NEHEKHARA

LA Rois des tombes V6 p4-10 ; Les maîtres de la nuit p26 et suivantes

Il faut évidement toujours garder à l'esprit que les nains et les elfes dominent le monde à cette période au moins jusqu'en -1500 CI date de la fin de la Guerre de la Vengeance/de la Barbe et le début des Guerres gobelines pour les nains.

Cela relativise singulièrement des affirmations comme : "Les galères de leurs flottes dominaient le Grand Océan et semaient la terreur partout où elles frappaient le long de ses rivages.","Personne ne put s'opposer à la puissance de Nehekhara et elle régnait alors sans partage sur une terre soumise.", "L’Empire nehekharéen était probablement l’autorité la plus puissante qu’ait jamais connue le globe, rivalisant avec la Tempête du Chaos, et la surpassant peut-être, en termes d’effectifs et d’efficacité militaire" (LSL WFRP2 p.8) . etc.

Il y a de cela d'innombrables siècles, bien loin au sud du Vieux Monde, naquit sur la terre de Nehekhara une puissante civilisation humaine. Celle-ci connut son apogée plus de deux millénaires avant la venue de Sigmar, le demi-dieu barbare, alors même que le reste du monde,l'homme n'était qu'un être primitif et sauvage. Les mythes et les légendes gravés dans la pierre des tombeaux et des monuments de leurs villes prétendent que les premiers habitants de Nehekhara eurent l'honneur d'être élevés et éduqués par les dieux eux-mêmes. La plus grande de leurs cités était Khemri, dont le souverain recevait un impôt versé par chacun des rois des autres villes. Ensembles, ils soumirent les tribus des contrées environnantes, repoussèrent les peaux-vertes et se rendirent maîtres des régions allant des déserts de l'ouest de la mer orientale. Au plus fort de cette expansion, leurs domaines s'étendaient au nord jusque dans ce qui est aujourd'hui l'Empire, loin au sud dans les jungles humides et jusqu'au coeur des Terres Sombres de l'est. Les galères de leurs flottes dominaient le Grand Océan et semaient la terreur partout où elles frappaient le long de ses rivages.

L'HÉRITAGE DU ROI SETTRA

Date C.I.

Evénement [LA RdT V8 p.21-22]

-2500 (~)L’Ascension de Nehkhara. Cette période connut beaucoup de rois, dont les noms furent oubliés à l’exception de Nehek, qui fonda la cité de Khemri. D’autres cités furent érigées, mais les rois se livrèrent des guerres, et les terres étaient le théâtres de conflits incessants.
-2500Settra est le premier prêtre roi à être couronné, et conquiert tous les royaumes de Nehekhara. Sa venue marque la prépondérance de Khemri, et Nehekhara entre dans une période de prospérité et d’expansion sans précédent. 
-2460Après sa victoire sur les orques de la tribu du Croc de Sang, Sttra ne peut accepter la vieillesse et la mort. Il fonde alors le Culte Mortuaire et ordonne à ses prêtres de découvrir le secret de l’immortalité.
-2390 Setra fait de Nekaph son champion personnel. Celui-ci assure la réddition inconditionnelle de plus d’une douzaine de villes étrangères durant les décennies suivantes, et en détruit davantage refusant de se soumettre à Settra.
-2383 Le roi de Rhagar se révolte contre Settra. L’ordre est promptement restauré lorsque son héraut Nekaph atteint la cité et exécute le roi rebelle.
-2350 Settra meurt et sa dépouille est enterrée au cœur d’une magnifique pyramide en attendant qu’il puisse être réveillé et connaisse son Règne Immortel.
-2350 à -1950 L’Age des Rois - D'innombrables rois se succèdent après le trépas de Settra. À leur mort, ils sont embaumés et enterrés avec leurs légions dans des pyramides toujours plus élaborées.

C'est Settra, premier Prêtre-Roi de Khemri, qui fut à l'origine de l'âge d'or de son royaume et donna à sa cité prééminence sur les autres en soumettant leurs souverains. Puissant guerrier doublé d'un redoutable chef, la moitié du monde Connu le craignait. Cependant, plutôt que de se réjouir de ses conquêtes, Settra redoutait plus que tout que la mort ne vienne un jour le déposséder du pouvoir et des richesses qu'il s'était approprié. Déterminé à échapper à ce funeste sort, il ordonna à ses prêtres de découvrir un moyen d'assouvir son désir de vie éternelle dans le paradis qu'il s'était créé.

Les prêtres de Khemri firent ce que Settra avait demandé et, pendant des années, s'essayèrent à diverses potions et autres sortilèges pour tenter de percer le secret de l'immortalité. Cette quête les poussa à parcourir le monde et à explorer des contrées inconnues, mais ils durent bientôt se rendre à l'évidence : la vie éternelle demeurait hors de leur portée. Ils n'osèrent toutefois pas révéler ceci à leur souverain et poursuivirent leurs recherches, même s'ils ne nourrissaient désormais que peu d'espoir de les voir un jour couronnées de succès. Dans leur sagesse, ils décidèrent pourtant de garder pour eux-mêmes certains des secrets qu'ils avaient découverts et leur connaissance d'antiques et mystérieuses incantations leur permit d'étendre leur vie sur plusieurs siècles. Néanmoins, ils étaient incapables d'arrêter totalement la course du temps, ne faisant que retarder l'inévitable et leur corps devinrent finalement frêles et desséchés.

La pyramide de Settra

Malgré les efforts des prêtres, Settra ne put échapper à la mort. Lorsqu'il finit par périr, l'orgueil froissé et la colère au lèvres, ils lancèrent de puissantes incantation sur sa dépouille et celle-ci fut embaumée lors d'un grand rituel. Ainsi préservé des ravages du temps, Settra fut enseveli au cœur d'un pyramide faite de pierres blanches lumineuses. Les Prêtres liches de Khemri n'avaient pu découvrir le moyen d'échapper à la mort, mais ils pensaient que s'ils parvenaient à découvrir le bon rituel et les sortilèges appropriés, il leur serait possible de ramener un défunt à la vie dans un corps immortel. C'est ce qu'ils révélèrent à Settra sur son lit de mort, lui promettant la vie éternelle lorsqu'il se réveillerait. Pendant des millénaires, leurs descendants et eux veillèrent scrupuleusement à ce que les feux de son tombeau ne s'éteignent jamais, nourrissant son esprit par des sacrifices et des enchantements en prévision du jour de son réveil. Leur espérance de vie s'étendit bien au-delà de celle des autres mortels, leur longévité et leur sagesse sans égale leur donnèrent un pouvoir politique que seul dépassait celui des rois eux-mêmes.

Le temps des rois
Il faut lire la carte ci-dessus comme l'extension maximale de l'influence de Netekhara. Pas sûr que Barak Varr, Karak Huit Pics (qui ne tombe qu'en -513 CI) et Karak Azul, soit bien d'accord ! De même, pas de trace ailleurs qu'ici de l'incursion de Amenemhetum le Grand jusqu'en Tilée (où il serait même mort). Pas sûr que cette extension au delà des Badlands ait duré plus d'une génération.
Extension maximale de Nehekhara [LA V6 p10]. Cliquez pour agrandir

À Settra succédèrent de nombreux souverains qui ne parvinrent toutefois jamais à égaler sa puissance et sa richesse. A leur mort, eux aussi furent enterrés sous d'imposantes pyramides, attendant le jour où ils pourraient se réveiller dans un paradis terrestre. Au fils du temps, les éclatantes cités des défunt en vinrent à dépasser en taille les pauvres habitations des vivants car toute l'énergie de la population était consacrée à l'édification et à l'entretien des sépultures des rois et la culture de Nehekhara devint tout entière axée sur la préparation de leur réveil. Bientôt, les nobliaux exigèrent eux aussi d'être ensevelis de la sorte et leurs tombes ne tardèrent par à s'élever aux côtés des royales pyramides. Au travers du pays, les monuments des morts éclipsaient peu à peu les cités de vivants.

Au cours de cette époque, Nehekhara prospéra néanmoins. Des armées de chars, d'archers habiles et de guerriers disciplinés marchèrent contre les ennemis de la nation. A l'ouest, les sauvages nomades du désert furent soumis et contraints de payer un tribut d'esclaves, d'or et de joyaux. Au nord et au sud, les rois livrèrent batailles à des tribus de peaux-vertes et de barbares humains. Ces guerres enrichirent considérablement le pays et permirent l'utilisation de matériaux exotiques pour la construction des tombeaux royaux. Personne ne put s'opposer à la puissance de Nehekhara et elle régnait alors sans partage sur une terre soumise. Un désastre allait pourtant s'abattre sur les Nehekhariens et leur antique et puissante civilisation serait bientôt détruite par les maléfices d'un seul homme.

LES ROIS DE NEHEKHARA [LA RdT V6 p4 à 9]

[On peut imaginer que cette liste est largement incomplète vu que les six premières dynasties de Khemri couvre autour de 1300 ans.]

