LES AMAZONES

 Synthèse WFB2, The Second Citadel Compendium (scénario Le Sanctuaire de Rigg), WFB3, WDF 135
Sources

Les jungles tropicales denses avoisinant le fleuve Cadiz, au centre de la Lustrie septentrionale, sont très peu habitées. De temps en temps, des bandes de chasseurs nomades pygmées décident de descendre le fleuve ou bien des marchands imprudents des colonies nordiques de la côte bravent cette rivière traître afin de vendre dans les plus brefs délais leurs butins. Mais la plus grande population trouvée dans ce bassin est une peuplade d'indigène sauvage : les matriarches amazones.

On trouve sur cette carte du LA HL V7 p27 la situation de deux cités très probalement amazones : Ganaina (ou Genaina, capitale amazone). On y voit aussi le temple de Kara (ou Karra) qui devrait être à priori à Ganaina.

 

Les amazones sont uniques par le fait que leur race n'a pas de mâles la reproduction se fait uniquement par parthénogenèse. Le procédé est contrôlé par la Sororité des amazones dont les prêtresses provoquent les grossesses et déterminent le sexe des enfants à l'aide de drogues. Les amazones peuvent aussi se reproduire normalement, bien que la nature introvertie de leur société empêche un tel évènement de se produire fréquemment.

Quand les slanns dominaient le monde, les amazones furent créées pour s'occuper de divers travaux. Quand les portails warp s'écroulèrent, les amazones partageaient déjà la haute civilisation des slanns, servant de techniciens et de serviteurs. Pour cette raison, leur histoire est une de lente dégénérescence sous l'ombre de l'héritage des slanns, préservant beaucoup des sciences perdues aux slanns eux-mêmes.

La culture des amazones dérive directement de celle des anciens slanns, cette puissante race mystique et technologique qui domina autrefois le monde. Les anciens semblent avoir favorisé les amazones, leur enseignant la magie, la science et la philosophie, faisant d'elles, aujourd'hui encore, les héritières de leur savoir.

Les amazones vivent dans des centaines de villages dispersés partout dans la jungle et dans la cité amazone de Genaina. Ces dernières, bien que comprenant de nombreux bâtiments en pierre de taille considérable et en majorité constitués de bâtiments construits avec de l'herbe et de la boue, de la même façon que les bâtiments des plus petits villages. Les villages amazones peuvent être facilement identifiés à leur style de construction, des bâtiments presque toujours érigés sur des piles d'arbres solides, afin d'élever les zones d'habitations par rapport au sol. De cette façon les amazones évite le pire des excès des inondations périodiques.

Les amazones sont gouvernées par une hiérarchie religieuse, la Sororité, organisée comme un ordre monastique. Les amazones sont très fières de leur société et de leur culture et très jalouses de leur indépendance. Elles n'accordent que peu d'importante aux autres humains et humanoïdes.

Physique : Les amazones sont semblables aux occidentaux par le physique bien qu'elles soient originaires d'une région équatoriale où les seuls autres humains sont des pygmées à la peau sombre. Une amazone habillée à la mode occidentale passerait inaperçue dans une ville du Vieux Monde.

Alignement : Neutre

Traits psychologiques : Certaines amazones (5%) sont berserks et sujettes à la frénésie.

Profils : Comme les autres humains.

Couverture du Second Citadel Compendium

LA SORORITE

La Sororité fut créée pendant le Haut Age de la Lustrie, l'âge d'or de la science et de la technologie. A cette époque, l'Amazonie était une terre sauvage et violente. Les Anciens, technocratiques et sages, acceptaient ceci et respectaient le territoire des amazones. Durant cette époque où les autres humains n'étaient considérés comme inférieurs, asservis et n'étaient pas mieux traités que des rats de laboratoire, les amazones maintenaient leur indépendance.

Les Anciens et les amazones étaient capables de vivre en coopération, de façon à peu près pacifique. Ils étaient en mesure de commercer et de coopérer. Les amazones étaient particulièrement douées comme acolytes et servantes des mages du Haut Age. Ces amazones émigrées furent les ancêtres de la sororité d'aujourd'hui. Elles acquirent, grâce à leur travail et à leurs études, une connaissance complète des sciences du Haut Age.

