HISTOIRE DE L'EMPIRE

Synthèse La campagne impériale & HdS + ajouts

Voir aussi la liste des empereurs connus.

Vous avez une autre chronologie très complète ici, chez MadAlfred.

FONDATION DE L'EMPIRE ET SIGMAR HELDENHAMMER : 1-50 C.I.

Date C.I.

Evènement

-30

Naissance de Sigmar Heldenhammer, fils du chef de la tribu des Unberogens.
[Le père de Sigmar est appellé Björn dans le roman HeldenHammer et Taifal dans Shadowbreed. Sa mère Bala est tué à sa naissance (Shadowbreed). Son grand-père est Dragor Toison-Rouge (HeldenHammer).] 

-15

Sigmar vient en aide au Roi Kargan et reçoit le marteau magique Ghal-Maraz.

-8

Sigmar devient chef de la tribu de son père et rassemble les autres tribus pour engager la guerre contre les Gobelins.

-1

Sigmar obtient la victoire décisive de la Bataille de la Passe du Feu Noir.

1

Sigmar est couronné Empereur à Reikdorf par le Grand Prêtre d'Ulric.

1-49

L'Empire est établi. Des forêts sont défrichées pour l'agriculture et les premières villes sont bâties.

15

Nagash lève une armée de morts-vivants et attaque l'Empire. A la bataille du Reik, Nagash est vaincu par Sigmar et son armée est presque entièrement détruite [LA MV p31]

17

Sigmar détruit une horde de Skavens dans les Monts du Milieu [WDF60 p51]

50

Sigmar abdique pour ramener Ghal-Maraz à ses créateurs Nains à Caraz-a-Carak.

Il y a quelque 2500 ans, les terres du nord-est du Vieux Monde étaient habitées par de nombreux groupes tribaux barbares et querelleurs. Le développement de ces premiers humains a été pour le moins rapide, mais leurs progrès ultérieurs ont été freinés par leurs rivalités inter-tribales et les assauts des hordes gobelinoïdes omniprésentes; celles-là même qui étaient engagées dans une guerre séculaire contre les nains des Montagnes du Bout du Monde.

La légende raconte que la naissance de Sigmar, le premier fils du chef de la tribu des Unberogens , fut annoncée par de farouches tempêtes et par une comète à double queue. Vérité ou pas, il est certain que celui qui allait être connu sous le nom de Heldenhammer (Litt. " Le Marteau Brandi ") avait été marqué par la destinée dès son plus jeune âge. A 15 ans, il fit preuve de sa valeur de guerrier en défaisant à lui seul une troupe de gobelins. La chance voulut que cette bande escortât un groupe de prisonniers nains qu'elle emmenait vers le repaire de la horde dans les profondeurs de la Grande Forêt. Parmi les captifs, il y avait un certain Kargan Barbedargent, roi reconnu par la majorité des nains du Vieux Monde à cette époque. De retour dans sa forteresse, il ordonna une grande fête en l'honneur de Sigmar et, en témoignage de gratitude pour lui avoir sauvé la vie, il lui offrit son propre marteau de guerre, Ghal-Maraz (le Fendoir de Crânes), dont les pouvoirs magiques augmentèrent les prodigieux talents de guerriers de Sigmar au-delà de tout ce que les humains des tribus avaient jamais rencontré.

Au fur et à mesure que la réputation du jeune guerrier grandissait, le nombre de ses disciples grossissait par l'afflux de nouvelles recrues avides de partager sa gloire.

A la mort de son père, Sigmar devint le chef des Unberogens et lorsqu'il battit le chef des Teutognens, un vieil ennemi , en combat singulier, son triomphe sembla complet. Seuls les gobelins se dressaient encore sur le chemin de la fondation d'une nation unifiée. C'est dans ce but qu'il rassembla les chefs des tribus et se lança dans une campagne destinée à purger une fois pour toute le pays de la présence des gobelinoïdes. Au début, tous ne se portèrent pas volontaires mais, quand les victoires succédèrent aux victoires, un nombre de tribus sans cesse accru se joignit à sa cause. Finalement, après une gigantesque bataille dans les plaines de Stirland, les hordes de gobelins prirent la fuite et, dispersées, paniquées, se réfugièrent sur les flancs escarpés des Montagnes du Bout du Monde.

Les douze provinces originelles [HdS p13]

Les provinces d’aujourd’hui ne correspondent pas toutes exactement à celles qui furent créées par Sigmar. Certaines ont disparu à la suite de catastrophes, d’autres à cause d’invasions ou de guerres civiles. Voici ci-dessous la liste des douze grandes provinces de l’origine, associées à leur tribu et à leur souverain. Les premiers Comtes Électeurs sont issus de cette "grande confédération". C’est pour cela que de nombreux nobles essayent d’établir un lien entre leur lignée familiale et l’un de ces chefs emblématiques.

[La carte provient du premier tome de la trilogie sur Sigmar - Heldenhammer - de Graham McNeil.]

Nom

Tribu

Souverain

Averland
Drakwald
Hochland
Middenland
Ostermark
Ostland
Reikland
Solland
Stirland
Talabecland
Westerland
Wissenland

Brigondiens
Thuringiens
Chérusens
Teutogens
Ostagoths
Udoses
Unberogens
Ménogoths
Asobornes
Taléutes
Endales
Mérogens

Siggurd
Otwin
Aloysis
Artur
Adelhard
Wolfila
Sigmar
Markus
Reine Freya
Krugar
Marbad
Henroth

La trahison d'Uathach et les relations avec les nains [WD114 p8-9]

[…] Uathach était un chef de guerre de la tribu des Teutognens, expérimenté et courageux, commandant les chars de l'armée de Sigmar. L'équipage de ses chars était loyaux à leur chef et le suivait au cœur des combats, jusqu'à ce que leurs chevaux écument et que les faux de leurs roues soient noire de sang gobelin.
Sigmar ralliait les tribus et pourrait bientôt combattre aux cotés des nains pour débarrasser leurs terres des gobelinoïdes. Son ambition était d'unifier toutes les tribus humaines et d'établir un empire unique. Néanmoins, il n'était pas le seul à avoir ce rêve. De nombreux chefs tribaux étaient las de leurs guerres continuelles. Après des années de conflits, ils combattaient à présent ensemble ne souhaitait pas revenir aux guerres et rivalités antérieures.
Cependant, parmi eux, Uathach nourrissait de sombres projets. Il constatait la puissance d'une humanité unie et l'élan des victoires le grisait. Ses songes tournaient en malveillance vis à vis des nains. "Nous pourrions aussi les battre" conseilla-t-il à Sigmar, " alors le monde entier ne appartiendrait et nous serions vraiment les chefs !"
"Non, Uathach ! " répliqua Sigmar. " Tes mots sont folie. Nous n'avons pas besoin d'être si avides : si les nains tombaient, nous ne pourrions certainement pas survivre."
Éconduit et rejeté, l'ambition d'Uathach se transforma en malice et il ressassait les mots de Sigmar. " C'est un fou ", bouillait-il, " Les victoires l'ont amolli tandis que moi elles me renforcent."
En proie à son obsession, Uathach rassembla ses capitaines pour comploter une revanche. Trois jours plus tard, à l'aube, les chars d'Uathach étaient dans le camp de Sigmar. Ils venaient pour tuer et la tête de Stonnomir, le commandant des nains fut empalé sur la lance d'Uathach. Les yeux remplit de colère, Sigmar vint au devant d'eux. Avant qu'il n'ait atteint les chariots, Uathach l'interpella :
"Sigmar ! La guerre a commencé ! Le contingent nain est dispersé et les nouvelles de l'attaque atteindront bientôt le roi Kargan. Il n'y aura plus jamais de confiance entre les nains et les hommes." Il envoya la tête coupée rouler au pied de Sigmar.
"Maintenant mon seigneur, vous devez choisir ou mourir, combattrez-vous pour les hommes ou pour les nains ?"
Comme Sigmar regarda la tête coupée, il perçut alors l'étendue de la trahison d'Uathach. La rage monta en lui. Il sauta sur le char d'Uathach et, dans sa fureur, tua les chevaux et endommagea l'axe du char.
"Pauvres fous !" hurlait-il.  "Vous serez damnés pour cela !"
A l'ordre de Sigmar, ses champions encerclèrent les chars d'Uathach et avec leurs épées et leurs lances, ils jetèrent leur équipage à bas. Au milieu du carnage, Sigmar et Uathach se combattirent, un coup transperça Uathach et il tomba à genoux. Le massacre des équipages avaient été terrible et leur sang coulait à présent dans les ornières crées par leurs roues.
Uathach était mourant et Sigmar parla à son ancien subordonné d'une voix déformée par la rage : "Sois maudit Uathach, c'était la guerre que tu voulais et même mort, il te condamne à la parcourir le ciel à sa recherche. Toute l'éternité tu devras fuir par les foudres de mon courroux. [...] "
Sigmar tomba à genoux et pleura : "Notre alliance avec les nains a été gravement atteinte et pour cela nous payerons chèrement. Mais le roi Kargan est plus sage que ces fous ambitieux et nous pourrons survivre encore. [...]"

