LES INCURSIONS DU CHAOS

Synthèse WFB2, WFB3 et WFRP

Les habitants du Vieux Monde savent très peu de choses sur la chute des slanns ou la montée du Chaos. Pour eux, le monde a toujours été tel qu'il est, un endroit menacé par d'étranges monstres et les pouvoirs des ténèbres nordiques. Seuls les elfes ont gardé quelques véritables connaissances de ces jours lointains et leur compréhension est voilée de mythes.

Avec la chute des slanns, les portails warp s'effondrèrent sur les régions polaires du monde, créant une zone au nord et au sud d'instabilité dimensionnelle. Ces zones apparaissent comme d'énormes royaumes de ténèbres ou de lumière négative, un nuage de ténèbres dont la proximité apporte un climat déprimant et oppressant aux terres voisines. La taille de cette zone varie, mais elle est normalement limitée à une région très au nord du Vieux Monde. La zone du sud subit un flux similaire, mais cela est totalement inconnu des occidentaux jusqu'à présent.

Ces zones continuent de servir de portails incontrôlables entre le monde de Warhammer et la dimension de matière et d'intelligence informe, que les occidentaux appellent Chaos. Grâce à ces zones, les intelligences Chaotiques peuvent prendre une forme physique et une cohérence mentale devenant alors des entités divines ou démoniaques. Près de ces zones, les mutations biologiques causent la création de créatures du Chaos ou de mutants, et engendrent la démence à grande échelle.

Durant les périodes de calme, les créatures du Chaos prospèrent aux frontières de la zone du nord. Elles sont mutées au-delà de toute reconnaissance, et vivent leurs vies tordues, chassant et se tuant entre elles. Plus l'on s'éloigne de la zone, moins l'effet est important. Les créatures vivant trop près sont mutées presque instantanément, et toute créature vivante s'aventurant dans la zone elle-même serait désintégrée, sa conscience précipitée dans la conscience généralisée de la substance non-pensante du Chaos.

Lorsque la zone devient plus active, sa surface grandit, forçant les créatures du Chaos à migrer vers le sud. En même temps, l'influence mutagène de la zone s'étend vers le sud. Les Occidentaux connaissent et craignent de telles époques, sachant très bien qu'une augmentation de la fréquence des mutations annonce une avance générale des forces du Chaos.

Sur une période de plusieurs années, la zone peut aller aussi loin au sud que Norsca, causant un afflux général de créatures et de bandes du Chaos vers le nord du Vieux Monde. Ces époques sont appelées les Incursions du Chaos, lorsque la lumière sombre scintille dans le ciel nordique et que les abjectes créatures du Chaos se lancent à l'assaut du Vieux Monde.

Les Incursions du Chaos, toujours sujettes à des périodes d’expansion et de contraction, deviennent parfois extrêmement actives. 

LES ÉLUS DU CHAOS

Alors que la plupart des champions du Chaos sont fidèles à une seule Puissance du Chaos ou vénèrent le Chaos comme un tout indivisible, un élu est "un mortel reçoit la bénédicton unanime des dieux du Chaos." [LA GdC V7 p.98]
Pourtant, le Chaos étant ce qu'il est, un "élu" ne peut avoir qu'une influence mineure sur le cours d'une Incursion chaotique. Asavar Kul et Archaon ne sont pas seuls à la tête des forces des dieux sombres et la mort de Morkar n'arrête pas l'Incursion de -4500 CI (il faut pour cela créer le Vortex de l'Île des Morts).

Be'lakor, aussi appelé le "Maître des Ténèbres", est "le premier prince démon du Chaos", c'est-à-dire le premier mortel qui s'est hissé jusqu'au statut démoniaque sur le Monde Connu. A priori, ce n'est pas un "élu" puisque Morkar était le premier... "Tzeentch le condamna à des millénaires d'une existence erratique, au seuil de la folie. Alors que Be'lakor avait auparavant le privilège de mener les légions de ces maîtres à la bataille, il se retrouva relégué au rang de simple messager, forcé de couronner les champions mortels lui dérobant la place qui lui revenait de droit [...]" [TdC V6 p.25].

- Morkar l'Unificateur : Premier élu du Chaos. Humain issu de la tribu des Taalos [HdC V6 p.103]. Il a été tué par Aenarion en -4499 CI [LA HE V4 p.15&28, Champions du Chaos V5 p.17 - cf. règne d'Aenarion] et par Sigmar [LA HdG V6 p.99&104 et ouvrages suivants]. Son armure est encore portée par Archaon. 
[Comme le livre Life of Sigmar n'évoque pas Morkar, je serai tenté de considérer que la rencontre entre Morkar et Sigmar n'est que légendaire (Sigmar a déjà eu assez d'adversaires dans sa vie comme cela). Pour les sigmarites, la première Incursion du Chaos -immémoriale pour les humains- ne pourrait avoir été repoussée que par leur dieu fondateur plutôt que par un elfe dont ils ignorent tout. Cela dit, on pourrait aussi considérer que Morkar est revenu du temps de Sigmar ou que c'est un homonyme.]

- Vangel [LA HdG V6 p.99] : Deuxième élu du Chaos. C'est lui qui piégea le démon majeur U'zuhl dans l'épée "Tueuse de rois". Il a été tué par Gromrir Poing d'Or ("Goldfist" en VO - c'est vraisemblablement un nain vu le nom) à une date indéterminée.

- Asavar Kul le Dévoué : meneur principal de l'invasion sur Kislev et l'Empire début du XXIVème siècle : la Grande Guerre contre le Chaos (cf. ci-dessous). Il est tué par Magnus.