Par la suite, les Anciens faillirent et leur civilisation fut détruite et leur connaissance perdue par leur propre descendance. Aujourd'hui, les slanns regardent toutes traces des âges anciens avec peur et suspicion. Les anciennes sciences ont été perdues pour eux mais pas pour la Sororité, qui préserva beaucoup de ces connaissances. Même si elles ne peuvent pas imiter les mystères du Haut Age, elles réussissent à utiliser et préserver de nombreux artefacts qui furent ainsi sauvés de l'oubli. C'est ce savoir qui est à la base du pouvoir et de l'autorité de la Sororité dans la société amazone. La prudence, la dévotion des fanatiques et, par-dessus tout, les secrets de la Sororité assurent à cette organisation une main mise sur la société amazone dans les domaines religieux, politiques et ceux des sciences.

La Sororité est organisée comme un ordre monastique. Les novices sont cloîtrées et n'acquièrent des responsabilités qu'avec l'âge.

Les Koka-Kalims

Les Koka-Kalims sont des zélotes religieuses, fanatiquement dévouées à l'adoration de la déesse Rigg. Les Kalims consomment énormément de koka, un puissant narcotique ayant une valeur religieuse. Elles en sont toutes dépendantes. Constamment sous l'effet de la drogue, elles mangent, dorment et parlent très peu. Privées de fonctions sensorielles normales, elles peuvent supporter des souffrances inhumaines et ont naturellement très peu de répugnance face au sang, au massacre et la destruction. Leur état d'esprit fait d'elles des combattantes nerveuses, imprévisibles, irrationnelles et déchaînées. Elles font des guerrières fanatiques idéales.

La Sororité, à l'aide de leur monopole sur les fondations théologiques, maintient une petite armée de Koka-Kalim comme servantes, gardes, et combattantes. Les Koka-Kalims au service de la Sororité sont appelées dévotes. Beaucoup sont armées par la Sororité avec des armes des Anciens. On leur donne parfois des épées de puissance et des bolters.

Dans Sven le magnifique, on nous décrit Karra Lakota une jeune amazone rebelle. :

"Toute sa vie, elle a été révoltée, associale et paresseuse. A vingt-cinq ans, sa mère l'engage de force dans les Kalims, au service de la toute puissante Sororité amazonienne.
La vie d'une kalim est ardue et épuisante, ce qui rendit Karra plutôt malheureuse. Toujours en conflit avec ses supérieures, elle est sans arrêt punie par des travaux encore plus durs et des horaires encore plus longs. Lorsqu'elle est contactée par une faction de Kalims dissidentes, Karra accepte d'en devenir membre : l'opposition à l'autorité lui plait.
Karra fut impliquée dans un complot ambitieux, elle était en poste au sanctuaire de Rigg où la reine devait venir en visite ; le plan des dissidentes était de faire sauter le bâtiment. La conspiration fut découverte bien avant la visite de la reine et Karra eut juste le temps de fuir dans la jungle après s'être emparée d'un pistolet à aiguilles et de munitions. Karra s'est installée à Iquitos, une ville qu'elle déteste. Elle a de plus en plus de mal à supporter le chauvinisme des nordiques.

[...] Elle est armée d'une épée, de couteaux de lancer et d'un pistolet à aiguilles. Elle possède assez de munitions pour pouvoir tirer seize fois. Elle porte une cuirasse de métal décorée de motifs typiquement amazoniens."

LA RELIGION DES AMAZONES

Les amazones adorent leurs propres dieux. Elles haïssent tous les adorateurs de Quetzalcoatl, particulièrement les slanns. En plus des nombreux petits villages et temples relais parsemant toute l'Amazonie, il existe deux principaux centres de culte, le Temple de Karra à Genaina et le Grand Sanctuaire de Rigg s'élevant sur les rives du lac Lokka. [...]

Le Sanctuaire de Rigg

Le Grand Sanctuaire se trouve sur le rivage du lac Lokka, dans les profondeurs des forêts de l'Amazonie. On dit qu'il fut construit pour commémorer l'union mystique entre Rigg, la déesse amazone de la guerre et Amex, le dieu Haut Elfe (elfes des mers) de la richesse et de la joie. Ce serait là, qu'elle mit au monde Kalith, la mère de toutes les amazones. Le mythe de la création est un dogme central dans la religion amazone.