Les rois légendaires

Avant que ne vint le temps où Setra s'imposa à tous, nombreux furent les rois et leurs domaines et leurs noms ont été oubliés, hormis celui de Nehek dont il est dit qu'en son temps nulle ville n'existait. Ensuite vint Zakah qui fut roi de Zandri, dont il est dit qu'en son temps fut inventé l'écriture, puis vinrent de nombreux rois avant Khesek qui soumit les peuplades du désert et fonda Numas. Après lui vint Hekesh, qui fit la guerre a bien des rois. Ainsi la discordes envahit-elle les terres et à sa venue, Settra le grand souverain de Khemri imposa sa loi. Voici rapporté l'histoire des rois de Khemri la sanctifiée.

Les dynasties de Khemri

1ère dynastie

Settra [~ -2500 CI] : Ainsi est-il dit de Settra qu'il conquit toute l'étendue de Nehekhara des montagnes à la mer. Et il leva tribut sur tout les peuples du grand fleuve, puis il nomma des princes et les soumit à sa férule, et la cité de Khemri la puissante fut fondée pour être sa résidence. Grande fut sa richesse, mais son coeur ne supporta pas l'idée de mourir. Aussi fonda-t-il le Culte de l'Eveil et fit-il ériger la Pyramide d'Eternité, et il fut le premier roi à être embaumé pour s'éveiller un jour à un règne de millions d'années.
Ahtaf Ier: Ainsi est-il dit d'Ahtaf qu'il désira une pyramide aussi haute que celle de son père. Mais la moitié du royaume se souleva contre lui et les princes de Zandri et Numas devinrent rois.Khutef :Ainsi est-il dit de Khutef qu'il fortifia le royaume et ne paya nul tribut à quiconque.Athaf II :Ainsi est-il dit d'Ahtaf qu'il fit construire une grande flotte de vaisseaux.Utep :Ainsi est-il dit d'Utep qu'en son temps les prêtres apprenaient de lourds secrets et ne mourraient pas.
Wakhaf : Ainsi est-il dit de Wakhaf qu'en son temps furent repoussées les peuplades du désert.SekhefAinsi est-il dit de Sekhef qu'il causa la discorde entre les prêtres.Nekhesh :Ainsi est-il dit de Nekhesh qu'en son temps il y eut querelle en la Nécropole.

2ème dynastie

Rakaph Ier : Ainsi est-il dit de Rakaph qu'il imposa la paix à la terre de Khemri et rétablit le culte des anciens rois.Rakhash :Ainsi est-il dit de Rakhash qu'il désirait l'or et mena une puissante armée par-delà les montagnes pour établir la forteresse de Rasetra. Et il recevait tribut des terres de Mahrak, de Lybaras et de Lahmia.
Rakaph II : Ainsi est-il dit de Rakaph qu'il soumit les terres de Marhak, de Lybaras et de Lahmia et y placa des prince a leur tête.
Pharakh :Ainsi est-il dit de Pharak qu'il fit creuser le Canal d'Abondance. Dix mille esclaves eurent du labeur pour dix années et le royaume prospéra, et majestueuse fur sa pyramide dans la nécropole.Rakaph III :Ainsi est-il dit de Rakaph qu'il vécut de si nombreuses années qu'il n'avait aucun prince pour lui succéder. En son temps, les peuplades du désert furent repoussées par trois fois.
La reine Rasut :Ainsi est-il dit de la Reine Rasut qu'elle s'empara du trône pour que jamais roi de Zandri ou de Numas n'en vienne à régner sur Khemri. Et nul n'osa s'opposer à elle, et elle exalta le culte et récompensa les soldats. Et quand vint son trépas, son fils fut placé sur le trône mais ne vécut pas pour voir sa troisième année.

3ème dynastie

Khetep : Ainsi est-il dit de Khetep qu'il fut le régent du descendant de la reine Rasut et monta sur le trône à sa mort. Et il fit ériger la Grande Pyramide de la nécropole de Khemri et un million d'esclaves eurent du labeur pour vingt-cind années, sur le désir de leur roi. En son temps, tous les rois tombèrent à genoux devant lui et la terre de Nhekhara prospéra come jamais.
Thutep :Ainsi est-il dit de Thutep qu'il fut emmuré vivant dans la Grande Pyramide de Khetep son père et que son frère monta sur la trône.
Nagash :Ainsi est-il dit de Nagash le maudit, premier parmi les prêtres et très grand par son savoir, qu'il lésa le roi légitime son frère et usurpa le trône de Khemri et Arkhan était son vizir. Et il fit se détourner un tiers des prêtres de leurs usages et ériger la Pyramide Noire de la Nécropole de Khemri, et des esclaves sans nombre eurent un dur labeur pour cinquante années sur le désir de leur roi. Et Nagash fut renversé par l'armée des Sept rois.

4eme dynastie

Lahmizzar : Ainsi est-il dit de Lahmizzar, souverain de Lahmia, qu'il fit la guerre à Nagash et fut suivi par les rois de Zandri, de Numas, de Mahrak, de Lybaras et de Rasetra. Et Lahmizzar périt de la main de Nagash.
Lahmizzash : Ainsi est-il dit de Lahmizzash qu'il continua de faire la guerre à Nagash et mena les autres rois au siège de Khemri, et il mit la cité à sac. Et Arkhan fut mis à mort et Nagash en fuite. Et la grande Nécropole fut pénétrée et Lahmizzash purgea le culte et fit effacerde toutes les cartouches le nom de Nagash. En ce temps, la reine Khalida Neferher, aimée de Nehekhara, périt à la cour des Lahmianes et leur sombre secret ne fut pas découvert.
Lakhashar : Ainsi est-il dit de Lakhashar qu'il régna sur Khemri.Lahkashaz :Ainsi est-il dit de Lahkhashaz qu'il régna sur Khemri. En son temps, les rois de Zandri, de Numas, de Mahrak, de Lybaras et de Rasetra se firent la guerre. Et la rébellion gagna Khemri et Lahkhashaz fut vaincu.

5ème dynastie

Setep : Ainsi est-il de Setep qu'il se proclama roi de Khemri. Et il fit restaurer la Nécropole et refleurir le culte.

6eme dynastie

Alkhazzar Ier : Ainsi est-il dit d'Alkhazzar qu'il fut général du roi Setep, et que le roi en fit son héritier pour qu'il accède un jour au trône. Et Alkhazzar fit lever une grande armée de chars, et en son temps Numas fut soumise.
Alkhazzar II :Ainsi est-il dit d'Alkhazzar qu'il marcha contre Zandri et préleva son tribut, et les puplades du désert se mirent à redouter Khemri.Alkharad :Ainsi est-il dit d'Alkharad qu'il fit la guerre contre Mahrak et Lybaras et ramena Rasetra sous sa loi, et il reçut tribu de peuples inconnus.
Alcadizzar Le Conquérant : Ainsi est-il dit d'Alcadizzar le Conquérant qu'il unifia la terre entière de Nehekhara sous son égide. Et les rois de Canndri, de Numas, de Mahrak, de Lybaras et de Rasetra lui payaient un tribut, et il régna avec sagesse pour que grande soit la prospérité et les jouissances. En son temps, Nagash voulut envahir le royaume, mais Alcadizzar prévalut contre lui et Lahmia la damnée fut mise à sac et son peuple réduit en esclavage. Mais la maladie balaya bientôt les terres et l'on vit le fleuve devenir sang. Toute chose vivante souffrait hormis les Prêtres Liches qui existaient par-delà cette vie. Nehekhara devint un royaume désolé, alors Nagash revint pour la seconde fois et le roi ne put vaincre, car neuf sur dix hommes avaient péri et ceux qui demeuraient se languissaient. Alors le roi fut enchaîné pour être traîné jusqu'au palais de Nagash, qui dévasta la terre et éveilla les rois qui reposaient dans la Nécropole. Il est dit néanmoins qu'Alcadizzar se leva des ombres et abattit Nagash pour libérer les rois d'une servitude forcée. Telle fut la grandeur d'Alcadizzar, et ainsi prit fin la lignée vivante des rois de Khemri.

7eme dynastie, Les Rois éveillés [–1151 CI]

Settra l'Impérissable : Ainsi est-il dit de Settra qu'il s'éveilla avant que son repos de millions d'années ne fut achevé. Et il se leva avec son armée, vit son ancien royaume dévasté et retrouva son rang auprès des autres rois de jadis. Et Settra repoussa Arkhan le Noir qui lui disputait la domination de Khemri et il lutte aujourd'hui pour que les rois éveillés de Zandri et Numas tremblent à son nom ! La guerre civile agite la terre de Nehekhara, mais lui qui fut le premier à y règner y sera le dernier à tout jamais. Puissant est-il, qui renverse les forteresses des peuplades du désert ! Sage souverain qui cause la réjouissance des dieux ! Settra dont le royaume ne disparaîtra jamais !