La bataille de la passe du Feu Noir : -1 CI

Mais la guerre n'était pas encore terminée. Peu après cela, un Nain gravement blessé, presque mort de faim, se traîna jusqu'au camp de Sigmar, au confluent de la Soil et du Reik supérieur.

Il avait parcouru de nombreuses lieues depuis la cour du roi Kargan, dans les contreforts septentrionaux des Montagnes du Bout du Monde, pour apporter un appel à l'aide désespéré.

Les nains de la Passe du Feu Noir avaient subi, récemment, une défaite humiliante face aux armées coalisées des gobelins, des hobgobelins et des orques noirs. Les rescapés se regroupaient à Karak-Varn, ne laissant sur place qu'une centaine de vaillants défenseurs chargés de tenir la Passe le plus longtemps possible. Sans perdre de temps, Sigmar déroula son étendard et mobilisa ses troupes.

Avec Sigmar à sa tête, l'armée humaine ne pouvait pas être stoppée. Brandissant Ghal-Maraz à deux mains, il taillait dans les rangs des gobelins comme s'il frappait avec la grande faux de la mort elle-même. Alors que les gobelins commençaient à lâcher prise, les nains survivants chargèrent à partir de leurs citadelles et les nobelins se trouvèrent coincés entre Sigmar, d'un côté, et les haches mortelles des nains, de l'autre. Ce jour-là, le massacre fut terrible et bien peu furent les orques ou les gobelins qui purent se sauver et parler de la bataille de la Passe du Feu Noir et de la puissance mortelle de Sigmar. C'est à partir de ce jour là que Sigmar fut connu sous le surnom de " Marteau à gobelins ".

La victoire de la Passe du Feu Noir mit fin à la guerre qui avait opposé les nains aux gobelins pendant près de 1500 ans. La principale ligne de renfort qui avait entretenu les armées gobelinoïdes depuis les Terres Sombres étaient définitivement coupée et les bandes survivantes, isolées dans les forêts du Vieux Monde, pouvaient être cueillies assez facilement. Certaines d'entre elles, pourtant, choisirent de se retrancher au plus profond des forêts et d'y attendre l'opportunité d'une revanche.

Avec la fin des guerres gobelines, Sigmar fut à même de réaliser son rêve de fondation d'un puissant empire. Pas un seul des chefs des tribus ne refusa de lui prêter allégeance et le Grand Prêtre d'Ulric le couronna empereur dans une petite ville qui portait le nom de Reikdorf, sur le site futur de Altdorf.

Le départ de Sigmar : 50 CI

Le règne de Sigmar ne fut pas le plus long de l'histoire de l'Empire mais, en ces quelques années, les fondements et les traditions de l'Empire furent déjà bien établis. Les différents chefs de tribus se virent assigner la charge de contrôler les régions telles que le Middenland, le Talabecland et autre. Mais, bien qu'ils aient joui d'une certaine autonomie, Sigmar ne ménageait aucun effort pour accentuer la nécessité d'unité; " La force de L'Empire réside dans ses diversités, pas dans ses divisions " disait-il. " Ensemble, nous pourrons garder notre pays libre des haïssables Gobelins, mais la division entraînera notre chute à coup sûr. "

Cette période vit de nombreuses constructions. De larges portions de forêt furent défrichées pour permettre la culture , mais il en restait encore beaucoup , et de nombreuses villes furent bâties. Parmi celles-ci, les cités souveraines (freistadt) de Nuln, Talabheim et Middenheim.

Les récits affirment que, cinquante ans précisément après son couronnement, Sigmar déposa sa couronne soudainement et déclara : " Les temps sont venus où le Fendoir des Crânes doit retrouver ses créateurs, et il est une route que je dois parcourir seul ". Sur ces paroles, il quitta son palais de Altdorf et partit en direction de Caraz-a-Carak, la forteresse des Nains. Il n'autorisa personne à l'accompagner au-delà de la Passe du Feu Noir. Arriva-t-il jamais à destination ? Les nains n'en parlèrent pas et Sigmar Heldenhammer, le premier Empereur, ne revint jamais vers ses sujets. Maintenant encore, il est une croyance bien établie dans l'Empire selon laquelle Sigmar reviendra à l'heure où sa nation en aura le plus grand besoin; et son arrivée sera annoncée par le passage d'une comète à deux queues.

Les derniers jours de Sigmar [EeF p56-57]