Les adorateurs de Rigg de toutes les tribus d'amazones font des pèlerinages réguliers jusqu'au sanctuaire. L'administration du lieu est aux mains de la Sororité amazone. Ce bâtiment abrite le centre diocésain de la Sororité avec ses bureaux, une bibliothèque et une salle de réunion.

Comme toutes les places saintes amazones, le sanctuaire et ses quartiers sont interdit au non-amazones, sauf permission spéciale de la Haute Prêtresse. Même aujourd'hui, ce privilège ne peut être accordée qu'à des femmes et elles seront alors, continuellement, sous bonne garde.

Le sanctuaire est aujourd'hui [mettons en 2510 CI...] dirigé par Mère Samantha. Cette dernière est née quelque part dans l'Amazonie orientale, dans une tribu nomade. Elle devint par la suite une membre des Kalims et, plus tard, se joignit à l'ordre des Dévotes. Son ascension dans les rangs de la Sororité fut prodigieuse. Elle est maintenant la Grande Prêtresse et est à la tête du Sanctuaire Sacré de Rigg. Samantha reste néanmoins étonnamment jeune. En raison de ses origines, elle est agile comme le reste de sa tribu nomade natale et reste une habile combattante, en plus d'être bien sûre une puissante magicienne.

Rigg

Rigg est la figure dominante du panthéon amazone.

Alignement : Neutre
Sphères d'influence : Guerre, Sang, Koka, Mort Violence
Avatar : amazone géante - elle mesure 3m de haut, avec des yeux et cheveux rouges.
Armes : Rigg porte un couteau et quatre couteaux de lancer magiques

On notera que les -quatre- couteaux de lancer sont un symbole de la déesse Rigg.

LES AMAZONES ET LE MONDE EXTÉRIEUR

Tous les récits s'accordent à dire que les amazones sont un peuple extrêmement belliqueux, mais il leur arrive de s'allier avec d'autres peuplades. Elles semblent avoir une approche aussi complexe que ritualisée à l'extrême de leurs rapports avec le monde extérieur, et nul ne peut prévoir combien de temps peut durer une alliance.

Cela est particulièrement vrai dans le cas de leurs relations avec les hommes-lézards. Il semble que les amazones occupent au moins un site sacré aux yeux des hommes-lézards, où ces derniers venaient jadis rendre un culte à quelque divinité oubliée. De plus, les hautes prêtresses de la Sororité portent des artefacts dont l'origine ne fait pas de doute, sans que les insondables reptiles ou les slanns qui les dirigent ne fassent quoique ce soit pour les récupérer. Il semblerait au contraire que les prêtres-mages acceptent les amazones comme faisant partie de l'ordre naturel des choses. Cela ne signifie cependant pas que les deux camps ne se dressent jamais l'un contre l'autre. Un marchand de l'Empire raconte même avoir un jour rencontré une prêtresse amazone revêtue de la peau d'un skink albinos, preuve s'il en est que les conflits entre les deux peuples de Lustrie ne sont pas rares.

Les relations avec les autres races sont infiniment moins complexes, comme par exemple, la haine mutuelle que se vouent les amazones et les nordiques. Cette hostilité notoire remonte à l'époque où les barbares venus du froid se sont livrés à leurs premiers pillages contre les redoutables femmes guerrières. Les rapports avec les autres peuples sont tout aussi difficiles, et le fait que de nombreux nobles impériaux aient fréquemment financé des raids contre les amazones afin de capturer puis d'exhiber ces "curiosités d'outre-mer" à la cour impériale ne fait rien pour apaiser la situation.

Cependant, cette logique de conflit ne préside pas à tous les contacts entre les étrangers et les amazones. Il est en effet arrivé à de multiples reprises qu'elles guident, conseillent ou aident une armée combattant en Lustrie. Une prêtresse portera assistance à des combattants ou des explorateurs en leur fournissant une aide magique non négligeable, généralement le temps d'une bataille. La raison pour laquelle elles favorisent telle armée au détriment de telle autre demeure un mystère complet aux yeux des spécialistes, même si certains pensent qu'elles accomplissent ainsi quelque obscure prophétie qui les pousse à aider quiconque éliminerait un de leurs ennemis, ou protégerait un site sacré.