Un général d'Amenemhetum le Grand : Karitamen, le Scarabée de la mort

Dans Le Seigneur Liche de WFRP2 (notamment p.6-9), il est question d'un brillant général d'Amenemhetum le Grand (celui qui a sa tombe au sud de la Tilée sur la carte précédente). Celui-ci conquiert une partie des actuelles Principautés Frontalières avant d'être nommé roi de la moitié orientale de son domaine nouvellement conquis. Monarque éclairé au début de son règne, il devint rapidement obsédé par la nécromancie et mécontenta ses sujets. Il périt assassiner et sa tombe se trouve dans les montagnes du Bord du Monde, au nord de la Passe du Chien Fou.
Cette information nous indique cependant que la nécromancie étant assez courante à l'époque d'Amenemhetum, celui-ci serait de la 4ème, 5ème ou 6ème dynastie.

Essai sur les armées de Rahmohtep, le Roi-Scarabée de Numas [WDF116 p.32-37]

"Alors que je m’affairais à compiler minutieusement les piles de livres et ouvrages poussiéreux que recèle la bibliothèque Impériale (tout en cherchant sans vraiment beaucoup de bonheur sur les prétendus gnoblyns des montagnes orientales), je suis tombé par hasard sur une référence à « L’armée du redoutable Roi-Scarabée de Numas ».
Ces quelques lignes écrites à la hâte par le célèbre aventurier et explorateur Jacob Stackeldhorf ont piqué ma curiosité et m’ont frustré par la même occasion, car en dehors de cette allusion à ce roi mort depuis longtemps, je n’ai trouvé aucune autre information.
Mon incapacité à me procurer d’autres mentions de cet ancien roi m’a contrarié au point d’en perdre le sommeil (à mois que ce ne soit du à la toux vermiphore de ma femme). « Je dois en savoir plus ! » me disais-je. Je tiens d’ailleurs à saluer la patience de l’archiviste Halle et se ses assistants qui ont supporté stoïquement ma mauvaise humeur…
C’est en allant faire un tour dans la salle des archives du Grand Musée des Antiquités afin de me sortir de la tête cette obsession que je suis tombé par hasard sur des indices inespérés. Toute une collection d’objets étranges s’entassait dans un coin sombre, acquise par le musée quelques années plus tôt auprès d’une caravane de Striganys. Bien que ces objets fussent la depuis près d’une décennie, Schrotterfeld, le conservateur du musée, avait été trop débordé de travail pour trouver le temps de les examiner en détail. Quel n’a pas été mon étonnement quand j’ai ôté les draps mités qui les recouvraient de trouver des objets datant de l’ancienne civilisation de Nehekhara, ornés de motifs de scarabées !
J’y ai trouvé pêle-mêle des épées à la forme étrange, des boucliers et des enseignes d’or et d’ébène décorées de scarabées, ce que je suppose être l’avant d’un char ainsi que d’autres pièces ornementales entreposées dans le bric-à-brac le plus invraisemblable. Il y avait même le squelette complet d’un ancien guerrier ! Le plus incroyable est qu’il était encore paré d’une riche armure, sur laquelle se retrouvaient toujours les mêmes symboles en forme de scarabée. Ce n’était certainement pas une coïncidence, et ces objets avaient tous probablement un lien avec le Roi-Scarabée. Bien que ce squelette fût richement décoré, il n’avait pas à mon avis l’apparence d’un roi, plutôt celle d’un garde du corps. Mais voilà que je m’emballe, il me fallait d’abord vérifier que ces reliques provenaient bien de l’armée du Roi-Scarabée.
Commençant par examiner une tablette brisée couverte de pictogrammes, j’ai eu immédiatement l’idée de l’amener à mon camarade et néanmoins collègue Esteban Gartner, expert en traduction et spécialiste des écritures Arabiennes et de l’ancienne Nehekhara. Tombant par chance sur lui lors d’un de ses rares moments de sobriété, il m’a confirmé que le nom de Rahmohtep était effectivement cité dans le texte ! Il est même allé jusqu’à m’assurer que ces objets avaient été dérobés dans la chambre funéraire même du Roi-Scarabée et qu’il y reconnaissait le symbole de l’ancienne cité de Numas. Imaginez mon excitation !
Les semaines qui ont suivi ont été chargées : tandis qu’Esteban continuait de travailler sur ses traductions, j’essayais de trouver où et quand ces objets avaient été « récupérés » dans la cité Néhékharienne de Numas. Après presque un mois de recherches et de tractations avec des individus quelque peu louches (je suis certains que c’est ce Strigany qui m’a volé mon mouchoir en soie de Cathay…) je pense avoir réussi à comprendre qui était ce roi et ce à quoi ressemblait son armée. Des informations recueillies sur sa tombe, j’en ai déduit qu’il avait été inhumé avec la totalité de ses troupes : des légions entières de combattants dont la vie a été prise au moment de son décès, afin qu’ils continuent de le servir dans l’au-delà.
Avec quelques suppositions et des déductions logiques, je suis parvenu à brosser un tableau de l’apparence que ces troupes devaient posséder. Quel dommage qu’une civilisation aussi raffinée ait disparu, j’aurais tant aimé apercevoir l’une de ses armées dans toute sa gloire. Cela aurait sûrement été une vision impressionnante inspirant respect et émerveillement.

Rahmohtep, Roi-Scarabée de Numas

Le Roi Rahmotep était le souverain de la fière cité de Numas. Il semblerait qu’elle ait prospéré sous son règne, les terres autour étaient très fertiles et nourries par l’opulent Fleuve Vitae. Ce dernier n’avait alors rien avoir avec le cours d’eau infâme que nous connaissons sous le nom de Fleuve Mortis, ni le pays avec le désert qu’il est aujourd’hui devenu. Sur les frises dessinées dans la tombe de Rahmohtep, il est dit qu’il accepta un pacte avec un Dieu à tête de scarabée dont le nom n’a pas été retenu, et que celui-ci le gratifia d’une grande force physique et de talents martiaux inégalés.

Il apparait que le roi était cruel et brutal, craint et respecté autant par ses ennemis que par ses propres sujets. Il suivait en cela l’exemple de son dieu, et je trouve bizarre que le nom de ce dernier n’apparaisse nulle part. Je pense que cela est du à la superstition de ce peuple, ou à ses croyances religieuses, peut-être croyait-il qu’écrire son nom risquait d’attirer sur lui le courroux de la divinité ? Les portraits de Rahmohtep le représentent comme un guerrier imposant à la peau sombre, dont la carrure dépassait largement celle de ses pairs. Son visage était la plupart du temps caché par un masque en forme de scarabée, et il maniait une grande épée incurvée. On le voit même sur certaines scènes aller au combat sur un chariot d’or et d’ébène, et abattre une douzaine d’ennemis d’un simple revers de sa lame. Sa politique expansionniste agressive permit à Numas d’étendre son emprise sur les domaines de nombreux autres rois. Sous le règne de Rahmotep, les frontières de ses terres s’agrandirent loin au nord, englobant les Plaines Luxuriantes, allant jusqu’aux berges de la Rivières d’Argent ainsi qu’au pied des montagnes situées à l’est. Alors qu’elles progressaient, ses armées vainquirent beaucoup de rivaux, de même que des barbares et des peaux-vertes. Rahmohtep combattait toujours en première ligne et était toujours victorieux.

La puissance de Rahmohtep était immense et Numas prit énormément d’importance, n’étant surpassée que par Khemri elle-même. Les deux cités se livraient d’ailleurs une âpre concurrence et s’affrontèrent un grand nombre de fois. Le grand ennemi de Rahmotep était Rakaph III, et il semble que les deux souverains se soient rencontrés à de nombreuses reprises sur le champ de bataille. Toutefois, les inscriptions disent que bien que Rakaph III Vécût très vieux, assez pour survivre à tous ses fils, le poids du temps commençait à peser sur lui tandis que Rahmohtep conservait vigueur et santé. Le peuple de Numas voyait cela comme une bénédiction que les Dieux accordaient à leur roi, et celui-ci continua de régner sans partage. Lorsque Rakaph mourut enfin, tué au combat, il est écrit que le Roi-Scarabée tenta de prendre le pouvoir à Khemri. Rakaph n'avait pas laissé d'héritier et beaucoup craignaient que sa cité décline irrémédiablement.

Mais alors que cela ne s'était jamais vu auparavant, la Reine Rasut de Khemri accéda au trône. C'était une femme déterminée, et il semblerait qu'elle fût le vrai pouvoir œuvrant en secret depuis déjà des années. Nul n'osa s'opposer à elle car c'était quelqu'un de très influent (des rumeurs prétendent que l'assassin le plus doué de Khemri était l'un de ses nombreux amants), et elle mena elle-même ses troupes au combat contre Rahmohtep, du haut de son char recouvert d'or, et le Roi-Scarabée, bien qu'invaincu, ne fut jamais en mesure de s'emparer de la cité.