Mais qu'est-il arrivé à Sigmar Heldenhammer et à son marteau ? La légende est écrite ci-dessus ; la vérité, comme toujours, est un peu différente.
Sigmar avait toujours eu l'intention de rendre Ghal-maraz aux nains, au moment approprié. L'arrivée de Kargan Flancdargent, le fils du Roi Kargan Barbedargent, le convainquit que l'heure était venue.
L'abdication de Sigmar fut une grande surprise pour tous les peuples de L'Empire. Presque tous savaient qu'il était inutile d'en discuter – et, de plus, ils croyaient fermement qu'il reviendrait réclamer sa couronne. Sigmar et Kargan quittèrent discrètement Altdorf, accompagnés par une douzaine de chevaliers, et se dirigèrent vers la Passe du Feu Noir. Contrairement à la croyance populaire, Sigmar n'avait pas l'intention de revenir; son règne en tant qu'Empereur était arrivé à son terme. Toutefois, son existence prit une tournure inattendue en cours de route. A Pfeildorf – qui était alors un petit village – il fut charmé par une jeune noble et il interrompit son voyage pendant plusieurs jours et plusieurs nuits. Mais son destin finit par l'emporter sur sa passion fugitive et il prit congé. Il ne savait pas que ces précieuses journées permettraient la continuation de sa lignée.
Sigmar escalada les Montagnes et atteignit la Vallée Cachée, où les elfes étaient accablés par un géant du Chaos qui parcourait leurs terres. Sigmar abattit la créature, mais interrompit son voyage pour Caraz-a-Carak. Dans la Vallée Cachée, un jeune nain nommé Yodri le trouva et lui apporta de tristes nouvelles : les nains de Kadar-Khalizad avaient besoin de Ghal-maraz!
Wulfan Merglord, leur Maître-Érudit, s'était mêlé d'affaires qu'il aurait dû laisser tranquilles. Dans l'espoir de créer une puissante arme magique, il avait stupidement évoqué un démon qui devait occuper la lame. La créature s'avéra bien plus forte que ses possibilités de contrôle et il n'avait pu sauver Kadar-Khalizad qu'en la limitant aux niveaux inférieurs grâce à sa magie. Plusieurs nains furent tués et la magie de Wulfan ne pouvait pas tenir longtemps.
Sigmar partit immédiatement pour Kadar-Khalizad. Il entra dans les quartiers du Maître-Erudit et ordonna que l'on scelle les portes derrière lui. Puis il descendit seul pour combattre le démon. Ses affrontements avec Sheerargetru furent sauvages et terrifiants, mais le Démon finit par fuir les pouvoirs de Ghal-maraz, retournant dans le portail créé par le stupide Maître-Erudit. Sachant que son adversaire était toujours vivant, et faisant preuve d'un héroïsme incroyable, Sigmar le suivit. Ghal-maraz ne voulut pas franchir le portail qui se referma derrière Sheerargetru et Sigmar. Le Démon est resté là jusqu'à maintenant. Sigmar a commencé sa métamorphose qui l'a fait passer du statut de mortel à un pouvoir au-delà de la mortalité.
Voyant que Sigmar ne revenait pas, les nains de Kadar-Khalizad supposèrent qu'il avait été vaincu. Le poids de leur culpabilité les rendit mélancoliques. Kargan Flancdargent porta la nouvelle à Caraz-a-Carak. La disparition de Sigmar était une mauvaise chose, mais celle de Ghal-maraz – qu'ils supposèrent perdu à jamais – était terrible. Les nains de Kadar-Khalizad furent abandonnés par leurs frères de race. Wulfan s'enferma dans ses appartements. Le reste du clan ne l'en empêcha pas et Kadar-Khalizad devint un lieu sans joie. La destruction finale des nains fut presque accueillie avec soulagement, lorsqu'une bande de gobelins s'empara des lieux.
Seul Yodri survécut, peut-être parce qu'il fut le premier fidèle de Sigmar. Avec le temps et l'aide de Sigmar, il connut la sagesse en assurant la garde de Kadar-Khalizad. Maintenant, il est la seule créature vivante qui sache la vérité sur le passage de Sigmar et sur les choses qui sont enfermées dans les niveaux inférieurs de la forteresse naine.
Mais qu'est-il arrivé à la femme – et à l'enfant – que Sigmar a laissé derrière lui ? Sa famille indignée l'a forcée à se marier sous sa condition, et le fils de Sigmar grandit avec un autre homme comme père. Le sang de Sigmar a coulé dans des veines relativement obscures, génération après génération – jusqu'à l'apparition de Dame Elise Schwartzwalder-Kirschtorte à Middenheim. Comme sa lointaine ancêtre, elle connut des amours de jeunesse – dont le résultat fut le fils illégitime du Graf Boris Todbringer, le Baron Heinrich. Avec cet enfant – devenu maintenant adulte – l'héritier de Sigmar est né.

L'ÂGE DES ELECTEURS : 51-1152 C.I. [Synthèse LCI et HdS]

Date C.I.

Evènement

50

Après un demi-siècle d’édification et de prospérité dans l’Empire nouvellement créé, Sigmar part vers l’est et disparaît. L’organisation des Comtes Électeurs est mise en place et les seigneurs provinciaux élisent l’Empereur parmi l’un des leurs : Foulques du Wissenland [HdS p20]

73

Le culte grandissant de Sigmar, dieu principal de l'Empire, reçoit son premier grand théogoniste, Johann Helstrum [LA Emp V4 p11]

100 (~)

L’Empereur Heydrich reçoit les Crocs Runiques de la main d’Alaric le Fou et les confie aux Comtes. [HdS p20]

100-500

Le système électoral se renforce et le culte de Sigmar se généralise, ce qui provoque des conflits ouverts avec le grand prêtre d’Ulric.

113

Achèvement du temple d’Ulric à Middenheim. [HdS p20]

322

L’Empereur Hündrod le Forcené tue le dragon Mascar le Magnifique dans la forêt de la Drakwald.

400-900

Période dite de «l’Élargissement des frontières».

501

L’armée de l’Empereur Sigismund II écrase celle du roi des Jutones et intègre les territoires de ce dernier à la province du Westerland.

555

Pour éviter une sécession complète de la ville de Middenheim, l’Empire accorde une charte à celle-ci.

632

Premiers raids norses sur Marienburg.

765

Signature d’un traité à Athling de Traktatsey qui met fin aux raids norses sur la cité de Marienburg alors en pleine expansion.

1000

Naissance des nations du Vieux Monde, point de départ d’une série de guerres continuelles et de la fragmentation de l’Empire. La peste et les désordres civils interdisent tout projet de colonisation des régions forestières. Des trappeurs et des aventuriers effectuent de très nombreuses expéditions le long des rivières, jusqu’aux sources de la Talabec. La culture et l’autorité impériales sont représentées par des délégations de membres du culte de Taal et Rhya le long des principaux fleuves et rivières, souvent installées sur les sites d’anciennes colonies elfes ou naines. [HdS p20]

1010

Ludwig-le-Gros édicte la Charte Impériale qui accorde le Mootland aux Halfelings, place cette région sous leur administration et lui accorde le droit de vote à l'Election Impériale. [HdS p20]

1053-1115

Règne de Boris l’Incapable. La corruption est institutionnalisée. [HdS p20]

1106-1110

Les bêtes du Chaos deviennent de plus en plus nombreuses dans la Drakwald. Vilner, héritier du trône du Drakwald, est assassiné. L’Empereur fait placer le Croc Runique du Drakwald dans les chambres fortes du palais en attendant d’avoir désigné un nouvel héritier. [HdS p20]

1109

Les Norses pillent Marienburg. Snorri Main-et-demie s’autoproclame Jarl du Vestland. Les comtes de Westerland résistent depuis l’île de Rijker. [HdS p20]

1111

La Peste Noire. Déclenchée par les skavens et dure jusqu'en 1115. Elle décime les neuf dixième de la population impériale dont l'Empereur Boris lui-même en 1115. De nombreux villages sont abandonnés du fait de la disparition d'une grande partie du fait de la disparitiion d'une grande partie de leurs habitants et des déprédations skavens. [LA Emp. V4 p1, HdS p20]

1112-1124

En Sylvanie, le nécromancien Vanhal érige la cité maudite de Vanhalschlosse. Aucours de la décennie qui suit, les survivants de l'Empire, Vanhal et les skavens vont se livrer une guerre sans merci. La guerre se termine enfin avec l'assassinat de Vanhal. Les skavens affaiblis par leur guerre avec les morts-vivants sont repoussés dans les entrailles de la terre.[LA MV V4 p31]

1122

Le comte Mandred du Middenland (surnommé le tueur "Tueur de Rats") obtient le soutien des Comtes Électeurs et prend la tête d’une croisade contre les skavens. [HdS p20]

1124

Mandred arrive enfin à repousser les skavens. Il est élu Empereur. [HdS p20]

Cinquante après son accession au trône, Sigmar annonça son abdication aux comtes et aux grands prêtres des différents cultes réunis en assemblée. "Mon oeuvre ici-bas est terminée, dit-il à la foule stupéfaite. L’Empire est prospère et unifié et, entre vos mains bienveillantes, il le restera. Il me reste toutefois un travail à accomplir, une tâche à terminer, car il me faut ramener Ghal Maraz à son créateur." Et sur ces paroles, le premier Empereur posa sa couronne sur la table, prit un havresac, chargea Ghal Maraz sur son épaule et s’en alla vers un destin ignoré de tous.

