LES ELFES NOIRS

Synthèse FoF, WFB2, Hordes Sauvages, WFB3, WA, RoC, WFRP, WD 106
Sources

Bien qu'ils étaient de puissants magiciens, les elfes n'étaient que des enfants comparés à leurs maîtres, les slanns. Beaucoup d'entre eux ne comprenaient pas les puissances qu'ils manipulaient, se tournant vers les dieux sombres et la promesse du pouvoir sans effort. Certains hauts elfes, principalement les Malteeras ou Peuple des Terres du Nord, rejetèrent leurs anciens dieux et se laissèrent séduire par la sorcellerie mauvaise et le Chaos, se tournant vers Slaanesh, le Seigneur du Plaisir. Ils perdirent toute la beauté et la sagesse de leur race, devenant aigris et torturés. Pendant de nombreuses années, ces elfes furent tolérés dans la société elfe. Au fil des ans, cependant, leurs excès devinrent de pire en pire et la majorité des elfes, de plus en plus mal à l'aise, se montrèrent très résistants à l'attrait du Chaos

Après de nombreuses années de terreur, durant lesquelles la tour de Lothern résonna des cris de torture, de sacrifices et des incantations, les elfes des mers et les hauts elfes tentèrent d'arrêter ces cultes sinistres qui voulaient le pouvoir, la guerre civile éclata.

C'était il y a plus de cinq millénaires, avant même la guerre des elfes et des nains et alors que l'humanité était encore bien loin de constituer une espèce civilisée. Ulthuan fut alors plongé dans une sanglante guerre civile, ses colonies temporairement isolées et tous ses efforts tournés vers ce conflit.

Cette guerre dura des siècles et est appelée chez les elfes La Déchirure [Kin Strife, en VO]. Ce fut une époque d'anarchie, de terreur, de mort et de massacres.

Les Royaumes Elfiques triomphèrent finalement des Malteeras et de leurs alliés chaotiques durant la bataille navale des Haut-fonds de Deloth. Vaincus et presque décimés, les Malteeras survivants fuirent vers les côtes nord-est du Nouveau Monde et s'installèrent dans un pays appelé Naggaroth, la Terre du Grand Froid, où ils prirent le nom de Druchii, ou elfes noirs. Ils y établirent leur propre royaume dans les montagnes froides et les forêts sombres de pins qui bordent les étendus chaotiques. 

Depuis leur exil, les elfes noirs vouent une haine incontrôlable envers toutes les créatures vivantes et spécialement les autres elfes. Ils sont jaloux des humains, détestent les orques et les gobelins et n'éprouvent que répulsion pour les nains. Ils sont familiarisés avec la magie, surtout la magie nécromantique et mauvaise.

Des expéditions d'elfes noirs traversent les mers, notamment lors des Incursions du Chaos, vers les Royaumes Elfiques ou vers le Vieux Monde à la recherche de butin ou simplement pour venir semer la destruction. Leurs navires noirs sillonent les océans glacés, brisant les vagues des mers du nord. Ils harcelent des navires et attaquent les villes côtières pour aider les forces du Mal et du Chaos en échange de massacres. Leurs relations avec les autres elfes du Nouveau Monde sont pour le moins mauvaises et ces deux peuples s'affrontent régulièrement.

Les elfes de Naggaroth ont toujours le sang de marin de leurs ancètres et sont aussi d'excellents forestiers et mineurs. Ils ont un bon sens de l'orientation et une vision nocturne. Ils peuvent donc se déplacer normalement la nuit ou en sous-sol.

Les elfes noirs parlent aussi un langage appelé l'Elfique noir, un mélange de Tar-Eltharin et de Langue noire. Ils utilisent la Langue noire pure pour leurs rituels et leur magie.

Physique : comme les autres elfes. Les elfes noirs ont cependant la peau plus pâle que les autres elfes et leurs yeux peuvent être rouges car ils ont tendance à ne pas voir la lumière du jour.

Alignement : Chaotique ou mauvais.

Traits psychologiques : Les elfes noirs haïssent les autres elfes. Les furies sont sujettes à la frénésie.