Archaon - Archaon, Seigneur de la Fin des temps [LA HdC V8 p.18] : Archaon serait le 6ème "élu" [WDF 96, p. 85 : "Ainsi [Be'lakor] sortit de son aliénation pour la sixième fois...".]. Il apparait en 2520 CI comme seigneur du Chaos.
"L’homme qui allait devenir Archaon fut jadis un templier de Sigmar, pur de coeur et noble dans ses actes. C’était un érudit et un guerrier talentueux qui étudiait souvent les anciens grimoires conservés dans les cryptes de son temple, afin de trouver le moyen de défaire les pouvoirs du Chaos. Or, ces textes étaient gardés dans les catacombes pour de bonnes raisons, car ils étaient dangereux. Le templier découvrit une série de manuscrits hérétiques traduits par l'un des acolytes de Nécrodomo le Fou, un prophète qui, selon la légende, s'était arraché les yeux après avoir eu une vision de la destruction du monde par le Chaos.
Nul ne sait ce qu'Archaon apprit en lisant ces textes, mais on dit qu'ils lui révélèrent une terrible vérité. Il hurla de colère jusqu’à se briser la voix, maudit les dieux de l'Empire et les traita de menteurs. Puis il mit le feu au temple et, au beau milieu de l'incendie qui faisait rage autour de lui, renia son nom et ses anciens dieux, et prêta un serment qui allait non seulement offrir son âme et son corps au Chaos, mais aussi le lancer dans une nouvelle voie qui ferait de lui le fléau des pitoyables humains vénérant les dieux de l’Empire."

Si Archaon est le 6ème élu et qu'on en connait que 4, il en manque 2 (cqfd). Certains ont pu peut-être attaquer Cathay, l'Ind ou avoir succombé aux luttes inter-chaotiques avant d'entrer dans l'Histoire du monde Connu.
PREMIERE INCURSION DU CHAOS : -4500 CI (~) à -4419 CI (~)

Consécutive à la chute des portails slanns, cette Incursion fut principalement repoussée par les elfes d'Ulthuan et la création du vortex de l'Ile des morts.

Voir l'Histoire elfe, règne d'Aenarion le Défenseur

L'INCURSION DE 2301 A 2303 CI : LA "GRANDE GUERRE CONTRE LE CHAOS" [RdC V5 p33-35]

Petit résumé des évènements au nord du Vieux Monde :

2301 CI

Les forces du Chaos descendent sur Praag et le nord de Kislev. Karak Vlag disparaît dès le début de cette nouvelle incursion du Chaos avec les 20000 nains qui la défendent. [NPA p38 et 109]
Le Tzar Alexis envoie des émissaires dans le sud. [LA RdC V4 p33]

Hiver 2301-2302

Les forces du Chaos marchent vers le sud. Les kislevites et les ostlanders sont battus dans une bataille entre les villes de Munnagrad et Chazask (au nord du Lynsk). [LA RdC V4 p33]

Printemps 2302

Les hordes du Chaos traversent le Lynsk. Début du siège de Praag. [LA RdC V4 p33]
Erengrad résiste grâce aux alliances avec les princes norscans [QCPK p13].

Hiver 2302

Chute de Praag, arrivée des premiers éléments de l'armée impériale de Magnus [LA RdC V4 p34]

Printemps 2302

Bataille des portes de Kislev : après une bataille longtemps indécise, le Chaos est repoussé par les forces de Magnus et une sortie des kislevistes. Le siège de Kislev est levé.

2302

Les skavens tendent des embuscades à plusieurs des contingents impériaux sur le chemin du retour et une épidémie mineure frappe bientôt Nuln, Talabheim et Marienburg. [LA Skav V4 p22]

2303

La dernière bataille de Bois Grovod voit les nains de Karaz Ankor retrouver leurs cousins nordiques. [NPA p109]. Le tsar Alexis proclame Magnus Héros du Peuple et fait serment d'une fraternité éternelle entre les habitants de l'Empire et ceux de Kislev [QCPK p13].

Sur la carte ci-dessous (HdC V6 p. 13), on a les noms de quelques champions du Chaos de cette période :
- Asavar Kul le Dévoué [WDF 98 p. 22-27, LA GdC V6 p. 104] : tué par Magnus.
- Engra Morte-épée (Deathsword en VO) : tué par l'Ar-Ulric Kriestov (cf WarhammerPhiles).
- Sven Main Sanglante (Bloody Hand en VO).
- Vlamir Aesling
On peut ajouter à la liste suivante De'voth le Dévot [porteur de la Lame Éternelle - cf. LA Dém p. 63], Arbaal l'Invincible (tombeur de la cité lors d'un assaut mené avec des démons - LA RdC V4 p. 77) et Kaleb Daark, champion de Malal (cf. The Quest of Kaleb Daark dans The Third Citadel Compendium - WarhammerPhiles).

On notera que les habitants de la Norsca se sont divisés en deux camps durant cette guerre. Les norses "du nord" ont suivi le Chaos : suivant trois chefs de guerres principaux Engra Morte-épée, Sven Main Sanglante et Vlamir Aesling, ils ont marché vers le sud et sur la forteresse des nains du nord Kraka Drak. Par contre, d'autres tribus (sans doute des Skaelings) ont défendu Erengrad avec les kislevites.

Incohérence : Dans WFRP1 (QCPK p. 13), Magnus le Pieux est déjà empereur à Nuln lorsqu'il mobilise les troupes impériales. Dans le LA RdC V4 (p. 33) et après, il n'est qu'un prêcheur charismatique qui ne devient empereur qu'après la défaite du Chaos.

Au cours des ages, le Vieux Monde a connu de nombreuses guerres et croisé d'innombrables périls. Les fragiles royaumes de l'humanité ont affronté et vaincu chaque menace, mais chaque nouveau danger apparaît plus puissant que le précédent et il est de plus en plus difficile de remporter les batailles. De toutes ces guerres, une seule est appelée la Grande Guerre, la Grande Guerre Contre le Chaos.