L’assemblée des comtes se trouva confrontée à une situation critique : Sigmar ne s’était jamais marié et, pour autant que l’on puisse le savoir, n’avait jamais eu d’héritier. Il n’avait pas non plus laissé de testament pour désigner son successeur. En vérité, tout au long des cinquante années de son règne, personne ne s’était jamais posé la question de la succession.

Plusieurs comtes revendiquèrent le trône. Certains mirent en avant leur habileté guerrière ou politique, d’autres prétendirent bénéficier de la faveur des dieux. Il y en eut même pour soutenir que Sigmar leur en avait fait la promesse en secret. Le Reikhaus résonna d’âpres querelles et le spectre immense de la guerre civile se leva, menaçant, lorsqu’une prêtresse de Rhya, membre de la suite du comte de Stirland, suggéra d’organiser une élection. Que chacun renouvelle ses voeux de fraternité, puis qu’il ou elle exprime les raisons pour lesquelles la couronne devrait lui revenir. Le premier à obtenir une majorité de votes serait élu Empereur. Essayant désespérément de se raccrocher à la plus petite chance de prévenir la désagrégation de l’Empire et la guerre civile, les comtes acceptèrent et se retirèrent à la Grande Chambre du Reikhaus pour y délibérer. Après trois jours (pendant lesquels de nombreuses promesses et menaces furent échangées, en même temps qu’une grande quantité d’or), l’Ar-Ulric en sortit pour proclamer le nom du nouvel Empereur : Foulques du Wissenland. Les comtes avaient conclu un traité établissant que chaque nouvel Empereur serait choisi parmi eux et que la personne ainsi élue pourrait établir la capitale de l’Empire dans la cité principale de sa province. Ils avaient également choisi un puissant aristocrate du Reikland pour en faire le nouveau comte de cette province. Et pour bien marquer leur rôle dans le processus du choix de l’Empereur, les comtes avaient décidé qu’ils porteraient dorénavant le titre de Comtes Électeurs.

L’Empereur Foulques installa sa capitale à Nuln, où elle demeura pendant plusieurs siècles tandis que ses héritiers réussissaient à se faire élire les uns après les autres. Ce fut une ère d’expansion et de vigueur pour l’Empire, durant laquelle la population en croissance constante était sans cesse en quête d’exutoire à son énergie. Non contents d’occuper les territoires qu’ils possédaient déjà, les Comtes Électeurs cherchèrent à étendre leurs provinces, ainsi que leur pouvoir les uns par rapport aux autres. Du V e au X e siècles, pendant une période que les historiens appellent «l’Élargissement des frontières», les Comtes et les Empereurs s’employèrent à faire croître l’Empire pour atteindre ce qu’ils pensaient être ses frontières naturelles. Les années passaient et les villes devenaient des cités. De nouvelles villes étaient bâties et des provinces plus petites, non-électorales, naquirent au fur et à mesure que les seigneurs régnant sur les provinces léguaient leurs propres domaines. Les provinces acquirent une indépendance de plus en plus grande, échangeant des promesses de vote contre des exemptions de taxes, des charges supplémentaires et autres privilèges.

Le culte de Sigmar [HDS p14]

Moins de vingt-cinq ans après la disparition de Sigmar, pendant le règne de l’Empereur Hénest à Nuln, un moine mendiant du nom de Johann Helstrum arriva à Altdorf, parlant d’un nouveau dieu : l’Empereur Sigmar lui-même. L’œil brillant d’un sauvage enthousiasme, s’exprimant avec toute la force de sa conviction, il prêchait la parole du Divin Sigmar à qui voulait l’entendre, réussissant même à susciter des vocations chez certains prêtres d’autres cultes.
Ses paroles ne furent pas bien accueillies partout. De nombreux membres du clergé des autres dieux rejetèrent Helstrum en le traitant de malade mental et prétendirent que ses apparitions étaient dues à une consommation abusive de pain moisi. Ce qu’il disait frôlait le blasphème, car il prétendait avoir reçu une vision dans laquelle Ulric en personne posait une couronne sur la tête de Sigmar, le consacrait en tant que dieu et faisait de lui le chef de tous les dieux.
Certains voulurent même le faire tuer, mais d’autres se montrèrent plus tolérants. Le nouveau culte d’Helstrum prêchait l’unité de l’Empire et l’obéissance à l’Empereur et aux Comtes Électeurs et, pour cela, ce modeste culte obtint la permission de bâtir un temple dans la cité bien-aimée de Sigmar, Altdorf, avec Johann Helstrum comme premier grand théogoniste.
Au fil des siècles, le culte allait devenir riche et puissant. Le culte de Sigmar devint si populaire au Reikland et au Stirland qu’il y supplanta pratiquement celui d’Ulric, à la grande irritation des membres de ce dernier. Une fortune, issue de cadeaux et de rentes, commença à affluer dans ses coffres, jusqu’à ce que le grand théogoniste finisse par pouvoir rivaliser en richesse et en puissance avec les Comtes Électeurs et que le culte commence à réclamer à cor et à cri le droit de détenir un vote électoral.
Il obtient finalement ce droit et nommé Electeur Impérial. Il devint le plus proche de tous les conseillers de l'Empereur, au grand désarroi du Grand Prêtre de Ulric. [LCI]

Les Comtes d’Ostland et du Talabecland entamèrent une colonisation agressive, jusque sur les terres de ce qui est maintenant devenu le Kislev, revendiquant toute la région, jusqu’aux montagnes et la Lynsk, mais leurs colonies ne réussirent quasiment jamais à prospérer. Le Talabecland eut plus de chance dans ses tentatives d’annexion des terres situées au sud-est des siennes. Gouvernées à l’origine par les héritiers d’Adelhard, chef des Ostagoths, les villes de l’Ostermark furent intégrées dans les «Marches de l’Est» du Talabecland. Elles devaient plus tard reprendre leur indépendance pour constituer la Ligue de l’Ostermark.

Pendant ce temps, le Stirland et l’Averland s’étaient lancés dans une expansion énergique en direction de l’est, sur les terres les moins fertiles de leurs provinces, jusque dans les contreforts montagneux que les nains considéraient comme leur fief, ce qui provoqua quelques conflits. Au cours de ce processus, ils absorbèrent des tribus mineures et de petits royaumes aux populations cousines des leurs, qui n’avaient jamais rejoint la confédération de Sigmar, en particulier les Fennones dont les terres devinrent la province de Sylvanie sous le gouvernement du Stirland.

L’Empereur dont le nom est le plus souvent associé à cette période est Sigismund le Conquérant, qui vécut au VIe siècle. Il soumit le roi des Jutones et annexa le Jutonsryk à la province du Westerland. En outre, il franchit les Montagnes Grises pour créer la Marche de l’Ouest et envahit les territoires des Principautés Frontalières (qui étaient alors une région sauvage et tribale) pour y fonder la province de Lichtenberg et bâtir une série de châteaux afin de protéger le flanc de l’Empire.

Il est toutefois une région qui a réussi à échapper à l’emprise de tous les conquérants et colonisateurs: Laurelorn, le royaume des elfes sylvains. Elle a été revendiquée par les Comtes Électeurs du Drakwald, du Middenland et du Westerland, mais les elfes sylvains n’ont jamais reconnu aucun suzerain et ont tenu en échec toutes les tentatives de conquête. Ils remportèrent leur plus spectaculaire victoire en 897 CI, lorsqu’ils écrasèrent l’armée d’un comte du Drakwald dont l’histoire n’a retenu que le surnom, «le Malchanceux.» Cette défaite fut tellement retentissante qu’elle fut à l’origine du déclin du Drakwald, qui finit par aboutir à sa disparition.