Quand Rahmohtep mourut (a priori empoisonné par un membre de sa famille), une pyramide à la mesure du plus grand roi que Numas ait connu fut érigée. Ce tombeau et sa nécropole devaient être assez grands pour abriter son armée, car ses soldats furent tous sacrifiés (ou plus vraisemblablement prirent eux-mêmes leurs vies) lors de la mort tragique de leur roi. Je suis convaincu qu'environ six mille hommes furent inhumés avec lui. Les Néhékhariens, bien que formant une nation puissante et civilisée, étaient très superstitieux et avaient beaucoup de traditions étranges. La plus fondamentale d'entre elles était que leur roi reviendrait de l'au-delà en tant qu'être immortel auréolé de gloire, et qu'alors il aurait besoin de ses guerriers pour faire renaître un âge d'or. Il est à peine concevable de nos jours que de telles croyances aient existé et qu'elles aient nécessité le labeur (et la mort d'épuisement) de plusieurs milliers d'esclaves.

L'armée de Rahmohtep

Des divers écrits, tablettes et témoignages d'explorateurs, je suis parvenu à déterminer les effectifs et la composition de l'armée du Roi-Scarabée : je vous livre ici le fruit de mes recherches. Notez toutefois que c'est une liste des troupes enterrées avec leur roi, pas la totalité de son armée qui comportait aussi des guerriers d'autres cités et qui étaient bien plus importante que cela. Selon mes sources, des tribus vivant en dehors de Nehekhara se battaient aussi à ses côtés, notamment des auxiliaires Eboniens et Kahides. Malgré tout, le « cœur » de son armée a été inhumée avec lui, et on peut raisonnablement penser qu'il représente un dixième des forces que Rahmohtep avait à sa disposition.

I. Deux cent cinquante guerriers d'élite de la « Légion du Scarabée », garde personnelle du roi. Ils ont été enterrés avec leur maître dans la chambre centrale de la pyramide, afin de continuer à veiller sur lui même dans la mort. Je suis persuadé que le squelette du musée est l'un d'entre eux (même s'il n'a jamais montré aucun signe de vie ! Il est amusant de voir que des rumeurs de cadavres revenant des morts persistent dans le folklore de ces régions). Apparemment, avant d'être accepté au sein de la Légion du Scarabée, le soldat devait prouver sa valeur au combat et se plier à des rites d'initiation, qui incluaient entre autres des scarifications rituelles et une offrande de son propre sang à Rahmohtep et au Dieu Scarabée. Ces cérémonies étaient dirigées par le Haut Commandant de Rahmohtep, Pedjet, qui était dit-on un guerrier incroyablement féroce et cruel.

Les membres de la Légion du Scarabée étaient les plus riches soldats de l'armée et semblent avoir joui de presque autant de respect qu'un membre de la noblesse. Le moindre de leur caprice était satisfait quand ils ne combattaient pas, ils vivaient dans l'opulence. Néanmoins, ceci n'affectaient nullement leurs talents guerriers et ils étaient redoutés avec raison pour leur fanatisme et leur dévotion envers leur maître. Leurs armure et leur équipement étaient richement décorés d'or et d'autres ornements, tels que des scarabées de jappe et des motifs de camées, sans oublier de multiples anneaux d'or, quelquefois fixés sur le corps, que ce soit à la poitrine, à l'abdomen ou à la tête.

Enseigne personnelle de Rahmohtep généralement brandie par le Haut commandant Pedget;
Bouclier et enseigne de la Légion d'élite du scarabée.
 

II. Trois cent cinquante chars, appelés les Auriges de Ksar. Il semble que Ksar était un ancien dieu élémentaire de Nehekhara se manifestant sous l'apparence d'une tempête de sable. Armés d'arcs et de lances, ses auriges étaient craints et occupaient un rang presque aussi haut que la Légion du Scarabée dans la société de Numas. Ils étaient divisés en sept compagnies de cinquante, chacune menée par un des meilleurs généraux de Rahmohtep. Ces compagnies formaient alors que le champ de bataille des unités de cinq à dix chars, commandées par un chef appelé Premier Aurige.

III. Mille cavaliers commandés par Djakai, général et tacticien brillant originaire des terres au sud-est de Nehekhara. Ces troupes comprenaient de la cavalerie légère armée d'arcs, servant sûrement d'éclaireurs, et des cavaliers plus lourdement équipés chargés de soutenir l'infanterie et de délivrer la charge décisive.

IV. Un nombre tout bonnement ahurissant de combattants ordinaires serait enterré dans cette nécropole : au total dix-sept régiments, chacun formé de deux cent cinquante hommes, reposant auprès de leur souverain. Ce nombre semble énorme, pourtant je ne vois aucune raison valable d'en douter. Ces régiments étaient divisés en compagnies (probablement de cinquante hommes) armées de façon différente. La majorité des guerriers était équipée soit d'arcs, soit de lances et de grands boucliers. Ils formaient la base des troupes de Rahmohtep, et celui-ci gagnait la plupart du temps grâce à leur discipline exemplaire et leur loyauté. Même largement dépassés en nombre, ces régiments tenaient bon et ne battaient pas en retraite, car ils savaient que leurs commandants étaient d'excellents tacticiens et allaient contre-attaquer avec la cavalerie et les chars pour donner le coup de grâce et dérouter l'ennemi.

Quatre bannières du régiment de Sokth 1ère, 3ème, 4ème et 5ème compagnie. Les boucliers es et les carquois des archers reprennent les mêmes motifs.
1ère compagnie : Titulaire de nombreux honneurs. Les archers auraient opéré qu'en tant que troupes irrégulières
3èmecompagnie : comprenait de nombreux fils de la noblesse.
4ème compagnie : formait l'essentiel du régiment. Aurait joué un rôle décisif contre Rakaph III à la bataille du gué de Vitae.
5ème compagnie : composée de soldats jeunes et inexpérimentés

V. Cinquante Ushabti. Je dois avouer que cela m'intrigue car ce mot se réfère généralement aux grandes statues possédant des têtes à l'effigie des dieux de Nehekhara. Pourquoi figurent-ils dans les effectifs de l'armée, je ne saurais le dire. Les peintures à l'intérieur de la tombe du roi les décrivent combattant sous ses ordres, mais cela est bien évidemment impossible. Je crois plutôt que ces fresques ont été réalisées dans le but d'inspirer le respect. Si le roi parvenait à convaincre ses ennemis que les statues des dieux eux-mêmes se battaient à ses côtés, alors ils se mettraient à le craindre plus que tout. [...]

Je vais pour l'heure prendre un peu de repos, bien que je n'en aie nullement fini avec l'histoire glorieuse de cet ancien roi. Peut-être pourrais-je même financer une expédition vers sa nécropole afin de retrouver plus d'artefacts et pourquoi pas, ramener le sarcophage et la dépouille de ce souverain. J'espère juste que ces rumeurs de malédictions ne sont pas fondées ! Je me suis en effet aperçu qu'une proportion élevée de mes correspondants liés de près ou de loin avec ces reliques sont depuis décédés... En fait, ceux ayant découvert le tombeau de Rahmohtep ont péri là-bas ou sont morts peu de temps après leur retour dans l'Empire, et beaucoup sont fermement persuadés que cette malédiction est bien réelle. Shallya soit louée, je ne suis pas aussi superstitieux, sinon je serais le premier à croire que je suis bel et bien maudit moi aussi, mais quel homme marié ne le penserait pas ?
Je vous souhaite le bonsoir. Que Sigmar, Shallya et Ulric veillent sur vous."

NAGASH ET LA FIN DES ROIS VIVANTS

Nagash doit beaucoup de son pouvoir à l'exploitation des propriétés de la Malepierre. Il est d'ailleurs, il est constamment en lutte avec les skavens pour conquerir la principale source la région, le Pic Dolent sur lequel il construit Nagashizzar.

On connait le nom de plusieurs second couteau de Nagash : Arkhan le Noir son grand vizir et général, W’soran le Pernicieux (cf. plus bas) un de ses espions.

Date C.I.

Evénement

-2000Naissance de Nagash [LA TK V8 p.20]
-1968Des naufragés elfes noirs sont capturés à Nehekhara. Nagash apprend d'eux des secrets de la Magie Noire. [LA RdT V8 p.20]
-1950 à -1600Le Règne de Terreur [LA RdT V8 p.21, WDF105 p.17, MdlN p31]. Nagash assassine son frère et s’empare du trône de Khemri. Il commence à prolonger artificiellement sa longévité en distillant un élixir à base de sang humain, pervertissant ainsi l'un des secrets des prêtres de Nehekhara. Il dirige son royaume par la peur, s'entourant de nobles peu scrupuleux. Leur durée de vie s'allonge bien au-delà de celle de simples mortels. Durant cette période, Nagash développe sa maîtrise de la sorcellerie et supervise la construction de la Pyranide Noire, l'un des plus grand édifice jamais bâtis par l'homme. Une fois le monument achevé, Nagash et son visir Arkhan lèvent des armées de squelettes pour entrer en guerre contre les prêtres rois.