Règles spéciales :

- Les elfes noirs ont un vision nocturne jusqu'à 30 mètres.
- Les elfes noirs inspirent la peur aux unités de gobelins lorsque ces derniers ne sont pas au moins à deux contre un.
- Les elfes noirs peuvent avoir jusqu'à D6-3 attributs du Chaos quoique beaucoup soient mineurs et n'affectent pas leurs capacités [De manière générale, on ne représente que peu de mutations sur les elfes noirs malgré leurs affiliations parfois chaotiques. Cependant, des peintres leur font parfois la peau bleue en référence aux Drows de D&D.]

Profil WFB3 : 

PROFIL

M
CC
CT
F
E
PV
I
A
Cd
Int
Cl
FM

Elfe noir

4"
4
4
3
3
1
5
1
8
9
9
8
La guerre civile

Selon qu'on lise WFB3 ou le WD106, la guerre civile elfe dure deux (de 3250 à 3450 selon le calendrier elfe donné dans WFB3) ou sept siècles. Le livre d'armée des hauts elfes de WFB4 transige avec environ cinq siècles : de -2750 à -2219 C.I.  Notez qu'il n'existe pas de mention de Malekith avant WFB4.

De la puissance des elfes noirs

On a du mal à évaluer la puissance des elfes noirs dans le monde Connu. Le WD106 (p.29) dit que "leur royaume grandit lentement mais inexorablement, comme une tumeur, jusqu'à sa puissance d'autrefois". Toutefois, si l'on regarde leur activité guerrière dans la chronologie, elle est très faible et ils ont de plus en plus de supplétifs :

  • -2630 à -2219 CI: Première invasion
  • -1499 -986 CI : Seconde invasion
  • 1125 à 1501 CI : Troisième invasion (à partir de 753 CI, les elfes noirs se font aider d'esclaves combattants)
  • 1783 CI : Attaque infructueuse sur Arnheim
  • 2301 à 2303 CI : Incursion du Chaos. Les elfes noirs envahissent Ulthuan avec l'aide de nombreux alliés du Chaos.
  • 2413 : Les Larmes d'Isha. A l'aide d'un transfuge, les elfes noirs attaquent les Terres des Ténèbres. Nouvel échec.
  • Durant le règne de Karl Franz Ier, les elfes noirs perdent une Arche Noire au large de la Norsca contre des impériaux [WDF 9 p.30]. Ils interviennent aussi brièvement dans la Drakwald en 2514 CI en se faisant passer pour les hauts elfes. [LA EN V8 p.31]

Quatre attaques majeures en 5000 ans, ça fait pas lourd. Ils doivent même la dernière à de "nombreux" alliés. L'Ile Blafarde, au nord d'Ulthuan, leur échappe également constamment.

Leurs aventures en Lustrie se sont soldés par des échecs :

  • En 315 CI, les elfes noirs volent un artefact magique, la stèle étoilée aux slanns. Ils sont poursuivis jusqu'aux portes de Naggaroth et vaincus par les hommes-lézards du seigneur Tepec-Inzi d'Itza. [WDF134 p. 30]
  • En 2349 CI, une attaque elfe noir sur la Citadelle du Crépuscule se solde par un échec. Les hauts elfes sont soutenus par des hommes-lézards. [LA HL V7 p. 25]
  • En 2522 CI, une expédition ordonnée par la matriarche suprême Morathi est détruite dans une embuscade dans la cité-temple de Xhotl (cf. Le tribut du serpent du supplément Lustrie)

Enfin, il y a moins d'un siècle, Eltharion réussit un raid contre Naggarond (la capitale et regardez sa position géographique!). Il y a blessé Malelith. Dans une nouvelle du WDF107 (pp. 18-23), Eltharion -à présent aveugle et expert à l'épée blanche d'Hoeth - remet ça et débarque en Nagarythe avec Alith Anar, le Roi Fantôme. Il y affronte une armée du Roi Sorcier qu'il défait mais il est blessé par l'assassin Lamenoire.

Le Roi Sorcier a beau "ruminer sa vengeance" et, en dehors des quelques succès qu'il a rencontré sur Albion et à Arnheim (en 2522), c'est à présent les hauts elfes qui ont l'initiative. En dehors de raids côtiers surprises qu'ils continuent à pratiquer (eux et leurs esclaves), ils paraissent désormais incapables de gagner une guerre. Les esclaves des elfes noirs doivent venir principalement d'Orient car il n'y a pas de trace de raids massifs de cette race dans le Vieux Monde. De plus, en partant vers l'ouest, via la Mer Souterraine, ils ne risquent pas de se faire intercepter par les flottes d'Ulthuan.