Durant l'été de l'année impériale 2501, de terribles présages de désastres furent observés à travers l'Empire. Des puis qui avaient alimenté des villes pendant des générations se remplirent des substances toxiques. Le bétail succomba sous l'effet de virulentes maladies. Les récoltes se desséchèrent sous la canicule ou furent dévorée par des nuées d'insectes. Nul ne doutait que l'Empire fut maudit, car qui d'autre que le Seigneur des Pestes, Nurgle en personne, le pire dieu du Chaos, aurait pu être responsable d'un tel désastre.

Tout laissait à penser que les quatre dieux du Chaos avaient, pour une fois, laissé de côté leur éternelle rivalité et s’étaient unis dans un but commun. Que la puissance du Chaos se soit développée au cours des dernières années, c'était certain. Au nord. les hommes-bêtes s'étaient multipliés et devenaient chaque jour plus audacieux, émergeant de leurs forets pour reconquérir les terres que les hommes appelaient Ostland et Ostermark. Il n'y avait aucune autorité centralisée capable de s'opposer à eux, car la lignée des empereurs s'était depuis longtemps éteinte et les terres de l'Empire étaient divisés entre les Comtes Electeurs régnants. Des bandes de guerriers du Chaos avaient été vues jusque dans les Collines Hurlantes, au nord d'Altdorf. Des hordes d'orques féroces, chassées de leurs refuges par la force grandissante du Chaos, pillaient librement ces terres.

Loin au nord, les portails qui divisent les mondes étaient saturées de puissance. L'ombre du Chaos se répandit vers le sud, avalant le Pays Perdu [ou Wasteland, NdR] et l'absorbant dans le Royaume du Chaos. Devançant cette irrésistible marée progressaient les serviteurs du Chaos. Les monstres des Désolations Nordiques furent rejoints par des bandes de guerriers du Chaos venus du Pays des Trolls, dans les forêts profondes de l‘Empire, des hommes-bêtes s'assemblèrent et se préparèrent pour la guerre. Entre la Haute Passe au nord de Praag et les Monts du Milieu émergea une horde maléfique, prête à accomplir les désirs des dieux du Chaos.

Quand vint l'automne, l'Empire sombra dans l'anarchie. Des milliers de gens moururent de faim. D'autres cherchèrent refuge dans les villes surpeuplées. Les fermes et les villages furent abandonnés aux bandes d'hommes-bêtes, de guerriers du Chaos et autres bandits.

Même dans la prospère région du Reikland autour de Nuln à d'Altdorf, les choses allaient mal. Les hommes-bêtes écumaient forêt du Reikland et des navires furent attaqués et brûlés alors qu'ils naviguaient sur le Reik. Dans les rues, fanatiques et prophètes prêchaient une étrange rédemption. De nombreux citoyens désespérés les écoutaient et, croyant que le monde touchait à sa fin, rejoignaient les bandes de flagellants et les apocalystes nihilistes. La sorcellerie tout autant que les dieux du Chaos fut rendue responsable de cet état des choses. En conséquence, plusieurs innocents furent conduits au bûcher ou noyés, mais nul doute que de nombreux adorateurs et autres agents du Chaos furent également éliminés par ces fanatiques.

La horde du Chaos continua à se rassembler. On disait que c’était la plus vaste armée jamais vue dans le Vieux Monde. Certains l’estimèrent à plus de cent mille guerriers, et d'autres doublèrent, voire triplèrent ce chiffre. A Kislev, le plus septentrional des royaumes humains, le Tzar [Alexis] dépêcha des hommes pour chercher de l'aide au sud, prévoyant le moment où cette horde avancerait vers lui. Le message atteignit Wolfenburg, où le comte d'Ostland résistait toujours, malgré les ravages que les hommes-bêtes avaient effectués sur toutes les terres voisines. Le comte rangeait les dieux du Chaos parmi ses pires ennemis et il répondit immédiatement. Il ne lui fallut pas plus d'une semaine pour mener son armée vers le nord rejoindre celle du Tzar.

L'Empire sombrait dans l'anarchie. Des sorciers du Chaos émergèrent de leurs cachettes à la tête de bandes de serviteurs dévoués et tentèrent de prendre le contrôle de gouvernement locaux. Certains, conduits au bord de la folie par la faim et les massacres, reconnurent la domination du Chaos et jurèrent allégeance aux dieux ténébreux. Les chasseurs de sorcières et les prêcheurs rallièrent le peuple contre les serviteurs du Chaos et les rues devinrent le théâtre de batailles rangées. A Nuln, [Magnus von Bildhofe, un jeune noble et prêtre de Sigmar,] rassembla de nombreux fidèles et, avec sa détermination et son bon sens, la ville fut finalement purgée des adorateurs du Chaos.

Alors que l’hiver s’abattait sur les terres du nord, l'armée du Chaos entama sa marche vers le sud. Le comte d'Ostland et toute l’armée de Kislev marchèrent vers le nord à sa rencontre. Les deux forces s'affrontèrent entre les villes de Munnagrad et Chazask. Peu survécurent à la bataille pour faire un rapport au comte d'Ostland et à Kislev. La horde du Chaos sema la désolation dans la partie nord des territoires du Tzar avant de reprendre sa route vers le sud par les collines longeant les Montagnes du Bord du Monde. Cette énorme armée franchit le fleuve Lynsk au printemps. Le reste des troupes régulières fut pris à revers et détruit en défendant les ponts. Au delà du Lynsk, s’étendaient les terres de Kislev et la grande cité de Praag.