-1600

Après un siècle de guerre contre les prêtres-rois, Nagash est défait par l’armée des Sept Rois. Khemri est assiégée et pillée. Arkhan est tué en couvrant la retraite de son maître. Nagash fuit alors au nord pour mûrir sa revanche. Ses œuvres sont détruites, hormis celles qui sont sauvées par Neferatem de Lahmia guidée par le grand prêtre W’soran. [LA RdT V8 p.20, MdlN p31]

-1600 à -1200Des dynasties naissent et disparaissent, chacune tentant de rebâtir ses terres après la trahison de Nagash. Nehekhara régresse. [LA RdT V8 p.20]

-1590

À Lahmia, une rébellion est écrasée dans le sang. Neferatem est désormais connue sous le nom de Neferata. [MdlN p.31]

-1563 La lignée royale de Numas est assassinée par le Prince Apophas. Le peuple s’insurge et exécute Apophas dont le crâne est maudit et jeté dans le désert. [LA RdT V8 p.20]
-1520Neferata, reine de Lahmia, recrée l’Elixir de Vie et donne naissance à la race des vampires. Sa cousine Khalida, reine de Lybaras, soupçonne la cour de Lahmia mais elle est tuée avant de découvrir ses sombres secrets.

-1300 (~)

Début du long conflit pour le Pic Dolent entre skavens et morts-vivants de Nagash. [LA Skaven V4 p.22]

-1200 (~)

Alcadizaar le Conquérant est couronné roi de Khemri. Il unifie toutes les terres de Nehekhara sous son règne charismatique et reprend l’antique cité de Ka-Sabar aux tribus du désert. Nehekhara entre dans un nouvel âge de prospérité.[LA RdT V8 p.21]

-1185 (~)Ramhotep, le plus grand nécrotecte de Nehekhara, achève la construction du Sépulcre des Cieux de Quatar. En récompense, le maître artisan est embaumé vivant et enterré au sein de son œuvre monumentale.[LA RdT V8 p.21]
-1170La nature vampirique de Lahmia est découverte. La cité entière est réduite en cendre par les forces d’ Alcadizaar et les vampires sont forcés de fuir au nord jusqu’à Nagashizzar avant de se disperser. [MdlN p31]
-1163Le retour de Nagash. Il ressuscite Arkhan le Noir, qui se joint aux vampires à la tête d’une vaste armée contre les prêtres rois. Menés par Alcadizaar, les vivants triomphent. [LA RdT V8 p.21]
-1152La peste ravage Nehekhara. Nagash revient une nouvelle fois à la charge et cette fois les prêtres rois sont incapables de l’arrêter. Alcadizaar est emprisonné et Nagash siège sur le trône de Khemri. [LA RdT V8 p.21]

-1151 (-1197?)

Le Grand Rituel – Après avoir absorbé une grande quantité de malepierre, Nagash lance le sort et plonge à jamais les terres de Nehekhara dans les affres de la non-vie. Avant la fin du rituel, Nagash est tué par Alcadizaar, libéré de sa cellule et armé par les skavens. La dépouille du nécromancien est consumée en dehors de sa main. Le sortilège devient alors hors de contrôle et tire les rois des tombes de leur sommeil. Alcadizaar disparaît, et la lignée des rois vivants de Khemri s’éteint avec lui. [MdlN p.31, LA RdT v8 p.21, LA Skaven V7 p.30]

La déchéance de la terre de Nehekhara et la destruction tragique de son peuple furent le fait de la soif de pouvoir démesurée d'un sorcier corrompu. Jadis, cet homme occupait les fonctions honorable de Grand Prêtre de Khemri, mais il commença à pervertir les rituels de l'ordre des Prêtres et finit par trahir le Roi de la cité, son propre frère. Avide et orgueilleux, Nagash convoitait le trône et avait mis sur pied un plan destiné à faire triompher ses ambitions. Une nuit, alors que les nuages cachaient la lune, il se débarrassa de son frère en le faisant emmurer vivant dans la grande pyramide de Khetep. Le lendemain matin, ses mains encore souillées par l'opprobre du fratricide, il prit sa place sur le trône et personne n'osa plus s'opposer à lui.

Nagash exerça un règne de terreur sur le peuple de Nehekhara. L'usurpateur chercha à augmenter ses pouvoirs en faisant appel à la sorcellerie la plus noir, un blasphème qui, de l'avis des Nehekhariens ne pourrai que lui attirer la colère des dieux. Il invoqua des démons maléfiques et apprit d'eux de sombres secrets puis les lia à son service. Pour la construction de la propre pyramide, il ordonna que d'immenses quantités d'or et d'esclaves soient emmenées à Khemri. Il fit venir de pays lointains une pierre de couleur d'ébène et, bientôt, la Pyramide Noire de Nagash, haute de plusieurs centaines de mètres, jeta son ombre sur toutes les autres. Mais le tyran avait tant exigé de son peuple que la famine s'abattit sur le pays et, finalement, les souverains de autres cités de Nehekhara s'allièrent contre lui pour marcher sur Khemri.

Le Prêtre-Roi usa de ses pouvoirs infernaux pour dresser une légion de guerriers morts depuis longtemps. C'était la première fois que des morts se relevaient et cette abomination répandit la terreur chez leurs ennemis, les faisant fuit face à cette horde de morts-vivants.

Après une bataille titanesque, Nagash finit par être défait. Beaucoup le crurent détruit, mais il réussit à s'enfuir vers le nord-est et commença à préparer sa vengeance. La pyramide noire fut maudite puis abandonnée et demeura pendant des siècles un lieu hanté évité par les Nehekhariens.

Pendant des centaines d'années, les rois continuèrent de diriger Khemri, mais la trahision de Nagash ne fut jamais oubliée et la corruption qu'il avait semée porta ses fruits. Ses expériences blasphématoires avec la sorcellerie la plus impie s'étendirent à la cité de Lahmia dont la reine se mit à étudier la magie maléfique et se lia avec des démons. Elle avait bu le redoutable Elixir de Nagash et son espérance de vie s'accrut considérablement au prix de sa damnation éternelle. Craignant la colère des dieux, le Roi Alcadizzaar fit la guerre à cette reine corrompue et lança son armée contre Lahmia. Des centaines de chars traversèrent le pays en avant-garde de phalanges d'archers et de lanciers. La puissance de Lahmia fut réduite à néant et sa reine dut fuir , accompagnée de ceux à qui elle avait fait partager le sort de son existence vampirique.

Nagash, qui avait pu échapper à sa destruction des siècles plus tôt et s'était réfugié dans les montagnes au nord-est de Kemri, reconnut le fruit de ses anciens maléfices et fut enchanté par la corruption des seigneurs de Lahmia. Il les accueillit à bras ouverts et ces vampires devintent ses lieutenants, des créatures damnées parcourant les ombres, guidées par la seule volonté de leurs maîtres. Nagash les envoya fait la guerre à Khemri et jura de transforma le monde entier en un royaume des morts. Derrière eux marchaient les guerriers morts-vivants d'une puissante amée, des squelettes exhumés par la sorcellerie du nécromant.

Une guerre interminable s'abattit sur Khemri et la terre même en fut marquée à jamais, mais Nagash avait sous-estimé ses anciens compatriotes. Alcadizaar le Conquérant était le plus grand général de son époque et dirigea l'armée unifiée de Nehekhara contre les maléfices de son ennemi au cours des longues années que durèrent les conflits. Finalement, les hordes de morts-vivants furent repoussées mais le sorcier maléfique était toujours en vie. Ses pouvoir nécromantiques, encore récents, ne demandaient qu'à être perfectionnés.

Si grande était l'amertume de Nagash, si grande était sa colère d'avoir été contré, qu'il préféra exterminer toute vie en Nehekhara que de voir d'autres régner à sa place. Il empoisonna les eaux pures de la rivière Vitae et celle-ci devinrent noires et huileuses, souillant les terres qui dépendaient d'elle pour vivre. Suite à cela, ce fleuve noir fut connu sous le nom de Rivière Mortis. La peste commença à se répandre dans Nehekhara et ses victimes furent bientôt plus nombreuses que les survivants. Pleurant son peuple mourant, Alcadizaar était assis sur son trône alors que son royaume s'effondraient sous les coups d'un ennemi qu'il ne pouvait combattre. Il ne peut rien faire lorsque ses amis et ses conseillers périrent, ni même lorsque ce fut le tour de ses enfants et enfin de sa femme Khalida, appelée ainsi en hommage à la bien-aimée reine de Lybaras. Lorsque les armées de morts-vivants de Nagash attaquèrent de nouveau Khemri, elles ne rencontrèrent que peu d'opposition, car la vaste majorité de la population n'était déjà plus. Finalement, Alcadizaar fut capturé et abandonné à son sort dans une cellule sous la forteresse de Nagash.