Au Xe siècle, l’Empire avait atteint l’apogée de son expansion et de sa réussite. Aucune autre puissance ne pouvait l’égaler et ses dirigeants commençaient à évoquer la possibilité de gouverner un jour le Vieux Monde tout entier. Aveuglés par leur orgueil démesuré, ils ne voyaient pas les fissures qui annonçaient la chute de l’édifice tout entier.

C'est vers cette époque que l'Empereur Ludwig-l'Immense (que l'histoire devait, par la suite, rebaptiser Ludwig-le-Gros) accorda une charte impériale aux Halfelings de l'Empire " en reconnaissance des immenses services rendus à sa Majesté Impériale, Seigneurs des Hauteurs et des Profondeurs, etc. " Par cette décision, les Halfelings recevaient une partie de Stirland , connue plus tard sous l'appellation de Mootland , avec l'autorisation de l'administrer de la façon qu'il leur semblerait appropriée. Mieux encore, ils recevaient du même coup un droit de vote lors de l'élection impériale, par l'intermédiaire de leur chef, l'Ancien. La charte avait été ostensiblement accordée aux Halfelings en remerciement de leur contribution aux cuisines impériales et il est vrai qu'avant l'arrivée d'un cuisinier Halfeling, l'intoxication alimentaire était un évènement assez courant, même au sein de la maison impériale. En plus de cette excellente raison, il est un autre facteur qui avait également contribué à cette attribution de territoire aux Halfelings. La création du Mootland enlevait une portion de territoire non négligeable au Comté de Stirland et l'Empereur Ludwig avait toutes les raisons d'en vouloir à la Grande Comtesse de Stirland qui avait non seulement décliné sa demande en mariage mais également assorti son refus d'un commentaire offensant au sujet de la corpulence excessive de Son Impériale Majesté.

Le contrôle impérial s'affaiblissait graduellement. L'Empire en connut les pires moments sous le règne de Boris L'Incompétent [Hohenbach] (1053-1115). L'effroyable administration de son règne vit une telle augmentation de la corruption au sein des fonctionnaires que même le trésor impérial fut sérieusement amputé par les activités frauduleuses de fonctionnaires sans scrupules. Dans les villes, les autorités ne parvinrent pas à gérer la surpopulation et la sanction de cet échec fut une épidémie dévastatrice de Peste Noire en 1111. Des populations entières furent décimées par ce fléau virulent qui, quatre ans plus tard, emporta l'Empereur lui-même.

L'ÂGE DES GUERRES : 1152-1359 C.I. [Synthèse LCI et HdS]

Date C.I.

Evènement

1152

L’Empereur Mandred est assassiné. Les Comtes Électeurs ne parviennent pas à se mettre d’accord et l’Empire est divisé en provinces autonomes. La guerre éclate entre le Talabecland et le Stirland lorsque deux prétendants rivaux s’affrontent pour le pouvoir et le trône impérial.

1153-1200

Les villages du Drakwald disparaissent les uns après les autres, les terres retournent à l’état sauvage et les communautés sont envahies par les bêtes du Chaos et les gobelins. [HdS p21]

1207-1244

Dieter Helnicht se révèle être un nécromancien. Il s'échappe dans la Forêt des Ombres où il lève une importante armée de morts-vivants. Après une victoire, il est vaincu à la bataille de Beeckerhoven par une armée combinée de soldats impériaux et kislevites.

1359

Le Grand Duc de Stirland est élu Empereur. [Otto VI, source ?]

Les skavens eurent leur revanche lorsque les membres du clan Eshin assassinèrent l’Empereur Mandred dans sa chambre en 1152, au cours de la nuit de la Geheimnisnacht. Ils lui laissèrent une douzaine de dagues plantées dans le corps et lui arrachèrent le cœur. Comme Sigmar avant lui, il mourut sans héritier.

Lorsque le [premier] Conseil Électoral de 1152 se termina en impasse, le Grand Duc de Talabecland rentra dans son palais et leva une armée pour entrer en guerre contre le Comté de Stirland. [Finalement, dans la même année], le Conseil Électoral choisit Otto de Solland, un homme faible, pour en faire le nouvel Empereur. C’était une situation qui allait se renouveler au cours des siècles et les élections qui suivirent furent de plus en plus "chaudes". La fonction d’Empereur devint une sorte de hochet que les comtes manipulaient tour à tour. Elle n’avait plus d’importance pour les Comtes Électeurs car ceux-ci désiraient avoir les mains libres pour mener leurs guerres intestines sans contraintes. En fait, ces conflits étaient tellement fréquents que cette période prit le nom d’Age des Guerres.

Les Seigneurs Provinciaux en avaient assez de ces "Empereurs à la volonté faible qui se contentent de prélever nos taxes". Certains réclamaient une complète indépendance pendant que d'autres tentaient d'évoquer le règne de Sigmar pour essayer d'endiguer l'afflux de privilèges qui, selon eux, détruisaient les fondations même de l'Empire.

Pendant plus de 200 ans, l'Empire fut déchiré par une succession de guerres civiles et aucun Empereur ne parvint à conserver la couronne pendant plus de dix ans. Pourtant, le trône restait encore un important symbole d’unité, jusqu’à ce que l’une des membres du Conseil décide qu’elle ne voulait plus partager le pouvoir.

Comme LCI dit que le Conseil Electoral de 1152 se termine sans résultat et HdS qu'il élit le Grand Duc du Stirland, j'ai supposé qu'il y en avait eu deux...

L'ÂGE DU GRAND SCHISME : 1360-1547 C.I.

Date C.I.

Evènement

1360

La Grande Duchesse Otilla du Talabecland se nomme Impératrice à Talabheim sans élection. Elle déclare le culte de Sigmar hors-la-loi en Talabecland. Sans défense, Marienburg est mise à sac pour la troisième fois pour les norses.

1360-1547

Des guerres civiles font rage; aucune phase décisive ne se dessine. Dès 1366, des mercenaires tiléens s’engagent dans tous les camps [HdS p21].

1414

Le Nordland et le Middenland signent un traité et se partagent les terres contestées du Drakwald, mettant ainsi fin à la querelle qui les opposait au sujet du décret de Mandred. [HdS p21]

1450

Début des croisades (impériales) contre l'Arabie [WDF60p51]

En 1359, le grand-duc du Stirland fut élu Empereur à Nuln, mais la grande-duchesse Ottilia du Talabecland pensait que ce titre devait lui revenir de droit. En 1360, elle s’autoproclama Impératrice sans élection préalable. En cela elle était supportée par le Grand Prêtre d'Ulric qui avait été nommé Electeur en une ultime tentative pour débloquer la situation et contrebalancer la puissance du Grand Théogone de Sigmar. Les tensions entre les deux cultes avaient été ravivées depuis quelques temps, plus précisément depuis que les rivalités provinciales avaient donné une importance prépondérante à la voix du Grand Théogone lors des élections. Aussi, lorsque le Grand Compte de Stirland, rival de tous temps de Ottila , fut nommé Empereur, elle rencontra le Grand Prêtre d'Ulric à Talabheim. Ce dernier s'était s’installer dans cette ville suite à une divergence d’opinion avec le graf Heinrich. Otilla lui révéla qu'elle avait découvert une preuve suggérant que la religion de Sigmar était fondée sur une erreur. Pendant toutes ces années, la vision du vieil ermite aurait été mal interprétée, disait-elle. Sigmar n'avait pas été déifié, comme le prétendait chacun; sa présence auprès des dieux était seulement le signe indiquant que son règne avait été béni par Ulric. Cette interprétation convenait parfaitement aux ambitions politiques du Grand Prêtre d'autant que le comte stirlander avait imposées des taxe au culte d’Ulric. Immédiatement, il déclara que tous les adorateurs de Sigmar étaient hérétiques. Promptement, Ottila déclara le culte de Sigmar hors-la-loi dans le Talabecland; ses temples furent désacralisés et ses clercs poursuivis par les répurgateurs.