En 2524 CI, Naggaroth est détruite par l'Incursion du Chaos "la Fin des Temps".

LES ADEPTES DE KHAINE : LES FURIES ET LES ASSASSINS

Les femelles elfes noirs sont aussi féroces et encore plus sanguinaires que les mâles mais de toutes les elfes noirs, les plus craintes sont les furies. Ces guerrières sanguinaires ayant juré de trouver la mort à la bataille pour la gloire de leur dieu ténébreux Khaine. Même si ce culte est assez marginal, elles sont considérées avec un grand respect par le reste de la société des elfes noirs.

Cliniquement parlant, les furies sont complètement folles : des années de pratiques des rites du Chaos n'ont laissé dans leurs esprits que les instincts les plus bas. Leurs seuls motivations sont la luxure, le meurtre et l'avidité. Les sacrifices d'enfants, le culte du sang et la consommation d'hallucinogènes sont, pour elles, des actions quotidiennes. Au combat, les furies sont sujettes à la frénésie et semblent possédées par des forces inhumaines. Elles poussent des cris parmi le carnage de la bataille, agitent leurs longs cheveux en bataille et se couvrent du sang de leurs ennemis. Après la bataille, elles dirigent les orgies dépravées et les rituels déments qui célébrent toutes les victoires des elfes noirs. Elles se baignent alors dans des chaudrons plein du sang des sacrifices à Khaine, le Dieu du Meurtre, et se nourrissent des restes des morts.

Les assassins elfes noirs sont aussi des adeptes du dieu du meurtre. Ils sont les enfants mâles des furies. Lorsque l'une d'elle a un enfant, celui-ci est jeté dans un chaudron de sang. Ou l'enfant réussit à nager, ou il se noit, selon la volonté du dieu. Les enfants qui survivent à cette épreuve sont dignes d'étudier les secrets de Khaine et deviennent des adeptes de cette divinité. Ils deviennent maîtres du déguisement et experts dans tous les moyens de donner la mort. Ce sont les plus redoutés de tous les elfes noirs.

LES ELFES NOIRS ET LE CHAOS [Tome de la corruption p. 172]

Les premières éditions de WFB associent les elfes noirs à des divinités mauvaises génériques. Mais dès WFB3, il devient officiel que c'est Slaanesh le dieu le plus populaire chez les elfes noirs.

Les elfes noirs ne sont pas des créatures du Chaos. Ils ne sont nullement affiliés aux Dieux Sombres et n’ont jamais été réduits en esclavage par les Puissances de la Déchéance. Ce sont des elfes corrompus, mais leur corruption est issue d’un esprit malformé, d’un mal secret qui est une abomination pour la nature et l’essence des hauts elfes. Toutefois, bien que les elfes noirs ne soient pas eux-mêmes des disciples du Chaos, ils n’hésitent pas à s’abaisser à pactiser avec les démons et les serviteurs des Dieux Sombres pour servir leurs propres desseins.

La question de Khaine

Khaine est l’incarnation de la violence, de la cruauté, du sang et du meurtre. Ayant depuis longtemps abandonné tous les autres dieux des elfes, les elfes noirs ont bâti leur société autour de la célébration de sa nature meurtrière. Mais Khaine n’est pas le monopole de ces sanguinaires elfes. Non, il est présent même au sein de l’humanité. Les Impériaux l’associent à Morr, citant des mythes qui en font deux frères, chacun se battant pour contrôler le domaine de la mort. Le Seigneur du Meurtre est vénéré par les tueurs, les voleurs et même certains soldats.

Pour ceux qui sont familiarisés avec Khorne, il existe trop de similitudes pour nier l’association entre le Dieu du Sang et le Seigneur du Meurtre. Ceux qui défendent Khaine affirment que Khorne se limite aux champs de bataille et aux guerres ouvertes. Khorne est une Puissance de la Corruption, un être du Chaos plutôt qu’un des nombreux dieux mesquins de l’humanité. Mais l’effet qu’a le Faiseur de Veuves sur les elfes, sans parler des pratiques profanes des serviteurs les plus zélés de Khaine, les furies, indique clairement qu’il existe un lien.