Empli de visions mégalomanes, Nagash lança alors le plus puissant et le plus terrifiant de tous les maléfices jamais conçus. Dans sa forteresse du nord-est de Khemri, il se mit à psalmodier et le ciel s'assombrit sur des centaines de kilomètres à la ronde tandis que la terre tremblait. Comme son sortilège atteignait son apogée, une vague de pouvoir s'échappa du corps du sorcier et traversa les terres de Nehekhara, volant la vie de tout ce qu'elle toucha. Les récoltes s'étiolèrent et les animaux périrent en quelques secondes. Les derniers Nehekhariens s'éffondrèrent, leur peau se fripant comme s'ils avaient vieilli de plusieurs siècles en un clin d'oeil. Après quelques minutes, il n'y eut plus aucune créature vivante dans tout Nehekhara. Nagash voulut alors ressusciter tous les Nehekhariens, créant une implacable armée de morts-vivants qui lui permettrait de mettre le reste du monde à genoux.

Alors que Nagash, vidé de son pouvoir, était tout entier perdu à ses rêves de conquêtes. Alcadizaar, le dernier roi vivant de Khemri fut mystérieusement libéré de sa geôle par un groupe de créatures voûtées dissimulées sous de lourdes capes [ie des skavens, NdS]. Elles lui mirent une puissante épée dans la main et il parvint à tituber jusqu'à la salle du trône où le sorcier corrompu se reposait de sa prodigieuse dépense d'énergie. Le combat s'engagea et Nagash fut finalement abattu par le dernier roi de Khemri. Ayant vu son royaume bien-aimé mourir. Alcadizaar disparut ensuite des annales, empli de l'horreur des obscénités auxquelles il avait assisté.

La "mort" de Nagash [LA Skaven V4 p.15] :

"Dans les ténèbres de la salle du trône, Nagash était seul. Le prince [Alcadizaar] monta les marches du trône en silence. Il hésita un instant au pied de l'immense silhouette, mais l'impulsion psychique envoyée par le Conseil lui fit lever l'épée. Il abattit son arme mais, avec un cri inhumain, le nécromancien para le coup d'un revers de griffes. La lame maléfique lui trancha le poignet et le fit tituber, mais cela n'empêcha pas le nécromant de lancer un éclair d'énergie contre son assaillant. Les membres du Conseil vacillèrent en s'efforçant de protéger leur pantin. Deux Seigneurs Gris s'effondrèrent, le sang jaillissant de leurs yeux et de leurs oreilles, terrassés par le flux d'énergie libéré par Nagash.
L'humain devint alors fou furieux, faisant pleuvoir les coups contre le nécromancien avant que celui-ci n'ait l'occasion de réagir. La lame acérée ne cessait de taillader Nagash, le prince frappait encore et encore, ouvrant de larges plaies dans sa chair pourtant aussi dure que l'acier. Finalement, le corps de Nagash fut mis en pièces, tandis que l'humain vacillait, au bord de la folie et de l'aphasie, chose dont le Conseil des Treize se moquait éperdument. Des skavens postés à l'affût se précipitèrent dans la salle du trône, ramassèrent les restes du nécromancien et les jetèrent dans les forges de malepierre afin de les détruire de façon définitive."


Le royaume des morts
Les seuls êtres à se mouvoir encore au sein des cités mortes étaient les anciens et desséchés Prêtres Liches. Leurs corps ayant déjà dépassé de loin leur espérance de vie, semblaient insensibles à la malédiction de Nagash. Bien qu'ils ne l'eussent pas encore su, ils étaient enfin devenus immortels, mais d'une façon que nul n'aurait pu prévoir.

La magie corrompue de Nagash avait envahi les tombeaux des rois et s'était répandue sur les charniers de la défunte cité. Son cruel sortilège affecta les rois et leurs serviteurs de différentes manières mais tous se levèrent de leur tombe. Des guerriers squelettes jaillirent depuis leurs cryptes oubliées, prêts à servir leur roi. Après des siècles d'emprisonnement, les corps raidis de héros et d'anciens généraux s'éveillèrent. Si les squelettes n'était plus que des automates attendant les ordres de leurs maîtres. Les rois et les princes s'éveillèrent de leurs sommeil séculaire pour trouver leurs facultés préservées par les incantations lancées sur leurs corps embaumés. Ils émergèrent de leurs tombes avec épouvante car ils s'étaient attendus à se dresse de leurs lits mortuaires, resplendissants et prêts à jouir d'un paradis éternel, mais leurs corps n'étaient guère plus que des carcasses putréfiées, leur pays en ruine et leurs royaumes dévastés.

L'ambition et l'orgueil qui avaient aveuglé les rois Nehekhariens au cours de leur vie habitaient encore leurs corps millénaires et ils se mirent aussitôt en devoir de reconquérir leur empire. Mais il y avait des centaines de souverains, car la tradition de l'embaumement des morts existaient depuis des générations et, ainsi, ceux qui de leur vivant étaient grands et puissants se retrouvaient-ils à présent noyés dans une multitude de prétendants. De grandes batailles éclatèrent au sein des nécropoles, opposant les différents rois et leurs légions. A Khemri, les conflits durèrent deux jours, jusqu'à ce que la tombe de Settra s'ouvre enfin et que le premier et le plus puissant de tous les souverains de Nehekhara marche contre ses adversaires, accompagné de milliers de ses gardes personnels. Il abattit des dizaines de ses rivaux, mettant fin à leur immortalité récente et ses troupes renversèrent toute opposition. Les autres rois des tombes ne tardèrent pas à reconnaître la souveraineté du grand d'entre eux et celui-ci redevint maître de Nehekhara.

Settra ordonna aux Prêtres Liches survivants de lui rendre des comptes. Pourquoi s'éveillait-il au milieu de ruines ? Où étaient le paradis et la jeunesse éternelle qu'il avait tant désiré ? Les prêtres liches tremblèrent devant l'ire du roi et lui racontèrent l'histoire de Nehekhara depuis sa mort, des millénaires auparavant et, du mieux qu'ils purent, ils parlèrent ensuite à Settra de l'incantation qui avait permis à Nagash de ruiner Nahakhara à tout jamais.

Settra écouta leur récit, bouillonnant d'une colère contrôlée. Une fois qu'il eut appris tout ce qu'il put, il ordonna que les rois des tombes retournent à leur repos éternel. Les Prêtres Liches furent chassés de sa vue car, dans sa vanité, Settra croyait que ses propres pouvoirs surpassaient ceux de ces êtres qui lui avaient menti. Ils reçurent l'obligation de veiller sur les tombeaux et sur Nehekhara elle-même et d'éveiller les rois si le besoin s'en faisait sentir. Settra fit le voeu de rester vigilant, il s'instruirait des affaires du monde et mènerait la guerre comme il l'avait toujours fait. En particulier, il se méfierait du détesté Nagash qui l'avait condamné à cette existence, car il savait que le nécromancien referait sûrement parler de lui et que sa magie était encore capable l'immortalité du Roi de Khemri.

C'est ainsi que Nehekhara devient la Terre de Morts. 

LAHMIA ET LES VAMPIRES

Cet extrait de Les maîtres de la nuit (p.26 et suivantes), le supplément de WFRP2 revient sur les manigances de Nagash qui aboutirent à la création des vampires et la chute de la cité de Lahmia en -1170 CI.

Pour en savoir plus sur cette race, courrez voir la page sur les vampires dans le bestiaire.

La ténébreuse histoire des vampires débute dans l’antique Nehekhara, le pays du grand fleuve, 1650 ans avant que Sigmar ne fonde son empire. Le peuple de ce pays s’était uni sous le commandement du roi Lahmizzar pour repousser Nagash, le Grand Nécromant. Après cent années de guerre, Nagash fut enfin vaincu (cela ne devait pas être la dernière fois) et l’on ordonna que ses œuvres fussent détruites. Nagash, cependant, en vieux renard qu’il était, s’était préparé à une telle éventualité.

Du temps où Nagash était encore à la fois grand prêtre des Cultes Mortuaires, voué à la recherche du secret de la vie éternelle et souverain autoproclamé du Khemri, il avait détourné les prêtres de la réincarnation de leur devoir sacré et les avait attirés vers ses sombres recherches. Certains membres du clergé, qui avaient résisté à ses corruptions, furent chassés ou assassinés pour leur loyauté aux anciennes coutumes. En même temps, Nagash avait eu la clairvoyance d’envoyer plusieurs des prêtres qui lui étaient loyaux dans le monde, comme espions ; pensant que ces traîtres faisaient partie de ceux qui avaient été exilés par le Maudit, les gens de Nehekhara les avaient accueillis à bras ouverts.

W’soran le Pernicieux

W’soran était l’un de ces traîtres et il s’éleva jusqu’à la position enviée de grand prêtre de la cité de Lahmia, le joyau des rivages de la mer de Cristal. Il profita de sa position pour empoisonner l’esprit de la jeune princesse Neferatem, future reine de Lahmia. Neferatem était une jeune personne entêtée, fascinée par la magie et la mort, très contrariée par le refus des Cultes Mortuaires d’enseigner la doctrine aux femmes. En secret, W’soran attisa son désir d’apprendre le savoir interdit et lui enseigna les sciences et la magie qu’il avait lui-même apprises aux côtés de Nagash. Après la chute du Grand Nécromant, la princesse s’efforça donc de sauver le plus grand nombre possible de parchemins du bûcher.