Pendant ce temps, l'Empereur élu tenait sa cour à Nuln et il tenta d'entrer en guerre contre "la démone blasphématrice" à Talabheim. Mais l'Empereur était lui-même attaqué depuis le Middenland et des années de guerres civiles avaient prélevé un lourd tribut sur les nombreuses armées de l'Empire. Le résultat fut un statu quo qui dura pendant près de 200 ans. Pendant ce temps, Ottila avait légué "sa couronne" à ses descendants pendant que les "vrais" Empereurs étaient toujours désignés par des élections. Toutefois, ces dernières ne constituaient plus que de simples formalités qui ne faisaient que ratifier le choix du Grand Théogone; les récalcitrants étaient rapidement convaincus de leurs erreurs par des arguments difficiles à réfuter : les épées des nombreux gardes du temple invités à assurer la sécurité de l'élection.

À partir de ce moment, les guerres privées de l’Empire commencèrent à prendre un tour religieux. Tandis que les deux trônes luttaient pour le pouvoir, les provinces sigmarites entrèrent en conflit avec les provinces ulricaines, mais il n’était pas rare de voir d’autres provinces former des alliances avec leurs prétendus ennemis lorsqu’elles entrevoyaient la possibilité d’un profit à court terme.

L'ÂGE DES TROIS EMPEREURS : 1547-1979 C.I.

Date C.I.

Evènement

1547

Le Grand Duc de Middenland [Heinrich Siegfried, WDF108 p14] se déclare Empereur de plein droit et inaugure ainsi l'Âge des Trois Empereurs.

1550-1978

L'Empire se désintègre graduellement. Le nombre de Nécromanciens et de Démonistes s'accroît ainsi que les cultes secrets du Chaos.

1550

Fin des croisades (impériales) contre l'Arabie [WDF60p51]

La guerre éclate entre le Middenheim et Talabheim. Le Middenland devient une province séparée. Marienburg est prise par l’armée bretonnienne sous le commandement du duc de L’Anguille. La ville subit une occupation de cinq ans, qui se termine lorsque le grand-duc du Middenland se présente devant la ville à la tête de son armée. [HdS p21]

1681

La Nuit des Morts sans repos. Nagash revient à la vie 1666 ans après avoir été tué par Sigmar. Pendant cette longue et terrible nuit, tous les morts du Vieux Monde s'éveillent et détruisent tout sur leur passage. Des villages sont rasés avant que le jour ne se lève. [LA MV p31]

1707

Gorbad Griffe de Fer envahit l'Empire en passant par le Col du Feu Noir. Nuln est mise à sac et le Moot dévasté. Le Solland est envahie et Eldred, comte de Solland, est tué. Après cet épisode, le Solland disparaît en tant que territoire indépendant. Les orques s’emparent du Croc Runique du Solland. Gorbad progresse vers le nord le long du cours supérieur du Reik. Il remporte la victoire contre une importante armée impériale menée par le comte du Wissenland, à la bataille de Grunberg, un peu au sud d’Altdorf, mais Gorbad lui-même est blessé au cours de cette bataille. Altdorf est assiégée. Au cours du siège, l’Empereur Sigismund, dernier empereur élu de cette époque, est tué par des vouivres orques, mais Altdorf tient bon.

1812

Les Middenlanders assiègent Middenheim et sont repoussés grâce à l’aide des nains. Les catacombes sont fermées et scellées pour l’éternité.

1850

Les Norses reprennent leurs pillages dans la mer des Griffes. Marienburg est mise à sac pour la quatrième et dernière fois.

La situation empira encore en 1547 CI, lorsque le grand-duc Heinrich, Comte Électeur du Middenland et ulricain, eut le sentiment qu’il pouvait réunir les votes nécessaires pour se faire élire Empereur et réunifier le pays. D’autres personnes n’étaient pas de cet avis et exprimèrent leur opinion d’une façon extrêmement claire, au moyen de carreaux d’arbalètes pointés sur la poitrine d’Heinrich. Rentrant à Middenheim dans l'état de fureur qu'on imagine, il imprima et fit circuler une série de pamphlets dénonçant le scandale de l'élection et il se déclara lui-même Empereur de plein droit. Il annonça la nouvelle par les décrets appropriés et frappa de nouvelles monnaies. L’Empire était à présent gouverné par trois Empereurs, un élu et deux autoproclamés, et la désintégration s’accéléra.

L’Empereur Heinrich déclara la guerre à Frederik V, "l’Empereur ottilien" qui était basé à Talabheim. Pendant ce temps-là, Frederik faisait la guerre à l’Empereur de Nuln, dont l’histoire n’a pas retenu le nom mais qui semble avoir été l’instrument du grand théogoniste de l’époque. Même les provinces mineures commencèrent à revendiquer leur autonomie: en 1550, l’ouest du Middenland déclara son indépendance par rapport à Middenheim, sous le commandement de la famille von Bildhofen qui reçut le Croc Runique du Drakwald en récompense de son soutien à l’Empereur de Nuln. (On n’a jamais eu d’explications très claires sur les circonstances qui ont permis à cette épée de disparaître des chambres fortes de Middenheim pour réapparaître à Nuln, mais on trouve des références à cet événement dans la mythologie du culte de Ranald, dans laquelle on l’appelle «la Splendide Supercherie»). La Sylvanie obtint son indépendance du Stirland dans les remous qui suivirent la terrible Nuit des Morts sans repos, en 1681. Dans le même temps, les villes de l’Ostermark, aidées par les grands princes d’Ostland, entamèrent une rébellion contre le Talabecland qui se termina par la constitution de la Ligue de l’Ostermark en 1905.

Les invasions venues de l’extérieur jouèrent également leur rôle, avec la destruction du Solland et son annexion par le Wissenland à la suite de l’invasion orque menée par Gorbad Griffe de Fer en 1707. Toutefois, avant d’accepter ce rattachement, les Électeurs exigèrent la séparation de Nuln et du Wissenland. Talabheim connut elle aussi une courte période d’indépendance, lorsque l’Empereur du Talabecland, Horst le Circonspect, refusa d’attaquer une armée d’envahisseurs en 1750 CI, ce qui incita la cité à se révolter pour couronner son propre empereur, Helmut II.

Les "Empereurs" de Middenheim et de Talabheim transmettaient leur autorité à leurs descendants tandis que le Grand Théogone continuait de tenir des "élections" à Nuln.

LES ÂGES SOMBRES : 1979-2303 C.I.

Date C.I.

Evènement

1979

L'Impératrice Margaritha [de Marienburg] est élue. Il n'y aura pas d'autre Impératrice élue pendant 400 ans.

1980-1991

La "Guerre des Sorciers" se répand de Middenheim à Marienburg. Elle se termine par le bannissement ou l’exécution de nombreux démonologistes et nécromants. [MàVlE p20]

1991

Les armes à poudre commencent à se répandre dans les armées impériales [NPA p108]

2000

Des explorateurs du Vieux Monde, partis vers l’ouest, se voient refuser l’accès à Ulthuan par les elfes. [HdS p21]

1999

La cité de Mordheim est détruite par une comète.

