dans les capacités sa nouvelle armée, Mallobaude, tente une sortie pour dégager la ville. Quelle n'est pas sa surprise lorsqu'il découvre que les démons de Tzeentch ont été rejoint par des démons de Nurgle et que ceux-ci ont tout l'air de se battre entre eux !
En effet, Nurgle considère aussi Moussillon comme sa cité et il envoie Ku'gath contrarier les plans de Kairos...
Deux des favoris de Nurgle : Epidemius et Ku'gath !

Rapport de bataille
Malgré son humillante défaite en défi, Mallobaude s'en tire sans mal. Oubliant la déroute de son armée, aux yeux de beaucoup de bretonniens, c'est lui qui a gagné la bataille contre les démons et pas le Roy Louen ! Nurgle s'est simplement assuré que Tzeentch allait arrêter de jouer en Bretonnie et tous les démons disparaissent rapidement. Devant sa ville, Mallobaude récupère le butin de Kairos (à savoir les objets magiques que celui-ci avait volé dans les autres duchés). C'est parti pour la révolte au cri de "Mallobaude Roy" !

Bataille II-2 : Un serpent au Bordeleaux
À la fin de l’année 2521 CI, Mallobaude dévoile son armée de brigands et de chevaliers félons et il la lance à la conquête du pays. Il s’attaque en priorité aux duchés les plus faibles, espérant ainsi soumettre leurs ducs à sa cause ou les remplacer par des hommes liges. Sa première cible est Bordeleaux. Son duc Alberic est vieillissant mais ces chevaliers sont réputés pour être les meilleurs de Bretonnie. En cas de victoire, ce serait un avertissement clair à tout ceux qui voudraient résister à Mallobaude !
Rapport de bataille
Mallobaude démarre bien mal sa rébellion ! Il a fait l'erreur que tout Bretonnien pourrait être amené à faire : ne compter que sur sa chevalerie et sa bravoure personnelle. En face, on ne manquait pas de chevaliers non plus (quasiment le double) et de qualité supérieure encore ! Comble du ridicule, le chevalier noir fuit piteusement son duel contre le duc de Bordeleau. Mais, même s'il a perdu la bataille, le Serpent s'en sort sans mal. Il reviendra et il aura beaucoup appris !

Bataille II-3 : Sus à l'Artenois
Echaudé par sa défaite précédente, le Serpent délègue son commandement à son lieutenant, le baron Aucassin. Ce dernier s'attaque au duché d'Artenois, déjà dévasté l'an passé par les démons de Tzeentch. Il affronte le Duc Chilbroy lui-même.
Rapport de bataille
Après de très rudes combats, les rebelles gagnent la bataille. Aucassin a tué Chilbroy qui est remplacé par un affidé à Mallobaude. L'Artenois rejoint la rébellion !

Bataille II-4 : Bataille de Châlon
Ignorant le décret de Louen Coeur de Lion appelant toutes les armées de Bretonnie à se rejoindre pour combattre la menace du Moussillon, le duc Armand d'Aquitaine part seul affronter Mallobaude. Il bénéficie des faveurs de Morgiana la Fée Enchanteresse.
Armand rencontre les forces de Mallobaude dans le duché de Bastogne : les deux armées s'étaient déjà bien avancée l'une vers l'autre et l'affontement a lieu près de la Forêt de Châlons.
Rapport de bataille
Le duc Armand a déjoué tous les pronostics ! Il s'est montré à la hauteur de sa réputation en défaisant Mallobaude et ses chevaliers (grandement aidés il est vrai par les sorts de Morginia). Par contre, Mallobaude est toujours vivant et exploite au mieux la confusion liée à la disparition de la Fée enlevée par Drycha. Des colporteurs soudoyés répandent des fake news : "Moussillon a gagné la bataille de Châlon" ! Et certains le croient : le Lyonnesse et la Gasconie rejoignent la rébellion !