Pour les elfes noirs, il y a bien une distinction. Ils n’avouent nullement, même pas à eux-mêmes, qu’ils servent le Dieu du Sang. Ils soutiennent que Khaine n’est pas différent, en matière d’envergure et de pouvoirs, des divinités qu’on vénère dans le Vieux Monde. Ils croient que la distinction entre Khorne et Khaine est une question de nuance. Alors que Khaine représente la violence contrôlée des rituels et des pratiques religieuses, Khorne est la bestialité débridée des chiens enragés, à savoir les Norses et autres déments des Désolations du Chaos. Et tout comme l’Empire prend des mesures pour éliminer les adorateurs de Khorne, les elfes noirs eux aussi éteignent l’étincelle de vie de ceux qui adorent le Dieu du Sang.

Les principaux serviteurs de Khaine sont les furies, qu’on appelle aussi fiancées de Khaine. En tant que vierges, ses servantes lui sont mariées lors de cérémonies nocturnes impliquant des sacrifices sanglants et des actes d’avilissement cruels. Quand les flammes du temple montent bien haut et que la nuit est noire et froide, Khaine prend ses nouvelles fiancées, et le sang coule à flots sur les marches de l’autel.

Le culte du plaisir

Depuis les premières guerres contre le Chaos, c’est toujours Slaanesh qui a le mieux réussi à infiltrer les rangs des elfes, offrant un grand pouvoir à ceux qui étaient assez résolus pour s’en emparer. Malgré les efforts des elfes noirs pour l’éradiquer, l’influence de Slaanesh a perduré jusqu’à ce jour. Il faut chercher les raisons de la force du culte, malgré les persécutions des furies, chez Morathi, la mère du Roi Sorcier. Tandis qu’elle assurait à son fils une place à la tête des elfes noirs, elle conclut des pactes malsains avec le Serpent pour se perfectionner dans les arts noirs.

Les efforts récents suscités par la guerre constante contre Ulthuan ont précipité la plongée de Morathi dans la perversion. Elle croit que d’antiques artefacts sont cachés en Lustrie, et que pour écraser les hauts elfes une bonne fois pour toutes, elle doit les retrouver. Morathi rassembla donc un cercle de sorcières pour une mission dans les Désolations du Chaos. Chevauchant des pégases noirs, elles traversèrent le pays dans les cieux pour renouer leurs liens avec Slaanesh et prendre le contrôle des tribus chaotiques des Hungs.

Quand elles arrivèrent, elles trouvèrent les Hungs qui attendaient les armes à la main, peu désireux d’affronter ces femmes splendides à cause de la puissance qu’elles dégageaient. Même les seigneurs de guerre, que leur conseil envoya pour faire face aux intruses, furent arrêtés par les cris de leurs propres sorciers. Ces derniers savaient que Morathi avait la faveur du Prince du Plaisir, Slaanesh, qu’ils connaissent sous le nom de Shaarnor. Morathi, après un spectaculaire rituel orgiaque, invoqua soixante groupes de six démonettes et les envoya éradiquer les rivaux des Hungs, les Kurgans. Les monstres voyagèrent rapidement et mirent les Kurgans en pièces, les forçant à s’enfuir vers l’ouest, et les Hungs prêtèrent serment d’allégeance à la sorcière, mettant un terme à leurs pillages sur les terres des elfes noirs.

Morathi retourna à Naggaroth à la tête de sa nouvelle armée, bien décidée à la guider dans les jungles fétides de Lustrie en quête des trésors des Anciens. Elle expliqua son plan au Roi Sorcier, affirmant qu’elle allait retrouver des merveilles et des armes susceptibles d’être utilisées contre les hauts elfes. On ne sait pas encore si elle a réussi ou échoué dans son entreprise, et les implications de l’expansion du Chaos restent à voir.

Le fluff d'avant les RoC ne différencie pas bien Khaine et Khorne. Par exemple, on peut lire dans le WD106 et ci-dessous : "Khaine est un aspect du dieu du sang reconnu par les Druchii et le dieu du Sang, appelé Khorne par les autres races, est l'ennemi juré de Slaanesh". On lit aussi à plusieurs reprises que les furies et les assassins adorent Khorne. Il convient évidement de rectifier.

Le WD106 présente l'historique du culte des furies elfes noires et son lien avec la politique aggressive de Naggaroth (liens vers l'original : page 1, 2, 3, 4 et 5). Notez que c'est le seul endroit où l'on parle des "Pélerins noirs", fondateurs de Naggaroth puis renversés par le culte de Khaine avant la Tempête du Chaos (p81).

"De mes propres yeux, j'ai vu les immondes spires de Naggarond. J'ai marché dans ses rues. J'ai vécu dans sa folie."