2010

Début des guerres des Comtes Vampires avec la dévastation de l’Ostermark par Vlad von Carstein, le premier des tristement célèbres Comtes Vampires de Sylvanie. Des armées de morts-vivants saccagent tout sur leur passage entre le Stirland et la frontière du nord.[HdS p21] Les nains et les impériaux affrontent les morts-vivants [WDF60p53]

2012

L'Ecole des ingénieurs impériaux d'Altdorf est fondée par le prince d'Altdorf Stephan Franz et Léonardo de Miragliano.[WDF 91p46]

2025

Vlad von Carstein est abattu par Kruger, grand maître de l’ordre des chevaliers du Loup Blanc. Von Carstein réapparaît un an plus tard et le corps de Kruger est retrouvé au pied de l’Ulricsberg, saigné à blanc. [HdS p21]

2035

Construction du tank à vapeur Délivrance par Léonardo de Miragliano. Tous les tanks à vapeur sont construits du vivant de ce dernier. [WDF 91p46]

2051

Siège d'Altdorf par Vald von Carstein. Vlad von Carstein est tué pour de bon lors du siège d’Altdorf et Isabella, sa femme, se suicide plutôt que de continuer sa non-vie sans lui. Les Comtes Vampires se querellent et leur armée de morts-vivants se divise en troupes séparées qui s’affrontent. [LA MV V4 p31, HdS p21]

2111

Luitprand II, comte du Middenland, fait pendre tous les citoyens de la ville de Rotebach pour "allégeance chaotique". [HdS p21]

2121

Bataille des Quatre Armées. Konrad von Carstein (apparu en 2094) est finalement vaincu par les armées combinées de l'Empire et des nains à la bataille de la Lande Lugubre [LA MV V4 p31]

2132-2145

Manfred von Carstein, le dernier des Comtes Vampires, lance une attaque surprise contre l’Empire au moment où celui-ci se trouve pris dans les affres d’une terrible guerre civile. Il réussit presque à prendre Altdorf, mais doit finalement battre en retraite vers la Sylvanie, repoussé par une armée composée de troupes impériales, de nains et de hauts elfes. Déterminées à en finir une bonne fois pour toutes avec la menace des Comtes Vampires, les différentes factions de l’Empire s’unissent et, aux côtés de leurs alliés nains et elfes, passent au peigne fin les forêts de Sylvanie. En 2145, Manfred est finalement acculé à la bataille de Hel Fenn et vaincu. Son armée de morts-vivants est anéantie. [LA MV V4 p31, HdS p21]

L'Age des Trois Empereurs s'étala, avec très peu de changements, sur plus de 400 ans. Mais les années de guerre avaient prélevé leur tribut et la corruption du Chaos était à l'oeuvre. Progressivement, les provinces en guerre commencèrent à se fragmenter et ceux qui s'étaient donné le titre d'Empereur se trouvaient monopolisés par divers problèmes et par des soulèvements au sein même de leurs propres frontières. Il y eut soudain une forte augmentation du nombre des Démonistes et des Nécromanciens. Des oratoires secrets se vouaient aux Dieux du Chaos; ils étaient bâtis dans des cavernes cachées et dans les profondeurs des forêts de l'Empire. Nombreux étaient les morts qui ne goûtaient pas un repos mérité.

En 1979, après l'élection de l'Impératrice Margaritha [de Marienburg], dont personne ne reconnut son autorité en dehors du Wissenland, du Stirland et de l’Averland, le Grand Théogone lui-même décida d'abandonner le simulacre d'élection et plus aucune ne fut tenue jusqu'au printemps de 2303.

La désintégration de l'Empire se poursuivait pas à pas. Vers l'année 2000, on ne pouvait plus considérer son existence en tant qu'unité cohérente et ce n'était plus qu’un vague souvenir dans la mémoire du peuple. Il n'y avait plus d'empereur reconnu, les Gobelins se multipliaient dans les forêts et les Orques entreprenaient des raids de plus en plus nombreux sur les frontières extérieures. On pouvait alors penser que ce n'était plus qu'une question de temps avant que les forces du Chaos revendiquent cette partie du Vieux Monde au nom de leurs maîtres.

"LA GRANDE GUERRE CONTRE LE CHAOS" ET LA RENAISSANCE DE L'EMPIRE : 2302 - nos jours [Synthèse LCI et HdS p17]

Date C.I.

Evènement

2302

Une nouvelle Incursion du Chaos assaille le Vieux Monde. Magnus le Pieux apparaît à Nuln et lance, avec succès, un appel à l'unité contre la menace du Chaos

2303

L'Incursion du Chaos se heurte à l'alliance de Kislev et de l'Empire menée par Magnus. Le Chaos se retire.

2304

Magnus est élu Empereur. L'ancienne gloire de L'Empire est restaurée.

2369

A la mort de Magnus, le titre Impérial passe, non pas à son frère Gunthar, mais au Comte Léopold de Stirland.

2429

Les Bourgmestres de Marienbourg déclarent l'indépendance de leur cité et des territoires des Wastelands. L'Empereur Dieter IV est destitué en faveur du Prince Wilhelm d'Altdorf.

2502

Arrière-arrière-petit-fils de Wilhelm, Karl-Frantz 1er est élu et accède au Trône Impérial

L’aube du XXIV siècle vit poindre une grave menace venue du nord. En effet, en 2302, les antiques portails du Chaos entrèrent dans une nouvelle phase d'hyper-activité et les frontières externes des domaines du Chaos s'étendirent une fois de plus, déferlant sur la Norsca et les Steppes Septentrionales. D'effroyables mutations commencèrent à apparaître, indifféremment parmi les Nains et les Humains, pendant que la rumeur faisait état d'Hommes-bêtes rôdant dans les forêts et de Guerriers du Chaos marchant droit sur l'Empire. Il semblait que les jours de ce dernier étaient comptés.

Les Seigneurs du Chaos avaient prospéré grâce aux sacrifices de leurs fidèles et aux excès des années précédentes. La main des Puissances de la Ruine recommença à étendre son ombre sur le monde. On vit des aurores boréales se manifester jusqu’à Nuln, dans les temples les augures parlaient d’une époque de grands périls et les éclaireurs kislevites rapportèrent qu’une immense armée d’abominations se rassemblait au-delà de la taïga. L’Incursion du Chaos était sur le point de commencer.

L’Empereur Magnus

En 2302, les armées du Chaos traversèrent la Lynsk pour entrer au Kislev, assiégèrent Erengrad et Praag et marchèrent sur la cité de Kislev. Une flotte de vaisseaux du Chaos se mit à sillonner la mer des Griffes, ravageant ses côtes et coulant tous les navires qu’elle rencontrait. Le tsar envoya des messages à chacun des Comtes Électeurs, les suppliant de venir à son secours, mais leurs réactions furentconfuses, frisant la panique. Ils ne purent se mettre d’accord sur le choix d’un chef car aucun n’avait suffisamment confiance en les autres pour se soumettre à l’autorité d’un dirigeant unique: les grands prêtres de Sigmar et d’Ulric se chicanèrent pour savoir qui devrait prendre le commandement suprême, tandis que de nombreux aristocrates refusèrent leur aide de peur que leurs voisins n’attaquent leurs terres en leur absence. Certains mêmes, pensant la cause perdue, commencèrent ouvertement à vénérer les Dieux Sombres dans l’espoir d’être épargnés après la défaite de l’Empire.