Le Preux (le Duc Armand) contre le Serpent - L'enlèvement de Morgiana


Bataille II-5 : le Roy Louen s'en va-t-en guerre
Après la trahison de trois duchés et la disparition de la Fée Morgiana, le roi Louen devait réagir : il rassembla son armée qui fondit sur l'Artenois, le duché rebelle le plus près de Couronne à présent diriger par Moriva le Vagabond, un allié de Mallobaude.
Rapport de bataille
Victoire écrasante pour les rebelles ! Le roi Louen a sans doute présumé de sa force et ses chevaliers d'élite se sont fait massacrer. Lui-même n'échappe à la mort que grâce à son fidèle griffon. Il est blessé au torse (E-1 pour le reste de la campagne). La bannière de la Dame du Lac est perdue. Moriva la fait brûler comme tous les chevaliers loyalistes - morts ou vifs - qu'il a capturé. Le roi Louen se vengera : c'est une guerre totale qui se prépare.

Bataille II-6 : La chevauchée de Quenelles
A l'instar de son roi, le duc Tancred II de Quenelles lance une chevauchée contre le duc Huebald de Gasconie (Carcassone en VO) qui s'est prononcé pour Mallobaude. Son ost franchit donc le fleuve Brienne et entre en Gasconie. Huebald ne tarde pas à s'avancer contre lui.
Rapport de bataille
Les deux armées sont sévèrement étrillées à la fin de la bataille. Cependant, Tancred et son élite de chevaliers du Graal ont été vaincus et sa grande bannière capturée. Les envahisseurs font donc demi-tour sans toutefois être poursuivis, Tancred n'a été que légèrement blessé et il récupère sans mal.
La révélation !
Quoique les alliés de Mallobaude aient remporté de belles victoires sur les troupes loyalistes qui l'attaquaient, il manque au renégat de quoi créer une impulsion nouvelle et partir à la conquête du Royaume. Il décide donc dévoiler sa véritable nature vampirique et celle de son allié, la liche Arkhan le Noir. Les morts qui marchent accompagnent désormais les rebelles !
 
Bataille II-7 : Une liche au Bordeleaux
Pour reprendre l’offensive, Arkhan et Mallobaude tournent à nouveau vers le sud afin de sécuriser Moussillon. La liche se lance sur le Bordeleaux (qui n’avait pas porté chance à Mallobaude la fois précédente) tandis que celui-ci attaque le duché de Bastogne.
En premier lieu, Arkhan s'empare de la Turris Vigilans sans combat en faisant passer ces morts-vivants sous l'eau de l'estuaire de la Grismerie. Prudents, les prêtres de Véréna qui l'habitait avaient déjà évacué l'ouvrage depuis plusieurs semaines.
Pour la première fois depuis des années, Arkhan peut faire étalage de tout son art nécromantique ! A l’exception d’un disciple nécromant, la liche ne s’embarrasse pas de vivants, ni de vampires !
Rapport de bataille
Ne lançant ses charges que très tardivement, le bretonnien a très bien joué en évitant d'être pris par le flanc. De plus, la Dame a très bien veillé sur ces fidèles. Les armes rouillées des squelettes n'ont pas trouvé une seule fois de faille dans l'armure des chevaliers. Ainsi, malgré sa malfaisance millénaire, Arkhan n'a pas fait mieux que Mallobaude en Bordeleaux. Il a toutefois survécu à l'affrontement et un esprit aussi froid que le sien ne saurait dévier de son but final - la résurrection de son maître Nagash - pour une petite rancoeur personnelle.
La horde de morts-vivants en Bordeleaux

Bataille II-8 : Baston en Bastogne
Tandis d’Arkhan marche sur Bordeleaux, Mallobaude s’attaque au duché de Bastogne dont il avait déjà franchi les frontières pour la bataille d’Arden. Cette fois-ci, au lieu de se diriger vers le sud. Il marche directement sur l’armée du duc Bohémond. Comme la majorité de son ordre de bataille est composé de morts-vivants, il est sûr que ceux-ci ne tourneront pas les talons lors que les chevaliers adverses les chargeront !
Rapport de bataille
Mallobaude rate son attaque sur le duché de Bastogne au moins autant que son allié Arkhan. C'est le seul point qui peut le consoler. Les chevaliers noirs ont marqué totalement de punch au moment critique de leur charge sur les chevaliers errants adverses et le vampire lui-même s'est trouvé enlisé dans la piétaille et il n'a pu intervenir dans la bataille. Abandonnant leurs troupes, Aucassin et Mallobaude s'en tirent toutefois sans mal.

Arkhan et Mallobaude se replient donc sur Moussillon en méditant une nouvelle offensive.