"J'entrepris le voyage jusqu'à Naggaroth seul, sur ordre de Ghabhralla, Duc de Rrinnhasha. Des histoires inquiétantes étaient parvenus jusqu'à ses oreilles, des histoires de voiles noires apparues sur les côtes de Rrinnhasha et s'enfuyant avant toute confrontation, des orages impies de cendres noires à l'horizon et, plus inquiétant encore, des rapports de colons du continent attaqués par les plus terribles des elfes noirs, les Furies Tulluch, Damnées de Khaine, qu'on avait cru depuis longtemps disparues. Si ces histoires sont vraies, Rrinnhasha, et également tous les Royaumes Elfiques, sont en danger.
J'ai mis les cicatrices de malheurs passés à bon usage. J'ai choisi de voyager comme un Gharbbin, le terme Druchii pour un lépreux (il y a des années, j'ai perdu l'extrémité de mon bras gauche à une maladie gangréneuse dans les jungles fétides de Lustrie; la même maladie a dévoré la plupart de ma jambe droite et laissé d'horribles cicatrices sur mon visage et mon cou). Bien que tolérés, les Gharbbin sont méprisés par les Druchii; j'espérai que ma prétendue maladie les empêcheraient de m'inspecter de trop près." [...]

LA CROISADE NOIRE

"J'atterris sur la côte déserté de Diomb Muir. La côte était prise dans un brouillard glacial qui me pénétrait jusqu'aux os et rendait le sol boueux. Plus loin, l'air était bien meilleur, mais la terre était toujours affligée de tempêtes noires et de vents glacials. Bien qu'à deux semaines de Mont Naggaroth, je pouvais déjà voir ses pics sinistres dominant les montagnes de l'ouest. 
Durant les jours qui suivirent, il grandit jusqu'à masquer le ciel, semblant surgir comme une gigantesque bête de guerre des dieux anciens. Naggaroth est haute de presque une lieu, la cité de Naggarond s'accrochant sur son flanc inférieur sculpté par le vent.
Malgré le risque d'être découvert, je ne voyageai que de jour et restai caché, tremblant de froid, dans la nuit de l'hiver, car moi-même je craignais de voyager une fois que le soleil fuit la région.
Bien que le temps semblait ne plus s'écouler, gelé dans l'ombre glaciale de la montagne, j'arrivai finalement à la bordure de la terrible cité de Naggarond.

Rhudd Cynhaeaf

Bien qu'au courant de l'activité de plus en plus grande dans les mers à l'ouest et au nord, le Conseil des Anciens mit du temps à réagir. Pendant plus de cinq mille ans, rien n'arriva de Diomb Muir. Naggaroth, malveillant mais silencieux, était un sujet qu'ils choisissaient d'ignorer, espérant que la paix continuerait. Les Druchii s'étaient apparemment tourné vers la vengeance et la conquête, absorbés par les sombres rites de Slaanesh. Le Conseil apprendrait trop tard que les Dru Perim, ou Pèlerins Noirs, qui ont fondé et dirigés Naggaroth avaient été renversés. Les Dru Perim, craignant la puissance du Conseil des Anciens, étaient heureux de laisser les hauts elfes en paix. Mais Naggaroth est maintenant dirigé par Rhudd Cynhaeaf, la Grande Prêtresse millénaire des Kryrnaa Khanas, les Damnées de Khaine, les terribles Furies.
Les Kryrnaa sont un ancien ordre, fondé durant les premiers jours de la construction de Naggarond. Ils se détournèrent de la vénération de Slaanesh peu après leur exil des Royaumes Elfiques et, toujours attirés par le Chaos, prirent le meurtrier Khaine comme leur nouveau maître. Pendant des siècles, les Kryrnaa étaient un ordre secret, leurs noms uniquement entendus dans les murmures des passages sombres, mais leur nombre grandit lentement. Et quand les forces des Kryrnaa augmentèrent, il y eut un conflit inévitable avec les Dru Perim. Car Khaine est un aspect du Dieu du Sang reconnu par les Druchii, et le Dieu du Sang, appelé Khorne par les autres races, est l'ennemi juré de Slaanesh.
Ce qui commença une longue lutte entre les deux factions, les intrigues subtiles et meurtres silencieux laissant parfois place aux guerres sanglantes. Lentement, les Druchii gagnèrent, prenant le pouvoir aux Dru Perim. Et maintenant, après cinq millénaires de complots et de longs couteaux, avec la destruction des Pèlerins Noirs, la puissance des Kryrnaa Khanas est incontestée. Cynhaeaf prit le titre de Prêtresse-Reine et de véritable Fille de Khaine. Peu oseraient la contredire lorsqu'elle prêche la Guerre Sainte, une Croisade de Sang contre les Royaumes Elfiques.