Son père prit la place de Nagash sur le trône du Khemri et Neferatem entama son règne sur Lahmia. Derrière les portes verrouillées de son palais, elle étudia les parchemins et commença à s’exercer, par imitation, à la magie nécromantique du tout premier niveau. Pendant ce temps,W’soran observait les Cultes Mortuaires de Lahmia, cherchant lesquels des prêtres seraient acquis à sa cause et lesquels il devrait éliminer. À ceux qui refusaient de se laisser corrompre par les enseignements de Nagash, il révéla les sombres pratiques de Neferatem, une trahison calculée que la reine ne devait apprendre qu’au bout de nombreuses années. Cela déclencha un schisme dans le clergé ; tandis qu’une partie des prêtres restaient loyaux à la reine, les autres s’élevèrent contre elle. La crise parvint à son point culminant lorsqu’ils lancèrent une attaque contre le palais, une rébellion qui ne fut matée que lorsque Neferatem elle-même émergea de son palais, environnée d’un nimbe crépitant d’énergie ténébreuse et déchaîna la fureur de sa puissance nécromantique naissante contre ses ennemis.

Les rebelles survivants furent rassemblés et exécutés, ne laissant du culte Mortuaire que les individus en lesquels W’soran savait pouvoir avoir confiance. Avec leur aide, W’soran et Neferatem continuèrent leurs recherches en privilégiant l’étude d’un rituel en particulier : la création de l’Élixir de Vie qui avait permis à Nagash d’acquérir l’immortalité. Ils finirent par l’obtenir, mais sous une forme imprévue. La version de l’Élixir qu’ils avaient créée leur conféra bien l'immortalité, mais elle modifia également la nature fondamentale de leur être. Ils devinrent les premiers vampires.

Neferatem & le culte du sang

Les Cultes Mortuaires de Lahmia coupèrent tous leurs liens avec le clergé des autres cités et entamèrent une refonte de leurs principes fondateurs en invitant des femmes à rejoindre leurs rangs. Le temple fut rebâti avec des pierres importées du Khemri, provenant de bâtiments détruits à la suite de la défaite de Nagash et les chambres du temple étincelèrent d’or et furent décorées de statues et de hiéroglyphes qui retraçaient son ascension vers le pouvoir. On le rebaptisa le Temple du Sang. Les cultes des autres dieux tombèrent peu à peu en désuétude et luttèrent pour se faire entendre à la cour, mais un bon nombre de leurs prêtres préférèrent quitter la cité.

Neferatem invita sa cousine Khalida Neferher, la reine-guerrière de Lybaras, à entrer dans son culte mais celle-ci refusa. Khalida considérait déjà d’un œil très soupçonneux les changements intervenus à Lahmia et, en outre, suivait pieusement les enseignements d’Asaph, la déesse aspic. Craignant que sa cousine n’ait découvert son secret, Neferatem l’accusa de trahison et tenta de l’assassiner lors d’un banquet, en la provoquant en duel devant tous les nobles de la cour lahmiane. La force vampirique de Neferatem lui permit de remporter la victoire et, alors que Khalida mourante gisait à ses pieds, la reine vampire se mordit la langue et lui donna un baiser, l’infectant ainsi de sa propre malédiction. Mais, avec son dernier souffle, la pieuse Khalida adressa une fervente prière à sa déesse et Asaph lui répondit ; la déesse ôta la souillure de son sang et la remplaça par du poison, lui accordant ainsi une mort sainte. Cependant, il est dit que, bien qu’elle soit décédée en état de sainteté, sa mort ne fut pas complète et que Khalida est restée dans notre monde pour être la gardienne éternelle du temple d’Asaph. Exaspérée par l’échec de sa tentative pour s’assurer une puissante alliée, Neferatem expulsa les prêtres des autres dieux de Lahmia.

Durant cette période de transition, Neferatem s’était secrètement alimentée sur la populace de sa cité, suscitant les soupçons d’Abhorash, le capitaine de sa garde, qui était éperdument amoureux d’elle.Abhorash fut horrifié en découvrant la véritable nature de celle qu’il adorait, mais il ne pouvait résister à ses commandements. Sur son ordre, il but l’Élixir de Vie et fut métamorphosé ; il cessa de protester. Ainsi, Neferatem et W’soran étendirent leur malédiction aux nobles de la cour lahmiane, entre autres au juge suprême Maatmeses et au grand vizir Harakhte. Ce furent les débuts de sa Cour des Immortels, la cour des "bien-nés" qui devaient devenir les maîtres des vampires de moindre rang qu’ils créèrent ensuite.

Abhorash n’avait pas perdu toute la bonté qui l’animait dans sa vie mortelle et il voulut édicter un ensemble de règles auxquelles les bien-nés devraient se soumettre, soi-disant pour les protéger et empêcher qu’on ne les découvre. À partir de ce moment, ils ne devraient se nourrir que sur des criminels ou des esclaves et non sur des citoyens ordinaires. Il leur était également interdit de s’affronter les uns les autres et aucun bien-né ne pouvait tuer l’un de ses pairs. C’est pour cette raison que, lorsque Ushoran, le frère de Neferatem, apprit l’existence de l’Élixir et en vola un flacon pour lui-même, elle ne put le punir et Ushoran, l’humble Seigneur des Masques, fut autorisé à entrer dans la Cour des Immortels.

Sous le règne de sa reine, toujours jeune et belle, Lahmia devint une cité célèbre pour son intolérance religieuse et la dureté de ses lois. Épouvantés par l’importance que prenait le Culte du Sang qui prêchait l’adoration de Nagash le Grand Hérétique, des agitateurs venus d’autres cités commencèrent à fomenter une rébellion. Lorsque l’insurrection éclata enfin, elle fut réprimée encore plus cruellement que la première fois par Neferatem qui reçut à cette occasion le nouveau nom de Neferata, "la Mortelle Beauté".

La chute de Lahmia

Malgré l’échec de la rébellion, les autres cités de Nehekhara voulaient toujours abattre Lahmia. Le général Setep du Khemri, dont les légions avaient conquis des territoires aussi lointains que le sud de ce qui deviendrait un jour l’Empire, menait la coalition. L’un de ses lieutenants, un remarquable tacticien nommé Vashanesh, était du même sang que Nagash lui-même. Trahissant Setep, Vashanesh se rendit à Lahmia pour avertir la cour de l’attaque qui se préparait.

Vashanesh fut reçu par Neferata et il lui fit une telle impression qu’elle lui donna la dernière dose de l’Élixir de Vie (que nul n’avait été capable de recréer depuis) et le choisit pour époux, le faisant roi de Lahmia et souverain avec elle de son peuple de vampires. Ensemble, ils imaginèrent de dresser les cités de Nehekhara les unes contre les autres grâce à un réseau d’espions qui devait diviser la nation pendant des siècles et tenir en échec toutes les tentatives qui seraient menées pour unir les populations contre eux.

Après des siècles de domination sans opposition, le roi Alcadizaar le Conquérant parvint finalement à unir les armées hétéroclites des différents royaumes et déclara la guerre à Lahmia au nom des anciens dieux de Nehekhara.Il décida d’assiéger Lahmia,à la tête d’une armée composée de guerriers venus de toutes les cités nehekharéennes ainsi que des territoires qu’il avait lui-même ajoutés au royaume après les avoir pris à l’Arabie et aux Terres du Sud. En arrivant devant Lahmia, ils furent frappés d’horreur en découvrant que les troupes de la cité n’étaient pas les seules à les attendre ; elles étaient accompagnées d’une armée de morts-vivants que W’soran avait tirés de leur dernier sommeil. Résistant à leur terreur, les hommes d’Alcadizaar engagèrent le combat contre les morts-vivants.

L’armée de Lahmia était inférieure en nombre, mais elle recevait des renforts permanents car les morts se relevaient aussitôt qu’ils tombaient. Les troupes des mortels se révélèrent moins fiables. Des traîtres se retournèrent contre leurs maîtres, permettant aux Nehekharéens d’envahir la cité. Les chariots de l’Escadron du Chacal de Marahk firent couler des ruisseaux de sang dans les rues et les vampires qui ne s’étaient pas encore enfuis furent contraints de se défendre sur les marches du temple.Seul,Abhorash lutta pendant une semaine entière, envers et contre tout, sous les sorts des grands prêtres de Zandri et le feu alchimique de leurs machines de guerre. Finalement, le temple fut réduit en cendres et Abhorash dut s’enfuir, lui aussi, avec plusieurs de ses enfants des ténèbres, ayant définitivement perdu le peu de compassion qui lui restait à l’égard des vivants. Ils s’en allèrent et le massacre d’orques qu’ils firent dans la région qui devait plus tard devenir les Terres Arides est resté fameux dans les annales.

Les autres vampires survivants, parmi lesquels Neferata, W’soran, Ushoran, Maatmeses et Harakhte, prirent la direction du nord où ils rencontrèrent Nagash, revenu d’entre les morts, en plein recrutement d’une nouvelle armée de morts-vivants.