Pour cette phase de la campagne, les deux méchants de l'histoire sont très en dessous du résultat historique. La grande "bataille de Quenelles" n'aura pas lieu ! Mallobaude vise directement Couronne et les elfes sont donc plus loin de leur base et ne peuvent pas représenter plus de la moitié des forces engagées.

Bataille II-9 : La bataille pour la couronne de Bretonnie
Pour l'emporter, Arkhan et Mallobaude décident qu'il leur faut une bataille décisive et tuer le roi Louen. Ils regroupent leurs forces avec leurs alliés de Lyonesse et d'Artenois et d'attaquer directement Couronne depuis l'Artenois. Toutefois, par leur usage immodéré de la magie noire pour reconstituer leurs forces, ils perturbent tellement la Trâme que les elfes d'Athel Loren - Orion et Ariel eux-mêmes!- décident d'épauler les troupes royales. La grande bataille pour la couronne de Bretonnie a donc lieu sur les terres du duc Taubert de L'Anguille, près du château de Deauville.

Cette grande bataille se divise en trois parties :
- le flanc gauche - Arkhan vs Ariel : La liche réussit à se débarasser de la reine elfe avec relativement peu de pertes.
- le flanc droit - Orion vs Heinrich Kemmler et Krell : Orion et les bretonniens détruisent complètement la horde des morts-vivants et leurs alliés.
- le centre - le père et le fils : Malgré sa blessure, Louen a battu Mallobaude en duel ! L'armée des rebelles se désagrège.
Les rebelles sont donc vaincus et leur offensive sur Couronne tourne court immédiatement. Si Arkhan arrive sans difficulté à reprendre le contrôle des morts-vivants pour couvrir la retraite, les rebelles de Lyonnesse retournent bride abattue dans leur duché d’origine.


CONCLUSION DE LA CAMPAGNE

Parmi les chefs des rebelles, Heinrich Kemmler a disparu, Krell est détruit et le vampire Moriva doit récupérer de longues semaines. Dans l'immédiat, Arkhan est donc seul et il ne peut plus espérer détruire la Bretonnie. Son plan pour créer un nouveau royaume mort-vivant et préparer le retour de Nagash a échoué. Il ne pourra donc pas se passer d’une alliance avec les vampires de Sylvanie. Toutefois, la Bretonnie n’en a pas fini avec lui, car il n’oublie pas que Bâton de Nagash sommeille à Lamaisontaal dans le duché de Parravon.

Le roi Louen tente en vain de convaincre les elfes se joindre à sa contre-offensive. Toutefois ceux-ci n’aspirent qu’à retourner en Loren pour soigner leur reine. Après quelques tergiversations, les troupes loyalistes partent à la reconquête des duchés rebelles. Privés de leurs maîtres, les nécromanciens fuient vers Moussillon (ou plus loin encore) et la plupart des nobles qui ont rejoint la cause rebelle capitulent sans combattre. Les ducs de Lyonnesse et de Gasconie sont déposés et le roi organise leur succession. Seule la ville de Moussillon résiste encore et reste l’épine qu’elle a toujours été dans le talon du royaume.

Toutefois, le royaume n’a que peu de temps pour souffler. Au Conclave des lumières, le roi Louen honore son alliance avec l’Empire : c’est Sacremor qui mènera la croisade contre les forces du Chaos. De plus, des foyers de peste se déclarent dès 2523 dans le sud du royaume. Lors d'une nuit maudite, Bordeleaux disparaît et est remplacée par un fort de bronze et d'os et le champion de Slaanesh Sigwald le Magnifique prépare déjà une expédition vers les côtes de Bretonnie...

Cette campagne change un peu le résultat historique : Louen reste roi de Bretonnie (il est normalement remplacé par Sacremor dans la Fin des Temps). L’Année du Malheur et la Révolte de Mallobaude laissent la Bretonnie moins dévastée que dans l’histoire officielle. Certaines zones ont même été quasiment épargnées par les combats (Couronne, Parravon, ...). Malgré cela, certaines choses ne changent pas : la fée Morgiana a bien été enlevée par Drycha (elle croupit à présent dans les geôles de Mannfred von Carstein en Sylvanie) et Ariel ne se remet pas de ses blessures (elle a été empoisonnée par Lileath).