"Je n'osai pas m'approcher des portes, de peur de me faire découvrir, et choisi d'escalader les murs. J'appris plus tard que dans leur arrogance, les Druchii n'avaient pas fait garder les portes. J'aurai préféré le savoir avant de grimper. Les murs sont sont de lave entortillée , une maçonnerie baroque infestée de moisissures, de buissons épais et de plantes grimpantes.
Grimpant un épais tapis de buissons épineux juste en dessous d'un parapet, il y eu soudainement un mouvement furtif à proximité. En un instant, une chose écailleuse à l'allure de serpent surgit du mur, balança une tête reptilienne vers moi, et planta ses crocs dans mon bras. Puis elle disparu. Me débattant pour contrôler la douleur, le poison se répandant déjà dans mes veines, je fis un garrot et nettoyai la blessure aussi bien que je le pus. Je réussi à atteindre le parapet. "

Les Paroles de Cynaeaf

Le message de Cynhaeaf était simple : après des années de reconstruction, les elfes noirs mèneraient une Croisade de Sang contre les hauts elfes au nom de Khaine. Les Prêtresses répandirent la nouvelle à la foule enthousiaste. De plus en plus frénétique, une armée se rassembla à Diomb Muir, dans les cités portuaires de Cladh Karrond et Ghaba Ghanaf. Les anciens différents sont mis de côté, les vendettas sont oubliées pour le moment. Les cités s'emplissent de Croisés; les rues résonnent de chansons sanglantes.

" Je ne restai heureusement pas longtemps à Naggarond. Je frayai mon chemin à travers les rues parmi un silence total, ou un rire dément constant. La nuit, les cris de douleur, les battements de tambours et les hurlements perçants n'étaient jamais loins.
Dans les marchés aux puces, les caves et les palais abandonnés occupés par les plus pauvres de Naggarond, on me parla de Rhudd Cynhaeaf et de sa Guerre de Sang. Une grande armée s'assemblait, prête à naviguer vers les Royaumes Elfiques. La cité était prise d'une fièvre : frénétiques d'excitation à l'idée de meurtre et de génocide. Personne ne savait encore quand l'armée partirait, et personne ne semblait s'en soucier, ni qui serait sa cible. Je réalisai que je devais me rapprocher de Cynhaeaf. "

La Chute de Rrinnhasha

"Entrer dans le palais de Rhudd Cynhaeaf fut étonnamment simple. Les étages inférieurs de cette ancienne forteresse sont le domaine du difforme et du dément, et les plus difformes sont dans les quartiers de Rhudd lui-même, dans quel but je n'ose pas découvrir.
J'ai découvert de nombreux endroits pour espionner les Prêtresses de Kryrnaa. Après une semaine dans ce palais infect, toutes leurs discussions tournaient autour des nouvelles : la Guerre de Sang irait à Rrinnhasha ce mois-ci."

Le débarquement à Giaf Gabh Dion

La première cible des Druchii fut Giaf Gabh Din, le port des elfes des mers le plus au nord. Giaf se trouve sur la côte ouest de l'Île de Rrinnhasha. C'est un port naturel, qui ne peut être atteint que par un mince canal dans une énorme digue antique, le canal étant gardé par deux tours de chaque côté de la digue. Le jour où la Guerre de Sang commença, la garnison de Giaf était seulement de cent hommes.
Rrinnhasha était prise dans un ouragan depuis presque une semaine, rendant la navigation impossible et les elfes de Giaf Gabh Dion ne pouvaient que se terrer avec terreur dans leurs foyers et attendre que la tempête passe. Quand elle passa, les Vaisseaux Noirs suivirent, passant à travers le canal et dans la Baie de Giaf avant que les gardes hébétés n'aient le temps de fermer la digue. Encerclés et isolés, terriblement inférieurs en nombre, les tours furent rapidement envahies.
Pendant qu'ils se défendirent vaillamment mais en vain, d'autres Vaisseaux Noirs franchirent la baie jusqu'à la ville elle-même. Les gens de Giaf Gabh Dion n'avaient jamais vu une telle armée auparavant. Des Vaisseaux Noirs sur la côte jaillirent des hordes de Tulluch, les Furies Elfes de Kryrnaa Khanas.
Il y eut quelques rudes batailles quand les hauts elfes se défendirent contre l'ennemi en surnombre. Bien que beaucoup emportèrent de nombreux ennemis avec eux dans leur mort, les Tulluch écrasèrent toute résistance.