A Praag, le peuple se prépara à l'attaque. Des milliers de gens affluèrent dans la ville, apportant le bétail qu'ils avaient pu sauver. Ce fut insuffisant, et bientôt la famine frappa les habitants. De par leur faible condition, nombre d'entre eux succombèrent à Nurgle, le Seigneur de la Déchéance. Les farouches kislevites firent pousser toutes sortes de récoltes au sein de la ville. À l'extérieur, la horde du Chaos établit son camp d'où les attaquants lancèrent quelques raides occasionnels sans chercher à s'emparer de la cité, préférant attendre que la pestilence fasse son œuvre. Le peuple de Praag repoussa toutes les attaques attendant contre tout espoir l'arrivée d'une force de secours. Des rumeurs faisant état d'un nouveau chef héroïque parvinrent jusqu'aux défenseurs, un homme appelé Magnus qui menait une armée pour les sauver.

Effectivement, les forces de Magnus grandissaient de jour en jour. Il constitua une armée pour le moins disparate : serviteurs loyaux de Sigmar, fanatiques aux yeux fous, citoyens ordinaires haïssant le Chaos ou soldats venus de toutes les provinces. Reconnaissant en Magnus un chef qu'ils pouvaient tous suivre, les comtes électeurs de l'Empire lui accordèrent leur soutien et le rejoignirent à la tête de leurs troupes. Bientôt, une immense armée marcha vers le nord. Mais l'avance était lente et chaque jour qui passait voyait le peuple de Praag s'affaiblir et l'espoir s'évanouir de son cœur. [Les forces du Chaos disposaient en plus de mammouth de guerre - cf. mammouth]. Enfin, après une féroce bataille dans les rues de la ville, Praag tomba durant l'hiver 2302. Le Chaos déferla alors sur cette terre. Magnus arrivait trop tard. Les avant-gardes de cavalerie se trouvaient à une journée de marche de la ville, mais en vain. Le Chaos avait triomphé.

Avec la chute de Praag, un puissant vent noir souffla des Royaume du Chaos. Provenant des portails du Chaos, il dévala sur le Pays des Trolls et sur le nord de Kislev. Il siffla et hurla dans les rues de Praag. Où il soufflait, le Royaume du Chaos suivait, absorbant la terre des hommes. Les rues de Praag s’inclinèrent sous le souffle. Les pierres et les hommes se tordirent et devinrent un. Toute forme de vie se fondit dans le matériau même de la ville. Les âmes prisonnières du tourment hurlèrent à l'intérieur des pierres dénaturées de la cité. Des visages déformés émergeaient des murs. Des membres tordus sortaient du sol pavé. Des piliers grognaient avec des voix qui avaient autrefois appartenu à des êtres vivants. Praag devint un cauchemar, un avant-goût du terrible sort qui menaçait le Vieux Monde.

Quelques survivants parvinrent à s'échapper de Praag, se glissant entre les lignes des assiégeants au moment où les armées du Chaos lançait l'assaut final. Ils rapportèrent la nouvelle de la chute de Praag à Kislev où le Tzar équipait en hâte une nouvelle armée. On prétend que lorsque Magnus apprit la nouvelle, il versa des larmes de sang et jura solennellement devant Sigmar de venger les horreurs commises en ce jour.

Après la chute de Praag, la horde du Chaos repris son avance vers le sud, dépassant les troupes avancées de Magnus sans même s'en rendre compte. Les cavaliers atteignirent bientôt la ville ravagée de Praag, et ces guerriers, dont un grand nombre était kislevites, purent constater avec horreur le terrible destin de ses habitants. Ils ne perdirent pas de temps et repartirent vers le sud à la poursuite de la horde du Chaos. Rapidement, ils retrouvèrent et détruisirent l'arrière-garde de l'armée du Chaos, composée essentiellement d'un ramassis de traînards et de bons à rien, des hommes-bêtes qui s'étaient querellés avec des rivaux et qui avaient été laissés en arrière. Les humains déferlèrent sur cette troupe démoniaque avec une terrible férocité née de leur colère. Ce fut une victoire mineure, mais une victoire quand même. Pendant ce temps, le corps principal de la horde du Chaos continuait son avance vers Kislev, sans se douter qu'une armée humaine se trouvait à présent derrière lui.

La bataille des portes de Kislev

Cf. la page dédiée

Alors même que la cavalerie de Magnus se dirigeait vers Praag, l'armée principale de l'Empire et Magnus lui-même se rendaient à Kislev. Bien que cette force espérait encore atteindre Praag, elle avait sévèrement besoin de provisions pour poursuivre sa progression. Magnus espérait en acquérir, ainsi que de nouvelles troupes avant de remonter vers le nord. En fait, ils arrivèrent à Kislev juste pour voir la horde du Chaos entourer la ville. Elle se déployait autour des remparts, ses bannières noires flottant sur les collines alentours. On pouvait voir les étendards des quatre dieux du Chaos là où campaient leurs champions. Les guerriers et les chevaliers du Chaos se tenaient en rangs serrés, attendant l'ordre d'avancer. Les sorciers se tenait derrière eux ou chevauchaient parmi les troupes sur des monstres à l'aspect abominable. Les hommes-bêtes se massaient bruyamment autour des bannières de leurs seigneurs, braillant et beuglant avidement dans leur excitation. Dominant cette masse puante se trouvaient d'immenses créatures à la tête difforme et horrible, dont il était impossible de dire s'il s'agissait de créatures mortelles ou de démons.

La bataille fut par la suite appelée les Portes de Kislev. Dans la ville, le Tzar supervisait la défense et prit le commandement de sa nouvelle armée. Entraînés à la hâte et mal équipés, mais avec le courage du désespoir, les kislevites se préparèrent à repousser les assauts du Chaos. Avec eux se trouvaient de nombreux nains, venus de la place-forte appelé Pic Eternel, la ville naine de Karak-a-Karak. En dépit de l'agitation continuelle dans le royaume montagneux des nains, un contingent de ces fiers guerriers était venu en aide au Tzar. Ces vaillants alliés allaient subit l'essentiel de l'assaut initial, et sans aucun doute, ce fut leur farouche détermination qui sauva la ville de la ruine.