Il est arrivé que des prêtresses s'allient à deux armées rivales, même si nul n'a jamais vu des amazones se battre entre elles de façon directe. Peut-être les prêtresses voient-elles ceci comme une forme de combat rituel, le sang des autres remplaçant le leur, ou plus simplement cherchent-elles à affaiblir leurs ennemis en les poussant à s’entre-tuer.  

Dates CI

Calendrier amazone

-5500

Apparition des amazones en Lustrie. Les Anciens slanns sélectionnent un groupe d'humains et altèrent leur structure génétique, créant ainsi en Lustrie la race des amazones. Nul ne sait si les amazones ont été créées pour servir de main-d'oeuvre aux Anciens ou si elles ne sont qu'un caprice de ces créatures quasi-divines. [Bestaire WFB2 p10]

-4500

Fondation de la Sororité des amazones. Les amazones sont continuellement en guerre avec le nouvel empire slann. [Bestaire WFB2 p10]

888

De la bouche de prisonniers hauts elfes, l'aventurier nordique Erik "le Perdu" apprend l'existence d'une terre regorgeant d'or de l'autre côté du Grand Océan. Il se met en route, mais s'égare et accoste dans les Terres du Sud. Sa tentative inspirera son fils, Losteriksson, dans sa quête de la Lustrie. Lorsqu'il atteint les côtes du Nouveau Monde, Losteriksson fonde la colonie de Skeggi, ce qui marque le début des raids nordiques en Lustrie. [LCdNM p4]

891

Les walkyries nordiques expulsées de Skeggi disparaissent dans la jungle de Lustrie [LCdNM p4]

1997

Juan Cornetto pille l'île Coeur des tenèbres occupé par les amazones [Liste amazone à Mordheim]


Les amazones et la "Fin des temps"
[traduit et compilé par Thindariel]

Les amazones n'apparaissent pas dans les cinq bouquins de la Fin des Temps. Josh Reynold -un des auteurs- en dit un peu plus sur son blog mais c'est non officiel (des personnages cités sont issus des livres d'armées de Mathias Eliasson - son site).
On peut toutefois déduire qu'elles sont immanquablement affectées par les deux grands assauts que mènent les Skavens en Lustrie entre l'automne 2523 et l'automne 2526 où la Lustrie est détruite :

Le Grand Temple de Rigg fut détruit très tôt durant l'invasion Skaven de la Lustrie. Ses défenseurs tombèrent sous les coups d'un ennemi que nulle prouesse martiale n'aurait pu combattre : les éclaireurs skavens relachèrent des rats de la peste dans le complexe du temple. Chaque rat avait été altéré par le clan Moulder pour secréter des enzymes qui, exposées à l'air, relachaient un gaz empoisonné. Rapidement, le Grand Temple devint silencieux, mis à part le bruit répugnant des rongeurs dévorant les corps des victimes. Ainsi, les skavens empechèrent l'Avatar de Rigg de jouer un rôle quelconque dans la guerre de Lustrie.
Lorsque les légions d'esclaves et de moines de la peste entrèrent dans les Marais de la Mort, l'amazone Lwaxana était là. Nul skaven ne ressortit de ce marais, même si l'on ignore ce qui put arriver dans les étendues fongiques des Souches Bleues.
Les skavens tentèrent d'envahir la ville amazone de Genaina, mais la Reine Thalestris en mena la défense, aux côtés de sa fille la Princesse Azura, et de Lysippe. Elles combattaient encore la marée skaven lorsque la lune explosa et que la mort tomba du ciel [automne 2526]
De même, les skavens envahirent Skeggi, la colonie de nordiques. Tandis que les guerriers norscans repoussaient les skavens, les amazones Melandre Oeil-de-Faucon et Penthesilea s'introduisirent dans la ville pour tenter de délivrer les amazones qui y étaient asservies.
Ce qu'il advint ensuite reste mystérieux, mais certains prétendent que Melandre survécut à son infiltration dans Skeggi et rencontra son destin dans les Marais Piranha, où elle avait attiré plusieurs bandes skavens dans un piège mortel.
Skeggi, comme le reste de la Lustrie, fut détruite par les météorites de Malepierre qui tombèrent de Morrslieb.
Les Amazones d'Anaconda périrent toutes elles aussi. Même leur dévotion pour les hommes-lézards ne leur octroya aucune place à bord des pyramides stellaires qui décollèrent pour sauver quelques uns des slanns et de leurs serviteurs.
 