"Ayant appris la date et l'endroit de l'attaque, il était temps de rentrer à Rrinnhasha. C'est alors que le désastre arriva : une compagnie de gardes Furies vint à moi. Je les combattis, mais le long voyage m'avait affaibli, et ils étaient nombreux. Finalement, un coup vicieux blessa ma jambe. Heureusement, je m'évanouis, ma dernière pensée alors que les ténèbres m'enveloppaient "Ils connaissent mon nom! Quelqu'un m'a trahi!"
Je me réveillai la nuit, couché à l'arrière d'un chariot grinçant. Dans le chariot de la Prêtresse Reine Rhudd Cynhaeaf. Je retournai à Rrinnhasha.
Le chariot allait lentement. A Cladh Karrond, Rhudd se retira pendant trois jours pour faire ses pactes, et lancer sa sorcellerie sur Rrinnhasha. Quand ils atteinrent Giaf Gabh Dion, la ville était tombée. Giaf était en ruines.
N'étant plus une menace pour mes ravisseurs, je fus oublié dans l'orgie de sang et de mort qui suivit la capture de Giaf. Retrouvant un peu l'usage de ma jambe gauche, je trouvais une béquille improvisée et m'enfuis, rejoignant finalement la poignée pitoyable de hauts elfes survivants se cachant dans les collines."

Rrinnhasha brûle

Pendant que les Furies elfes dansaient sur leurs chansons sanglantes dans les rues de Giaf Gabh Dion, des bateaux d'elfes noirs furent envoyés piller les petites villes et villages des côtes de Rrinnhasha. Un par un, ils subirent le courroux des Croisés. Quand la côte fut en ruine, les Furies elfes s'enfoncèrent dans les terres.
Se taillant un chemin sanglant dans l'île, les Furies elfes rencontrèrent peu de résistance. Les quelques hauts elfes survivants fuirent vers Feiss Mabdon, la capitale de Rrinnhasha et le seul refuge restant de l'île. Aveuglés par un brouillard noir magique et poursuivis par des hordes de Tulluch démentes et couvertes de sang, peu y arrivèrent.
"Les Furies elfes balayèrent l'île, chaque victoire suivit du massacre des vaincus. Dans chaque village conquis, les villageois tremblaient derrière leurs fenêtres barricadées, dans l'attente de leur sort aux mains des Druchii.
Au centre de chaque ville, un gigantesque bûcher fut érigé. Notre peuple, les morts comme les vivants, furent jetés aux flammes. D'autres furent enchaînés à des chevaux et écartelés. Je pourrais raconter une centaine d'histoires bien pires que celle-ci."