Les chiens du Nagash

La rencontre de Nagash et des vampires n’avait rien de fortuit. Par l’intermédiaire de son agent, W’soran, Nagash les avait manipulés depuis le début et les avait aidés à distance, à l’aide de sa magie, durant le siège de Lahmia. Lorsque Neferata découvrit à quel point W’soran l’avait utilisée, elle se mit dans une fureur noire, d’autant plus que Nagash ignora sa supériorité pour offrir à son lointain cousin Vashanesh un poste à la tête de ses forces. Nagash avait fabriqué un anneau qui permettait au vampire qui le portait de revenir d’entre les morts encore plus aisément que d’ordinaire ; toutefois, cet anneau donnait également à Nagash le contrôle absolu de la race des vampires tout entière. Vashanesh accepta l’anneau et, sous le commandement de Nagash, les vampires menèrent son armée à l’assaut de Khemri.

Au début, les vampires acceptèrent de servir Nagash avec enthousiasme car ils voulaient prendre leur revanche contre Alcadizaar et reconquérir Lahmia, mais ils constatèrent rapidement que Nagash se moquait éperdument de les sauver. Il les lançait contre l’ennemi sans la moindre retenue, ainsi qu’il le faisait avec ses troupes de morts-vivants sans cervelle, et il n’avait aucune intention de rebâtir Lahmia. En vérité, son seul objectif était d’annihiler tout Nehekhara. Liés par le pouvoir de l’anneau porté par Vashanesh, les vampires ne pouvaient lui désobéir, pas plus qu’à son second, Arkhan le Noir. Vashanesh trouva une ingénieuse solution à ce problème.

Soupçonnant que le contrôle de Nagash ne pouvait s’exercer que par l’intermédiaire d’un vampire vivant et convaincu que le Grand Nécromant tiendrait sa promesse de le ramener à la vie, Vashanesh permit à Alcadizaar de l’abattre au moment crucial d’une furieuse bataille. Les vampires furent aussitôt délivrés de leurs liens. Seul W’soran resta aux côtés de Nagash ; les autres s’égaillèrent aux quatre vents, non sans s’être amèrement disputés pour savoir où ils devaient aller et lequel d’entre eux était digne de les diriger. Maatmeses et Harakhte disparurent et l’histoire a perdu toute trace de leurs actions, bien que persistent certaines rumeurs au sujet de l’existence de vampires, dans le lointain Cathay et dans les Terres du Sud, qui pourraient bien être les descendants de leurs lignées perdues. Ushoran s’installa à Strigos, Neferata entreprit d’innombrables voyages et influença les nations des hommes dès leur fondation en installant ses filles parmi eux, à des postes-clefs.

W’soran, quant à lui, resta aux côtés de Nagash tandis que celui-ci pestait et fulminait contre la capricieuse inconstance des vampires. Lorsque Nagash fut vaincu, W’soran récupéra une quantité de ses manuscrits afin de les étudier avec l’aide de ses acolytes et de son apprenti, Melkhior, et ils transcrivirent ses notes dans un ouvrage épouvantable, le Grimoire Necronium. W’soran acquit une maîtrise si absolue de la nécromancie qu’il devint capable de tempérer la soif rouge qui incitait les vampires à vivre si dangereusement près des humains. Toutefois, les effets de cette modification métabolique devaient hideusement altérer la forme physique de ses descendants. Pour seule récompense de cet exploit, il fut assassiné par Melkhior.

Vashanesh revint finalement à la vie, comme Nagash le lui avait promis, et il passa les quelques siècles suivants à tester les limites du contrôle de l’anneau. Car, même si Nagash était réellement mort après avoir été abandonné par les vampires, ce qui paraissait hautement improbable, l’anneau permettait à Arkhan de les contrôler, lui aussi. Qui pouvait savoir combien d’autres favoris de Nagash seraient capables de mettre les vampires en esclavage ? Vashanesh se mit en devoir de maîtriser certains arts de la magie afin de faire de l’anneau son esclave, plutôt que l’inverse.

Les dieux de Nehekhara

Le livre d'armée RdT V6 (p.27) contient un paragraphe sur les dieux nehekhariens. Logiquement, ils n'existent plus puisque leurs adorateurs sont morts. Cependant, certains pourraient encore être vénérés en Arabie car, dans le même ouvrage (p.13) on apprend que Djaf était fêté à Bel Aliad avant sa destruction. La suite de la description vient du Seigneur Liche pour WFRP2 (p. 63).

Les Nehekhariens croyaient que leurs dieux, avant la naissance des hommes, vivaient dans le Grand Pays et on raconte que leur durée de vie se mesurait alors en million d'années. Après cet âge d'or au cours duquel les dieux marchaient sous forme humaine, ils devinrent des esprits invisibles capables d'adopter l'aspect de leur choix.  [...]

Le panthéon nehekharéen compte plusieurs dizaines d’autres divinités, dont la plupart sont d’influence mineure. Ces dieux sont associés à des phénomènes naturels, tels que les astres ou le vent, ou protègent certains animaux ou certaines activités. Les aristocrates nehekharéens considéraient souvent l’un de ces dieux mineurs comme leur divinité attitrée, si bien que leurs tombeaux présentaient généralement plus de références à ce dieu, le noble recherchant sa protection et son assistance sur la voie de l’au-delà.

Ptra : Dieu du Soleil. Le premier à fouler le monde. Ptra est le grand créateur. Il englobe l’immortalité et l’éternité. Il est le seul dieu à toujours apparaître tel un humain, et jamais comme un animal. Ses yeux renferment néanmoins l’ensemble des étoiles du ciel et son regard suffit à faire sombrer tout homme dans la folie.
Asaph: Déesse de la Beauté, de la Magie et de la Vengeance. Asaph prend parfois l’apparence d’une vipère et reste charmante, même sous cette forme.
Djaf : Dieu de la Mort. Djaf apparaît tel un homme grand et musclé avec une tête de chacal. Il peut également se présenter comme un simple et imposant chacal.
Khsar : Dieu du Désert. Khsar n’a pas d’aspect animal, mais il peut apparaître comme le sirocco.
Phakth: Dieu du Ciel et de la Justice. C’est un homme musculeux avec une tête de faucon, qui peut également apparaître comme un grand rapace strié de bleu avec des yeux dorés.
Qu’aph: Dieu des Serpents et de la Finesse. Sa forme humaine est celle d’un homme encapuchonné, mais il est plus souvent représenté tel un imposant cobra.
Ualapt : Dieu des Charognards. Il apparaît sous la forme d’un grand vautour ou d’un vieillard décharné avec une tête du même animal.
Sokth: Dieu des Scorpions, des Empoisonneurs et des Voleurs. Sokth peut apparaître comme un scorpion ou comme un homme avec une carapace de chitine noire en guise de peau et des yeux noirs et morts. Bien qu’il protège les voleurs, Sokth ne cautionne aucunement le pillage des tombes, ses scorpions gardant souvent les mausolées royaux.
Basth: Déesse des Chats, de la Grâce et de l’Amour. Elle apparaît telle une grande femme agile à la peau fauve, à la chevelure brune et aux yeux de chat verts. Elle peut également se présenter avec une tête de chatte ou sous la forme d’une majestueuse panthère.
Geheb: Dieu de la Terre et de la Force. Geheb est extrêmement grand, incroyablement musclé, avec des traits humains très virils et une barbe épaisse. Il peut également apparaître comme un énorme chien.
Tahoth: l’Érudit des Dieux, la divinité du savoir et de la sagesse. Tahoth apparaît tel un homme mince mais musclé, avec une tête d’ibis, quand il ne se présente pas comme ce même oiseau, avec des plumes d’argent.
Usirian: Dieu de l’Au-delà. Usirian guide chaque âme lors de son périple entre ce monde et le suivant. On ne le représente jamais directement, ce qui serait un sacrilège, mais les cérémonies funéraires nehekharéennes invoquent constamment cette divinité.

L'écriture de Nehekhara

On a peu d'infos sur l'écriture de Nehekhara et encore moins sur la langue (il est certain cependant que, sans cordes vocales, on ne peut pas parler ;) ). Le livre d'armée RdT V6 (p78) montre l'étude d'un érudit occidental Estéran Gartner qui parle de "hiéroglyphes nehekhariens" et montre "les cartouches les plus communs" formant des mots et/ou des concepts. Il évoque aussi des "subtilités grammaticales et sémantiques qui altèrent la signification des cartouches".[Ca ressemble à rien comme langue : les caractères ne sont pas homogènes et ses petits crânes font vraiment ridicule. NdS]

I-II-II Soleil/ cœur / âme
(cartouches polysémiques)
IV Le Grand Désert
V Guerre
VI Famine
VII Vie éternelle

VIII Sable
IX Nehekhara
XII Gloire/conquête
XIII Vengeance
XIV Damnation
XV Serpent

XVI Monde du Dessous
XVII Paradis
XVIII Roi
XIX Armée
XX Loyauté
XXI Nécropole/tombe

XXII Eau
XXIII Guerrier
XXIV Étranger (traduction littérale « Ceux dont les manières sont mauvaises »).