TROUPE DE GUERRE AMAZONE

Les amazones sont un peuple farouche, plaçant son indépendance au dessus de tout et n'accordant que peu de considération aux autres races intelligentes, surtout aux slanns.

Une troupe d'amazones peut comporter des alliés pygmées.

Gardes de la reine

Les gardes de la reine sont les meilleures des soldats amazones. Elles combattent avec une lance et un bouclier ou un arc. Elles portent toutes des armures légères.

Nobles

Les nobles des troupes d'élite particulèrement bien armées. Leur armement standard comprend une lance, une armure légère et un bouclier et des couteaux de lancer.

Kalims

Les guerrières appelées Kalims (ou Koka-kalims) présentent également des traits particuliers : elles forment un groupe de fanatiques religieuses, gardiennes de leur peuple et de ses temples. L'absorption constante d'une drogue nommée koka leur permet de vivre pratiquement sans manger ni dormir : elles sont très minces et paraissent un peu folles. Privées de fonctions sensorielles normales, elles peuvent endurer de grandes douleurs et le sang, le carnage et la mort ne les impressionnent pas. Ce sont des guerrières d'élite, mais elles sont très nerveuses, irrationnelles et instables. Il n'existe pas de sorcières Kalim, mais on peut rencontrer les Dévotes Kalim, gardiennes des sanctuaires intérieurs des temples. Elles ont le même profil que les Kalim, mais portent parfois (10% de chance) des armes de l'époque des anciens slanns. Voici un tableau pour déterminer ces armes : 

D100 Artefact
01-20 Pistolet à aiguilles : Ce puissant pistolet à air comprimé projette des aiguilles, 10% d'entre elles sont enduites de poison humanicide. Il doit être rechargé après chaque tir.
21-50 Pistolet à flèches : Ce pistolet envoie des fléchettes explosives. Celles-ci font beaucoup de bruit et sont très meurtrières. L'arme est lente à charger.
51-70 Fusil à flèche : identique au pistolet sauf pour sa portée.
71-90 Epée de pouvoir
91-00 Baguette magique

Leur armement standard est autrement composé d'armes à une mains et de couteaux de lancer auxquel s'ajoute parfois une sarbacanne

Les artefacts de la Haute Epoque [WD135 p20]

"Les sites sacrés perdus au cœur des jungles de Lustrie dissimulent de nombreux artefacts puissants et les explorateurs recherchent fiévreusement de tels objets car ils sont en général en or ou sertis de pierres précieuses, ou encore parce qu'ils possèdent des pouvoirs magiques qui intéressent les sorciers du Vieux Monde. D'autres enfin pensent que ces artefacts sont ornés de textes que l'on attribue aux dieux en personne, et les érudits les convoitent par dessus tout. Cependant, les objets les plus rares sont les armes de la Haute Epoque, qui peuvent prendre la forme de sceptres, de bâtons, d'épées et bien d'autres choses encore et qui sont plus puissantes que toutes les armes connues. Certaines de ces armes émettent des faisceaux lumineux, d'autres encore lancent des etits projectiles à des centaines de mètres de distance avant d'exploser à l'intérieur de la cible. Ces objets légendaires sont encore plus recherchés que les plus puissants artefacts magiques. Des armées entières sont parties en guerre dans le seul but de faire l'acquisition d'une telle arme, et le fait que les Amazones soient jusqu'à présent les seules à avoir utilisé ces armes ne manque pas d'attiser à leur égard la convoitise de bien des hommes du Vieux Monde."