La bataille de Feiss Mabdon

Les défenseurs de Feiss Mabdon étaient commandés par Ghabhralla, le Duc de Rrinnhasha. Avec la côte prise par un autre ouragan magique, s'échapper était impossible. Lugubre, enragé par le massacre de son peuple, il jura de faire payer les Druchii. Il plaça son armée dans la plaine de Chulin, un pâturage plus profond dans l'île que Feiss.
L'avant-garde de furies elfes arriva à Chulin bien avant l'armée d'elfes noirs. Ivres de sang et de conquête, elles attaquèrent sans attendre que le reste de l'armée arrive; les elfes de Ghabralla les massacrèrent jusqu'au dernier. Calmé par cet échec, Cunhaeaf s'arrêta et rassembla ses forces dans les bois et les collines à l'ouest de Chulin. A la prochaine bataille, elle amènerai ses innombrables croisés au combat. Ghabhralla était condamné.
Ghabhralla ne pouvait pas avancer plus sans laisser Feiss ouvert à une attaque; il n'y avait nul part où fuir; il attendit le massacre à Chulin. Sur la côte en dessous, il pouvait voir les Vaisseaux Noirs arriver, leurs proues parés de cadavres de hauts elfes et les bannières des villes tombées.
La bataille vint le matin suivant. Durant la nuit, des escarmouches vicieuses eurent lieu, les Druchii capturant deux collines à l'ouest de la prairie, où ils positionnèrent leurs balistes Reapers avec une vue imprenable sur le champ de bataille.
Le centre de l'Armée de Sang était constitué d'une masse de Furies, des femmes assoiffées de sang portant deux armes chacune et chantant des chants de mort. De chaque côté, des régiments d'elfes noirs, certains avec des arbalètes, d'autres portant des épées dégoulinant d'ichor noir fumant. Sur les flancs, les unités de cavaliers à cheval ou sur sangs-froids.
Sous le couvert des ténèbres, la petite armée de Ghabhralla préparait des remblais et palissades, derrière lesquels se trouvaient les soldats hauts elfes, avec de petites unités d'archers elfes protégeant les flancs du mieux qu'ils le pouvaient. Les hauts elfes étaient au moins à un contre dix.
La bataille ne dura que quelques minutes. Les Tulluch, ivre de sang et de meurtre, combattirent comme des démons. Leurs cris de charge furent accueillis avec une détermination lugubre de la part des elfes de Ghabhralla; les meilleurs d'entre eux ne pouvaient espérer autre chose que la vengeance et une mort rapide. Quand les Furies atteignirent les palissades, une volée de flèches faucha un bon nombre d'ennemis. Les Elfes au pied des murs combattirent avec férocité à la hauteur de la soif de sang des Furies. Il sembla pendant un moment que les Furies puissent être repoussées, mais la cavalerie elfe noirse et les sangs-froids arrivèrent sur les flancs des elfes, fauchant les archers comme les blés. Sentant la victoire, les Furies redoublèrent d'efforts et percèrent les rangs des hauts elfes. La bataille était terminée; le massacre venait de commencer.

"Avant d'essayer de m'enfuir de Rrinnhasha, j'ai tenté de découvrir le sort de Feiss Mabdon. La traversée de l'île fut tragique. Etouffés par le brouillard, les blessés agonisaient déjà. Les cadavres des familles pourrissaient dans leurs fermes. Il n'y avait plus âme qui vive, à l'exception des loups et des charognards.
Feiss était vide. Bien que les habitants aient disparu, il n'y avait pas de piles de cadavres ou de ricanements déments. Les Druchii l'avaient abandonné; même les loups l'évitaient. Dans un champ près de la capitale, je trouvait des traces de la bataille; au-delà, je n'ai rien pu découvrir. Ce fut la triste fin de mon voyage.
Il fut aisé de trouver un navire à voile dans le port déserté. Avec quelques difficultés, j'ai navigué à travers les tempêtes qui infestaient encore la côte, et suis maintenant de retour en Lothern, ma mission étant maintenant de découvrir qui m'a trahi pour Rhudd Cynhaeaf. Il semble certain que Ghabhralla soit mort à Feiss Mabdon; en dehors de lui, seul onze Conseillers elfes connaissaient ma mission.
L'un d'entre eux paiera."

L'Île Blafarde

Quand les premières Furies se taillèrent un chemin jusqu'à Feiss Mabdon, elles trouvèrent une cité vide. Sur ordre de Ghabhralla, toute la population s'était enfui, préférant une mort rapide en mer aux tortures abominables des Croisés de Sang. Dans des navires surchargés se dirigeant vers le cœur de la tempête, presque tous périrent. Certains s'échouèrent près de la ville, mais préférèrent partir à la nage pour mourir en mer plutôt que de risquer d'être capturés par les Tulluch.
Moins d'une semaine après l'arrivée des Croisés de Sang, Rrinnhasha était tombée. Les tentatives des hauts elfes pour y revenir échouèrent, leurs navires repoussés par les tempêtes avant même qu'ils puissent apercevoir la côte. On ne pouvait rien voir si ce n'est un nuage de fumée noire à l'horizon.

"Et tout ceci est, seigneur, mon humble rapport. L'hiver est enfin terminé, mais Rrinnhasha est encore sous ces nuages noirs. Avec toute la puissance d'Ulthuan, nous devrions être en sécurité pour l'instant contre la Croisade de Kryrnaa Khanas. Mais il y a un traitre parmi nous et je crains pour notre avenir. Ce matin, près de la côte, je jure avoir senti une rafale glacée venant de l'ouest."

- Banadl Anwesu, ranger haut elfe