Pour la première attaque, les dieux ténébreux envoyèrent les hommes-bêtes. Dans l'assaut furieux qui suivit, ces immondes créatures rejetèrent les kislevites des avant-postes de fortune qu'ils avaient établis. Les kislevites se retirèrent derrière les remparts de la ville. Les derniers à se mettre à l'abri furent les nains, dont la vaillante action d'arrière-garde avait tenu les hommes-bêtes en échec.

Alors que les seigneurs du Chaos se préparaient à lancer leur second assaut sur la ville, l'armée de Magnus parvint à la périphérie du camp ennemi. Ses troupes repoussèrent immédiatement les quelques serviteurs du Chaos qui s'y trouvaient et le corps de bataille du Chaos apprit rapidement l'existence de cette menace sur ses arrières. En hâte, il se divisa en deux, une partie de la horde continuant son assaut sur la ville pendant que l'autre pivotait pour affronter Magnus.

L'attaque de Magnus fut comme une vengeance divine. Avant que l'armée du Chaos n'ait eu le temps de se regrouper, il attaqua, repoussant un fort contingent d'hommes-bêtes qui venait juste de se retirer du front. Les créatures furent prises de désespoir quand elles aperçurent l'armée humaine et elles n'opposèrent que peu de résistance avant de fuit. L'avance de Magnus l'emmena dans les rangs du Chaos. Des milliers de créatures furent éliminées et l'armée du Chaos ne parvient pas à ralentir la progression de Magnus.

Mais les forces du Chaos restaient considérables. Bien que Magnus ait repoussé des milliers d'ennemis, bien d'autres luttaient encore. Prise par surprise par cette attaque inopinée sur ses arrières, il avait fallu un certain temps pour que l'armée du Chaos se redéploie, mais finalement, sa supériorité numérique commença à l'emporter. L'avance de l'armée impériale fut stoppée et Magnus se trouva bientôt encerclé. L'armée de l'Empire se regroupa en un cercle défensif.

Tout ceci était observé des remparts de la ville. Au début, les kislevites poussèrent de grandes acclamations en voyant les troupes du Chaos fuit dans toutes les directions. Puis les voix s'éteignirent quand l'armée impériale sembla immobilisée. Craignant que leurs sauveurs ne soient éliminés sous leurs yeux, les nains tentèrent une percée pour aider Magnus. Trois cents nains sortirent par la porte sud et se jetèrent sur les assiégeants. Mais les troupes du Chaos cernant Kislev étaient trop nombreuses et les nains furent repoussés avec de lourdes pertes. De ces trois cents braves qui avaient quitté Kislev, à peine la moitié revint.

La menace que représentait Magnus étant contrée, les forces du Chaos tournèrent leur attention vers Kislev. Il devint évident aux défenseurs que l'assaut à venir était projeté pour emporter la ville. Les meilleurs troupes du Chaos leur étaient opposées : des démons, des guerriers du Chaos, des sorciers chevauchant d'énormes monstres et des dragons-ogres, immenses créatures réveillées par la tempête du Chaos. Les Kislevites et les nains se préparèrent à l'assaut final sans grand espoir mais non sans détermination.

Ce fut au moment où l'armée du Chaos se préparait à attaquer que la fortune des alliés changea brutalement. L'avant-garde de cavalerie de Magnus, celle même qui avait atteint Praag trop tard pour sauver la ville, apparut sur le flanc nord de l'armée du Chaos. Ces cavaliers comprenaient des troupes de l'Empire mais aussi de nombreux kislevites, et le souvenir de ce qu'ils avaient vu à Praag était encore cruellement ancré dans leur mémoire. Avec une terrifiante férocité, ces guerriers se jetèrent sur l'armée du Chaos qui commença à vaciller face à leur implacable colère.

Magnus et son armée principale s'était retirés sur une basse colline où ils avaient enduré les attaques incessantes des hommes-bêtes. De cette position, il vit aussitôt la soudaine confusion dans les rangs arrières de la horde du Chaos et réalisa que sa cavalerie était revenue du nord. Les troupes du Chaos remarquèrent la confusion derrière elles et commencèrent à paniquer. Rassemblant ses dernières forces, Magnus lança ses troupes à l'assaut.

Pendant ce temps dans la ville, les défenseurs qui observaient l'attaque de la cavalerie sur les hordes massées du Chaos virent les forces démoniaques commencer à plier. Les portes de la ville s’ouvrirent alors et les kislevites en jaillirent, fonçant vers leurs assiégeants. Les nains jurèrent un terrible serment de vengeance et se lancèrent sur l'armée du Chaos, traçant un sillon sanglant de leurs grandes haches et poussant des cris de guerre en Khazalid.

Attaquée par trois côté, la horde du Chaos sombra dans la confusion. Les hommes-bêtes se mirent à tourner en rond, courant ça et là, sans aucun ordre. Les guerriers du Chaos continuaient le combat mais ils étaient trop peu nombreux pour suffire à tous les fronts. Lentement, l'armée du Chaos se désintégra. Les différentes bandes fuirent devant la furie humaine, et plusieurs furent rattrapées et annihilées. A la fin de la journée, la horde du Chaos était éparpillée et détruite. Des milliers de créatures gisaient sur le terrain.

A la suite de la bataille des Portes de Kislev, la vague du Chaos reflua. Les démons rejoignirent le Royaume du Chaos. Les ténèbres disparurent une nouvelle fois des terres qu'elles recouvraient. La cité de Praag fut rasée et reconstruite, mais elle resta néanmoins une ville hantée où les morts ont un repos agité.

Magnus le Pieux, comme il fut appelé par la suite, devint Empereur et réunifia l'Empire. Les hommes-bêtes furent chassés des forêts et les dernières parties d'Ostland et Ostermark encore sous la domination du Chaos furent libérées. Seuls le Pays des Trolls et les régions au-delà restèrent sous le contrôle du Chaos. La Grande Guerre du Chaos était terminée.