A ces descriptions, l'érudit de Warhammer 40,000 reconnait immédiatement des armes du 41ème millénaire (ce qui est confirmé dans le scénario Le Sanctuaire de Rigg) avec un chargement manuel cartouche par cartouche : pistolet à aiguilles, pistolet bolter, bolter et une épée énergétique. La baguette magique peut être un sceptre de force.

Berserks

Les berserks amazones sont sujettes à la frénésie. Elles portent habituellement deux armes à une main et aucune armure. [Sont-ce des kalim ?]

Guerrières des tribus

Ces guerrières combattent avec des arcs et sans armure.

Dévote Kalim, berserk, noble et officier.

Après avoir disparues corps et bien pendant de longues années, sans doute gobées par les hommes-lézards qui prennent à WFB5 toute la place en Lustrie, les amazones réapparaissent comme une bande jouable à Mordheim. On a également une allusion dans le LA HL V6 p16 puis deux unités mercenaires sont décrite dans le WDF135.

Les amazones de Mordheim

Là, ce sont les femmes abandonnées du village norses de Skeggi ayant adoptées les coutumes hommes-lézards et ayant découvert une potion qui leur donnerait une jeunesse éternelle.
Ces nouvelles amazones se sont installées dans des ruines hommes-lézards sur une île marécageuse et envahie de jungle qu'elles appelèrent "Coeur des tenèbres", sise au milieu du fleuve "Amazone". Elles vainquirent des aventuriers elfes et nains qui avait remonté le fleuve avec de voir, ces dernières années, le territoire envahi à de nombreuses reprises (notamment en 1997 CI par Juan Cornetto). Ces pillards leur dérobent leurs mystérieux artefacts et réduisirent une grande partie de leur population en esclavage, avant de les vendre dans toutes les cours et bazars du Vieux Monde. A Mordheim, le comte dépravé Steinhardt en usa dans son harem. Des amazones réussirent à s'enfuir et s'adaptèrent fort bien aux étendues sauvages de l'Empire. Leurs effectifs ont été augmentés par des foires de Cutthroat's Den et du Gouffre.

L'auteur ne fournit cependant pas d'explication plausible à la présence d'artefacts antiques entre leurs mains et la présence d"'amazones" par centaine dans le Vieux Monde est douteuse.

Les Filles des Dieux du WDF 135

Dans Warhammer Chronicles du WDF135, les amazones sont de retour à Warhammer. L'article est long mais finalement, à force de citer les autres, on a peu d'infos. L'auteur, Andy Hoare, s'est bien tout de même documenté sur l'existant :

- La saga de Rothnikson : première découverte des amazones. Premiers contacts immédiatement hostiles entre amazones et nordiques. Le sanctuaire de Rigg sur les rives du lac Lokka et du Temple de Karra à Genaina sont cités.
- Drivot le Diatribiste : sorcier de l'Ordre Lumineux. Il parle des déesses Rigg et de Kalith, la "Mère de toutes les Amazones". Il évoque le fait que les amazones soient immortelles et qu'elles soient les assistantes des Anciens. Selon lui, les Anciens furent victimes du Chaos et ils entraînèrent les Amazones dans leur chute.
- Stillmensch [allusion à Nigel Stillman] : historien "excentrique" qui reproduit des légendes nordiques selon lesquelles, les guerrières habitant dans la jungle seraient en fait des exilées descendantes d'un groupe de femmes qui auraient pris les armes tandis que les hommes étaient partis en expédition. Cela n'explique pas pourquoi les premières évocations des Amazones remontent aux premières expéditions nordiques, ce qui suggère que la présence de ces femmes précède l'arrivée des farouches barbares.
- Cyrston von Danling : Membre du collège de Jade et auteur de "Dans le Jardin des Dieux" de considérations vagues sur les liens entre les panthéons amazones et hommes-lézards.
- Johann Beckstein : explorateur (impérial ?) qui tient un journal. Il rencontre des amazones à au moins deux reprises (une koka-kalim et une prêtresse).
- Enrico Baggio : chef d'une bande d'explorateur tiléen qui rencontra les amazones d'Anakonda.
- El Baddo : capitaine tiléen qui se vanta de s'être payé les services de mercenaires amazones (Anakonda) pour attaquer une expédition naine.