Cependant, l’un d’eux n’avait pas abandonné. Magnus von Bildhofen de Nuln, un jeune noble et prêtre de Sigmar, croyait toujours au rêve d’un Empire unifié suffisamment fort pour défaire les armées du Chaos. Il lança un appel vibrant à toute la population, hommes et femmes, afin qu'ils se joignent à son armée. Traversant le Talabecland , où les répurgateurs n'avaient en rien réduit leurs activités, il envoya des cavaliers porteurs de messages de bonnes intentions à tous les seigneurs régnant sur les provinces; il exhortait tous les "véritables fils et filles de Sigmar" à s'unir. "Nous devons prendre les armes comme un peuple uni. Laissons les hordes du Chaos nous déborder et les ténèbres ultimes envahiront le monde" clamait-il.

Magnus arpenta tout le sud et l’ouest de l’Empire et rassembla une armée de guerriers qui avaient les mêmes convictions que lui pour se porter au secours du Kislev. Aussi surprenant que cela puisse être, le peuple répondit à son appel et, rassemblé comme une grande nation unie, L'Empire entra en guerre contre le Chaos. En 2302, il arriva à Middenheim, où l’Ar-Ulric l’accusa publiquement d’imposture, mais il se produisit un miracle par lequel Ulric lui donna sa bénédiction et Middenheim se rangea aussi à ses côtés. En 2303, la nouvelle de la chute de Praag se répandit dans le sud jusqu’à Talabheim. La guerre avait atteint son point critique.

À la tête de son armée, maintenant importante, Magnus fit alliance avec le Tsar [Alexis] des Kislevites et entra au Kislev où il commença par briser le siège de la cité de Kislev. Il se porta à la rencontre de l’ennemi et l’aborda de front lors de la bataille du bois de Grovod. Le combat fit rage pendant trois jours, jusqu’à ce que les forces du Chaos perdent pied et prennent la fuite. Se rendant compte qu’ils avaient frôlé le désastre et voyant la popularité de Magnus auprès des populations, les grands de l’Empire réalisèrent à quel point le royaume avait besoin d’un Empereur et de préférence d’un homme fort. Lorsqu’il arriva à Wolfenburg en 2304, le Conseil Électoral se réunit et désigna officiellement Magnus de Nuln comme Empereur.

La guerre finie, Magnus fut finalement couronné à Nuln, avec la bénédiction du Grand Théogone, Prêtre Supérieur du Culte de Sigmar. Ce Théocrate, dès lors, ne vit plus ses pouvoirs surpassés que par l'Empereur lui-même.

L’âge d’or

Magnus régna pendant soixante-cinq ans et de nombreuses personnes considèrent son règne comme la période la plus heureuse qu’ait traversée l’Empire depuis le règne de Sigmar lui-même. La paix régna dans tout le royaume et la réunification favorisa les affaires et la prospérité, grâce aux relations commerciales à nouveau florissantes. Magnus prit des mesures destinées à améliorer les défenses de l’Empire, en levant l’interdiction qui pesait sur la sorcellerie et en créant même les collèges de magie sous la tutelle du sorcier haut elfe Téclis, venu au secours de l’Empire pendant la guerre. Une nouvelle ère de vitalité intellectuelle et de recherches venait de débuter.

Il comprit également à quel point l’équilibre des forces s’était modifié entre les cités et les provinces et accorda le statut de cité-état à la ville de Nuln, tout en ratifiant la réunification du Middenland et de Middenheim sous la bannière des Todbringer, grafs de Middenheim. Ses cousins éloignés, les von Bildhofen du Middenland, avaient été tués pendant la guerre, mais Magnus n’avait aucun désir de revendiquer cette province pour lui-même et il priva son frère de ses droits à le faire. Le vote électoral qui s’y attachait fut mis en suspens. Il officialisa également la réunification de Talabheim et du Talabecland, qui était effective depuis des siècles pour des raisons pratiques.

Magnus mourut dans son sommeil en 2369. En l’honneur de ses grandes entreprises et de sa dévotion à l’Empire et à Sigmar, un conclave d’Électeurs lui attribua le nom de «Magnus le Pieux» et proclama que son jour anniversaire serait dorénavant une journée d’actions de grâce dans tout l’Empire.

Un intermède

Toutefois, l’Empire ne pouvait éternellement échapper à ses propres tendances séditieuses. Magnus était célibataire et les Électeurs rejetèrent la candidature à la succession de Gunther, le frère de Magnus. En effet, ce dernier, adorateur d'Ulric, avait commis l'erreur de s'opposer au Grand Théogone. A ce moment, le culte de Sigmar comptait trois électeurs dans ses rangs (à Nuln, Talabheim et Altdorf) et, en conséquence, ce fut le Comte Léopold Unfähiger [von Krieglitz] de Stirland qui fut élu à sa place. Comme cela s’était déjà produit dans le processus électoral, la nécessité de négocier et de marchander conduisit les candidats victorieux à céder des pouvoirs et des privilèges aux Électeurs, ce qui entraîna un nouvel affaiblissement de la fonction impériale. Gunthar fut contraint de s'installer à Middenheim où ses descendants demeurent toujours.

Ce problème conduisit les empereurs de la lignée Unfähiger [von Krieglitz] à rechercher de nouvelles sources de revenus pour conserver une influence sur les autres Électeurs. Cependant, l’Empereur Dieter IV poussa les choses trop loin lorsque, à ce que l’on dit, il accepta d’énormes dessous-de-table de la part des burgmeisters de Marienburg afin d’entériner l’indépendance de leur cité. Le fait qu’une province puisse faire sécession avec la connivence de l’Empereur fit un tel scandale que les Électeurs se réunirent en conseil d’urgence, à la Volkshalle d’Altdorf. Là, en 2429, ils déposèrent Dieter et le remplacèrent par le grand prince Wilhelm de Reikland, Prince d'Altdorf, ancêtre de l’Empereur actuel. Afin d’éviter une guerre civile après la défaite de l’armée impériale devant Marienburg, le nouvel Empereur Wilhelm III [II ?] reconnut l’indépendance du Pays Perdu [Wasteland].

La sanction fut amoindrie pour Dieter qui vit sa famille déchue de son droit de vote et envoyée, disgraciée, à Talabheim. Il restait là quelques adorateurs réactionnaires de Ulric qui voyaient encore le culte de Sigmar comme un acte hérétique et ne furent que trop heureux d'épouser la cause de Dieter. Avec le temps, la famille de Dieter [Unfähiger/von Krieglitz] parvint à retrouver une partie de son pouvoir en se faisant octroyer le titre de Grand Duc et Comte Électeur de Talabecland, dont il sépara la ville de Talabheim qui reçut un statut similaire à celui de Nuln. Peut-être n’étaient-ils motivés que par la peur de ce que leurs divergences avaient failli leur coûter au moment de l’Incursion du Chaos, mais les Électeurs impériaux, leurs vassaux et les prêtres des cultes s’efforcèrent tous d’empêcher un conflit ouvert de se développer. Toutefois, les manœuvres clandestines et les conspirations ne cessèrent pas pour autant.

Pendant ce temps, le nouvel Empereur, Wilhelm Holswig-Schliestein, n'ayant aucun désir de s'installer à Nuln, décida de ramener la Capitale Impériale à Altdorf où elle est encore fixée aujourd'hui. Durant le règne de Wilhelm [ou Guillaume dans WJRF1], baptisé ultérieurement "Le Sage", l'Empire accomplit de nombreux progrès technologiques et les arts de la guerre en profitèrent largement. Le commerce fut également développé et le nouveau réseau de routes facilitait énormément les communications. Des relations étroites furent entretenues avec Kislev et une ambassade fut déléguée en Bretonnie.

LE RÈGNE DE KARL FRANZ Ier
Voir la page dédiée