Finie également l'alliance entre les dieux du Chaos. Leurs rivalités les séparèrent encore. Peut-être s'étaient-ils satisfaits de tester les défenses du genre humain, car leurs véritables plans sont difficiles à comprendre. Depuis deux cents ans, les armées du Chaos regroupent leurs forces dans les Désolations. Au cœur de l'Empire, les adorateurs du Chaos ont repris leur œuvre secrète d'infiltration et de destruction.

Partout, le Chaos se prépare patiemment pour sa prochaine tentative d'arracher le contrôle du Vieux Monde à ses seigneurs mortels.

La Grande Guerre contre le Chaos vue par ceux qui y ont participé :
(
Fanmade par Niels Arne Dam, Tim Eccles et Alfred Nuñez Jr. Ajouts par John Foody, Ryan Wileman et la "Talabheim Project Team")
http://www.sden.org/warhammer/inspirations/nouvelles-histoires/La-Grande-Guerre-Contre-le-Chaos

Asavar Kul [WDF98 p22-27]
Au cours de la décennie qui précéda la Grande Guerre contre le Chaos, la tribu des Kuls, appartenant au peuple Kurgan habitant les Désolations Nordiques, ne cessa de croître en taille et en puissance, sous le commandement de son chef Asavar. Ce dernier était un puissant guerrier doublé d’un cavalier émérite, et lorsqu’au cours d’un raid le chef de sa tribu fut tué, Asavar tenta de s’imposer à la tête des siens. Pour décider de qui allait être le nouveau chef, Asavar et trois autres guerriers qui briguaient également la place partirent chacun avec leurs guerriers dans les Désolations, et il fut convenu qu’à leur retour, ils s’affronteraient pour déterminer qui prendrait la tête de la tribu.

Pendant sept ans, Asavar et sa bande écumèrent les Désolations et allèrent même jusqu’à pénétrer dans les Royaumes du Chaos. Nul ne peut dire exactement quelles batailles ils y livrèrent ni les difficultés auxquelles ils eurent à faire face, mais ce qui est certain, c’est qu’à son retour, Asavar avait changé. On dit qu’une lueur divine brillait dans son regard et qu’il était capable de soulever un cheval adulte au-dessus de sa tête. Son armure était forgée dans un métal constamment léché par les flammes rouges de l’enfer. Lorsqu’il dégainait sa puissante épée capable de trancher un mur de pierre d’un seul coup, celle-ci hurlait sa soif de sang.

Quand les quatre prétendants furent de retour, ils s’affrontèrent au sommet de la Colline des Destinées, un lieu proéminent du territoire des Kuls, sous le regard du reste de la tribu. La bataille fut rapide et sanglante, et trois vingtaines de féroces guerriers périrent en ce jour. La légende de la tribu raconte que le dernier adversaire d’Asavar jeta sa hache et demanda grâce, mais le Champion du Chaos lui arracha la tète à mains nues pour lui faire payer l’affront fait aux Dieux Sombres.

Ayant prouvé sa valeur, Asavar Kul conduisit son peuple dans une série de conquêtes contre les tribus voisines, terrassant tour à tour leurs chefs et rassemblant une puissante coalition sous sa bannière. Peu à peu, son empire s étendit et engloba des tribus vivant du nord de Cathay aux abords des Tours de Guet de Naggaroth. A la tête de ce puissant ost de guerre, il se dirigea vers le sud et traversa le Pays du Grand Crâne pour commercer avec les Nains du Chaos Il échangea de nombreux esclaves contre d’étranges machines de guerre, des armes et des armures d’excellente qualité. Traversant la Haute Passe, l’armée d’Asavar fut rejointe par des hordes d’hommes-bétes, ainsi que par d’autres créatures comme des dragons ogre et des trolls affublés d'affreuses mutations.

L’armée du Chaos s’abattit sur Kislev alors même que des cavaliers maraudeurs saccageaient Erengrad et volaient les bateaux à quai. Praag tomba la première, puis ce fut le tour de la capitale d’être assiégée.

* * *

Partout, les combats faisaient rage. On entendait le fracas assourdissant des armes heurtant les armures, les hurlements des mourants ou des blessés, les cris de guerre rageurs et les sons proférés par des créatures inhumaines. Magnus regarda autour de lui et constata que tout n’était qu’anarchie. Plus personne ne combattait en bon ordre, les hordes du Chaos se mélangeaient avec les courageux soldats humains et nains dans une indescriptible mêlée, aussi la ligne de bataille avait-elle depuis longtemps fondu dans la confusion de la guerre.

Profitant d’un moment de répit, il observa l’évolution des combats, serrant fermement dans sa main gantée son épée baignée de sang. Il avait l’intuition que le cours de la bataille restait encore indécise, mais il pouvait également sentir en lui l’esprit de Sigmar guidant son bras contre ses ennemis et remplissant son cœur d’espoir. Il était sur le point de se tourner vers ses hommes afin d’ordonner une nouvelle charge lorsqu’une voix, celle qu’il entendait déjà depuis des mois, lui conseilla d’attendre un peu. Lorsqu’il porta à nouveau son regard sur la horde du Chaos, il comprit immédiatement pourquoi il fallait attendre et l’espace d’un instant, son cœur défaillit.

Un important groupe de cavaliers en armure fonçait à travers une brèche qui s’était ouverte à cet endroit du champ de bataille et à leur tête se trouvait un énorme char de guerre tiré par trois immenses bêtes dont les robes noires étaient hérissées de piques et de cornes. Magnus eut du mal à regarder directement le char, car d’étranges runes et symboles qui pendaient d’une demi-douzaine de bannières troublaient l’air alentour et faisaient pleurer ses yeux malgré lui.