L'auteur prend tout de même position :

"De nombreuses histoires suggèrent que les amazones étaient, peu après l'arrivée d'habitants du Vieux Monde en Lustrie, un peuple en voie de disparition. Depuis lors, les contacts se sont multipliés, et l'on pense qu'elles auraient reçu des renforts, ce qui expliquerait la disparition des valkyries, qui pourraient avoir rejoint les amazones au cœur de la jungle. Même si cela est exact, il est impossible de savoir si elles ont reçu le don de jeunesse éternelle dont semblent jouir les Amazones."

En fait, il est peu probable qu'une cinquantaine de nouvelles recrues (au mieux) puisse redynamiser un peuple. Les amazones n'ont pas besoin d'avoir une vie éternelle car elles se reproduisent par parthénogenèse (Bestaire WFB2 p10).

Skeggi & amazones : le patch de raccord

Notons que Skeggi est le nom de la fille de Lost Eriksson (ou Erik le Perdu), toute première enfant nordique née sur le continent (LA HL V6 p16).
Ce village est décrit pour la première fois en 1985 dans La légende de Kremlo le slann. Après Zapotec, le LA Dog of War (p92) dit que le village est proche de Tlax (Lustrie) et depuis La conquête du Nouveau Monde (WFB6) Skeggi est proche d'Hexoalt.
Pour excuser ses approximations, on pourrait dire qu'un premier Skeggi été construit par les norses sur la côte de Lustrie en 888. Après quelques avanies (Kremlo le Slann), il est détruit par des autochtones en colère. Nous sommes en 891CI. Deux embarcations réussissent à fuir en longeant la côte vers le nord. L'une des deux, principalement chargé de femmes se perd autour de l'embouchure d'un grand fleuve. "donnant naissance à la légende des amazones". L'autre embarcation atteint le "Nouveau Monde". Les norses survivant refondent un village beaucoup plus au nord, quasiment en face d'Hexoalt. Le nom est resté par gageure.

Les amazones d'Anakonda [WDF135 p24]

Anakonda et ses guerrières font partie de la noble, quoique sauvage, Sororité des amazones. En dehors de cette information, leurs origines ainsi que leurs effectifs exacts demeurent inconnus, car ces combattantes se sont cachées dans la jungle pendant de nombreuses années.

Tout ce qu'on sait de ces mystérieuses guerrières provient des récits décousus et approximatifs des rares explorateurs qui ont survécu à une rencontre avec elles, dans des circonstanceschaque fois différentes. D'après ces observateurs, chaque combattante adopterait comme nom celui d'un animal de la jungle au cours d'un rituel très précis. Certains érudits ont avancé que cette nouvelle identité serait accordée à la suite d'une épreuve physique initiatique. Ainsi, Anakonda, leur chef, tirerait son nom de l'énorme serpent qu'elle a tué avant de se revêtir de sa peau en guise de trophée. Les autres membres de la bande auraient accompli des actes similaires et auraient été nommées en conséquence.

C'est à Colobri que revient l'honneur de porter la bannière des amazones, un étendard singulier orné de plumes. Ces décorations proviennent d'oiseaux exotiques sacrés aux yeux des hommes-lézards. Colibri n'a pas accompli d'acte qui la distingue des autres, mais sa bravoure constante n'est surpassée que parcelle d'Anakonda en personne, et l'étendard qu'elle porte est un symbole de son statut et une récompense pour son courage. Pirrana, une autre des soeurs et amies proches d'Anakonda, a reçu ce nom après avoir été capturée par un groupe de skinks. Les hommes-lézards voulaient en effet sacrifier la jeune femme à un piranha géant qui vivait au fond d'un étang. Lorsqu'ils la précipitèrent dans l'eau, celles-ci se tintèrent en rouge à cause du sang, mais il s'agissait de celui du poisson géant, non de l'amazone. Comme son chef, Pirrana se vêtit de la peau de l'animal mort, qui lui sert maintenant d'armure. Elle a aussi éventré la bête en guise d'avertissement aux autres créatures de la jungle qui voudraient s'en prendre aux amazones. En faisant cela, elle a trouvé un énorme coquillage dans l'estomac du poisson, et ce coquillage sert de cor de guerre aux amazones d'Anakonda, que Pirrana, la musicienne de la bande, fait sonner au combat pour avertir ses soeurs des attaques ennemies.

Les récits concernant Anakonda parvinrent aux oreilles des habitants du Vieux Monde installés en Lustrie lorsqu'un groupe d'explorateurs tiléens se perdit dans la jungle et fut victime d'une embuscade des skinks. Les flèches empoisonnées tirées depuis les arbres prélevèrent un lourd tribut sur les humains, mais alors que tout semblait perdu, les skinks s'enfuirent subitement et des amazones émergèrent peu après de la pénombre.

Alors qu'un calme inquiétant s'instaurait, il n'était pas certain que les tiléens fussent tirés d'affaire. Enrico Baggio, le chef de la bande, reconnut la précarité de sa situation et persuada les amazones de les aider à sortir de la jungle en échange d'or et de verroterie. Cela coûta au final à Enrico et ses hommes tout leur or. Néanmoins, ils regagnèrent leurs navires et Enrico jura de ne jamais revenir.

Récemment, le capitaine tiléen El Baddo se vanta de s'être payé les services d'Anakonda et de ses amazones pour tendre une embuscade à des aventuriers nains. Le tiléen sans scrupule voulait empêcher les nains d'atteindre le temple de Toca avant lui. Cela lui coûta beaucoup d'or, mais n'était qu'un avant-goût du prix à payer, car après que les nains fussent trahis et attaqués, les amazones s'en prirent à El Baddo. Bien qu'il survécut par miracle, le prix de l'aide des amazones se paya non seulement en or, mais aussi en sang, le sien de surcroît.

Il semble que les amazones ont une vision très personnelle du mercenariat. Elles combattent avant tout pour elles-mêmes et ne se soucient pas des autres. Si on leur offre de l'or pour leurs services, elles prennent cela pour un signe de faiblesse. Si les amazones acceptent votre or, cela ne veut pas dire qu'elles ne reviendront pas plus tard pour vous...

Les amazones sont de féroces combattantes, vêtues des peaux écorchées de skinks, leurs visages cachés derrière des masques d'animaux. Certaines teignent leur chevelure de couleurs vives évoquant les oiseaux de la jungle tandis que d'autres se servent de résine pour donner à leur chevelure l'apparence d'une crête de skink.

La peau des amazones est matte en raison du soleil des tropiques, et elles portent des queues d'animaux et des plumes d'oiseaux autour de la taille. Ces trophées sont offerts en récompense de hauts faits d'armes, et leur magnificence reflète le statut de celle qui les porte.

Les amazones portent toutes sortes de bracelets, colliers et autres colifichets pris sur la dépouille de leurs ennemis. La plupart sont d'origine hommes-lézards.

Lames des Anciens : Les amazones sont dotées d'armes à l'origine inconnue qu'elles appellent les Lames des Anciens. On raconte qu'il s'agit de très rares objets datant de la Haute Epoque. En dépit de leur ancienneté, elles sont encore puissantes, car les gemmes dont elles sont serties abriteraient les feux d'une étoile tombée du ciel.
Les Lames confèrent un bonus de +1 en Force aux amazones au corps à corps. De plus, elles projettent un champ d'énergie de nature inconnue autour de leur porteuse, lui accordant une sauvegarde invulnérable de 6+. En outre, chaque amazone peut pointer son arme en direction del'ennemi et libérer les flammes même du soleil. Chaque amazone bénéficie ainsi d'un tir d'une portée de 12ps, occasionnant unetouche de Force 3. Aucune pénalité due à la portée ou au tir en mouvement ne s'applique lorsque les amazones utilisent cette attaque.

Ces Lames des Anciens sont sans doute un assemblage d'équipement divers. Ce texte indique que les amazones d'Anakonda ont la peau matte : c'est une curiosité parmi les autres amazones ("Les amazones sont semblables aux occidentaux par le physique bien qu'elles soient originaires d'une région équatoriale où les seuls autres humains sont des pygmées à la peau sombre."). Peut-être enduisent-elles leur peau d'une huile particulière.