Voici celui qui les commande, lui souffla la voix intérieure. Voici la créature appelée Asavar Kul.

Se préparant, Magnus observa le char qui se dirigeait à présent dans sa direction, ses roues équipées de faux moissonnant indifféremment la neige et les corps des morts sur son passage. Sur un signal de la créature qui se tenait sur le char, les chevaliers du Chaos tirèrent sur les rênes de leurs destriers afin de ralentir leur course et de permettre à leur seigneur de prendre de l’avance. La neige fondait sous les sabots enflammes des montures surnaturelles tractant le char qui fonçait droit sur Magnus à une vitesse terrifiante. Magnus resta calmement sur place, mais lorsque la machine de guerre arriva à sa hauteur, elle effectua un dérapage et s’arrêta net devant lui.

“Les dieux m’ont averti que toi seul me barrerais le chemin de la gloire,” cria le guerrier depuis l’arrière du char. “Je vais t’arracher le cœur et raser cette ville jusqu’à la dernière pierre.”

Lorsque Kul descendit de son char, Magnus réalisa à quel point son adversaire était grand, au moins une fois et demi plus que le prêtre sigmarite. Néanmoins, il ne ressentit pas pour autant la peur. Il se sentait au contraire calme, en paix, comme s’il se trouvait en prière plutôt que sur un champ de bataille couvert de sang. Il lui sembla que le silence se fit alors qu’il focalisait son attention sur le champion” du Chaos, mais le calme fut interrompu lorsque celui-ci tira de son fourreau une épée massive qui entonna une stridente mélopée. Son armure était consumée par des flammes surnaturelles dont la fumée enveloppait le guerrier. Il sembla à Magnus que l’épée grandissait à vue d’œil dans les mains de son adversaire, mais il resta impassible lorsque l’ombre gargantuesque du champion le recouvrit.

Hurlant un cri de guerre dans une langue que le prêtre de Sigmar ne reconnut pas, Kul se jeta en avant en direction de Magnus, tranchant de son épée démon les soldats impériaux qui tentèrent de s’interposer. Sans réfléchir, Magnus fit deux pas vers la gauche et se saisit de sa propre épée dont la lame était entourée d’un halo bleuté. L’épée de son adversaire provoqua une gerbe d’étincelles lorsqu’il para la première attaque, avant de riposter dans la foulée d’un coup ferme en direction de la gorge protégée de Kul. Son épée rebondit contre l’armure infernale sans autre conséquence qu’un bruit résonnant et son poing fut engourdi par la rigueur du choc. Magnus eut tout juste le temps de se jeter en arrière lorsqu’Asavar lui assena un coup de haut en bas qui lui aurait sans problème tranché la tête en deux.

Pendant ce qui sembla une éternité, les deux héros échangèrent coup sur coup, leurs épées se heurtant sans cesse et occasionnant de temps à autre une blessure superficielle de sorte que bientôt, l’un et l’autre furent couverts du sang coulant de leurs plaies. Magnus ne ressentait aucune fatigue malgré ses efforts et ses blessures. mais il lui sembla qu’il en allait de même pour son adversaire, et le duel risquait de durer encore longtemps si aucun élément ne venait avantager l’un ou l’autre.

C’est alors que Kul commit l’erreur qui lui fut fatale. Il asséna un coup plongeant et son épée se planta profondément dans le sol, ce qui lui fit perdre l’équilibre. Rassemblant ses forces, Magnus saisit l’occasion et trancha le bras droit du champion qui fut repoussé par la force du coup. Asavar regarda un instant son moignon, et comme s’il ne ressentait pas la moindre douleur, il se saisit avec sa main gauche de la hache pendant à sa ceinture. Mais l’avantage était à présent dans le camp de Magnus qui attaqua sans relâche du côté droit jusqu’à ce qu’un puissant coup à deux mains arrache finalement sa hache des mains d’Asavar. Désarmé, le guerrier se tint silencieux et fixa Magnus, son regard maléfique brillant à l’intérieur de son casque.

“Les dieux m’avaient promis gloire et conquêtes si je parvenais à te battre.” finit-il par dire tout en retirant son casque, découvrant un visage couvert de cicatrices et de symboles corrompus. “J’ai échoué, et la victoire te revient.”

Sans hésiter, Magnus leva son épée et décapita Asavar, dont la tête chuta lourdement dans la neige.

“Tes dieux font abandonné,” murmura Magnus en contemplant le corps de son adversaire. “Le mien n’a jamais cesse de me soutenir.”

Notons que depuis le Livre d'armée des Guerriers du Chaos V7 (p. 30), Kul meurt de manière moins glorieuse, poignardé dans le dos.

2522 CI : LA "TEMPÊTE DU CHAOS" [HdS p.19, Carte TdC p.11]

La "Tempête du Chaos" a fait l'objet, en 2005, d'une campagne mondiale scénarisée par Gavin Thorpe. Archaon et ses alliés atteignent Middenheim après avoir ruiné Kislev et le nord de l'Empire (Ostland principalement). Les scénarios de WFRP2 commencent peu après cet évènement.

Quelques liens pour en savoir plus :

- L'archive du site de GW france (le déroulé semaine après semaine)

La conclusion de cette campagne qui arrive comme un cheveu sur la soupe a été particulièrement discutée. D'ailleurs, au fil de la V7, la mention de cette campagne disparut progressivement des livres d'armées et du background.
Aujourd'hui, après la "Fin des Temps", on peut considérer que cette guerre de quelques mois pour ce qui concerne l'Empire n'a été qu'un épisode de la Fin des Temps. Ce qui était alors vu comme la plus grande invasion de tous les temps n'était qu'une répétition générale - une attaque prématurée ou d'avant-garde qui fait qu'Archaon se retrouve coincé en Kislev. 

Carte tempête du Chaos

La période de paix fut très courte après l’accession de Karl Franz au trône et, en 2521, on entendit parler d’une nouvelle menace qui se levait dans le nord. Sous le commandement de Surtha Lenk, une armée du Chaos avait envahi le Kislev et s’était enfoncée dans l’Empire. Les forces du Kislev et de l’Empire subirent plusieurs défaites sanglantes et la ville de Wolfenburg fut pillée et brutalement saccagée. Les troupes de Lenk furent finalement vaincues à la bataille de Mazhorod. On crut tout d’abord que la menace avait été écartée, mais il devint rapidement évident que l’armée de Surtha Lenk n’était que l’avant-garde d’une force beaucoup plus importante. Leur véritable ennemi était un Champion du Chaos du nom d’Archaon, aussi appelé le Seigneur de la Fin des Temps. Ce dernier avait réuni des armées consacrées à toutes les Puissances de la Ruine et des légions appartenant à Nurgle, à Tzeentch, à Slaanesh et à Khorne marchaient sous sa bannière. Les signes et les présages avaient tous annoncé une attaque inévitable, une offensive bien plus violente que celle qu’avait dû affronter Magnus le Pieux. Comprenant qu’il lui faudrait rassembler toutes les forces qu’il pourrait trouver pour vaincre Archaon, l’Empereur invita les dirigeants de l’Empire et même, en vérité, tous ceux du Vieux Monde à participer à une grande assemblée à Altdorf, le Conclave de la Lumière. Nombreux furent ceux qui répondirent à son appel, même les elfes d’Ulthuan, et le puissant Téclis arpenta à nouveau les rues d’Altdorf. Lors du Conclave, les chefs des humains, des elfes et des nains se mirent d’accord pour mettre leurs querelles de côté afin de combattre ensemble la menace du Chaos.

Pourtant, le calme était loin de régner partout dans l’Empire. Le spectre de l’invasion d’Archaon avait enhardi les cultes du Chaos et même les gens honnêtes avaient recours aux pratiques interdites et priaient secrètement les quatre seigneurs du Chaos pour obtenir leur clémence, comme ils l’avaient fait avant l’avènement de Magnus. Toutefois, dans cette époque différente, un nouveau mouvement apparut. Le prêtre-guerrier Luthor Huss prétendit avoir retrouvé Sigmar lui-même, réincarné dans le corps athlétique de Valten, un fils de forgeron. Que cela soit vrai ou non, la population avait désespérément besoin de croire en quelque chose et les gens se rallièrent autour de la bannière de Huss, formant une croisade de fanatiques et d’individus poussés par la peur.

Archaon lança son attaque en 2522, progressant irrésistiblement au travers du Kislev pour s’enfoncer dans le nord-est de l’Empire. Il envahit l’Ostland et les troupes du grand comte von Raukov s’efforcèrent de le retarder en lui opposant une résistance désespérée. Le graf Boris Todbringer tenta une sortie de Middenheim avec ses troupes, pendant que les armées du Hochland et du Nordland essayaient d’opérer une jonction avec lui. Mais les hordes d’Archaon étaient trop puissantes et les armées durent se réfugier dans Middenheim devant laquelle Archaon établit le siège. Tous attendaient que l’Empereur arrive avec des renforts et tous se demandaient si Valten était vraiment leur sauveur.

Au soixante-deuxième jour de guerre, les armées de l’Empereur arrivèrent à Middenheim avec Valten. Archaon leva le siège pour se préparer au combat et l’engagement eut lieu au village de Sokh. La bataille fit rage pendant quatre jours, durant lesquels les forces de l’Empire réussirent tout juste à résister. Valten parvint presque à tuer Archaon en combat singulier, mais, au dernier moment, le Seigneur de la Fin des Temps le jeta à terre. Il ne dut la vie sauve qu’à la soudaine trahison des alliés orques d’Archaon, qui le força à se retirer pour rassembler ses troupes. Finalement, ce fut l’arrivée de l’armée de morts-vivants des von Carstein de Sylvanie qui fit pencher la balance en dispersant les troupes d’Archaon et en l’obligeant à battre en retraite. Au début, la horde de morts-vivants sembla prête à se jeter sur Middenheim, mais le Comte Vampire Manfred von Carstein, confronté aux forces réunies des hommes les plus puissants de l’Empire, fit rebrousser chemin à ses troupes et repartit pour la Sylvanie.

Dans cette campagne, Archaon est secondé par son héraut Vardek Crom. Ses autres généraux sont [TdC p.14] :
- Haargroth l'Ensanglanté est un puissant Champion de Khorne qui s'est élevé du rang de garçon de ferme à celui de favori du dieu du Sang.
- Styrkaar des Sortsvinnaers, champion de Slaanesh est un roi nordique que son peuple vénère comme un dieu.
- Feytor l'Impur est un champion de Nurgle dont le village a été détrui par la peste. Lui seul fut épargné, et il a étreint la cause de son sauveur.
- Meletkh le Remodeleur et son enfant mutant Cyspeth ont été touché par Tzeentch. Le sorcier a abattu son chamn pour que son peuple se joigne à Archaon.
Dans La Reine de Glace (p.17), on a quelques infos sur la branche des armées du Chaos qui descendent sur Kislev (la ville) : elles sont menées par Surtha Lenk et Aelfric Cyenwulf qui dévastent l’essentiel du Kislev du nord. Lenk est vaincu par le boyarin Kurkosk à Mazhorod et Cyanwulf est battu à Urzebya par une armée de l’Empire alliée à la Reine de Glace.

Ces victoires ne suffisent pas car la "Fin des Temps" commence alors que Kislev est dévastée à l'exception de quelques îlots de résistance (dont Erengrad qui a été reprise). Il faut croire qu'Archaon a rapidement rallié ses troupes et redirigés ses troupes sur le Kislev.

2523-2528 : LA FIN DES TEMPS

Cf. La page dédiée